France ou Canada, Canada ou France

Pour les questions sur l'inscription informatique ou sur une inscription hors procédure.

Modérateurs : JeanN, Sylvie Bonnet

Avatar du membre
LaMouette
Messages : 3700
Enregistré le : mar. mars 03, 2009 9:55 pm

Re: France ou Canada, Canada ou France

Message par LaMouette » mer. sept. 28, 2016 8:24 am

Attention, il y a création, innovation et développement, ce sont des choses différentes.

De mon côté, je n'ai jamais été créative, je ne suis pas bien douée non plus en innovation (même si j'aime ça), par contre j'aime beaucoup le développement.

En informatique, tu peux facilement faire de l'innovation ou du développement (certains appellent même ça de l"art : j'ai un ami qui débusque les pirates informatiques, pour lui c'est un art de coder un virus !).
Il y a encore des tas de choses à faire dans l'informatique : toi tu vois les ordinateurs d'aujourd'hui, mais compare le à ceux d'il y a 50 ans. Le progrès qui a été fait peut encore être doublé. La technologie innove et avance tous les jours.
La sécurité a encore de beaux jours devant elle, beaucoup d'entreprises ne sont pas "au top niveau" dans leur support informatique et applications, il y a un boulot monstre à faire dans l'industrie dans tout ce qui est optimisation, logistique, l'imagerie a besoin de plus en plus de performance... Bref il y a plusieurs branches dans lesquelles je ne me fais pas de soucis pour les diplômés.
Il n'y a pas que le plastique du clavier dans un ordinateur.


Les drones, c'est de la mécatronique, comme les machines et les robots. Mais de la mécatronique volante, donc avec des problématiques associées (rapport poids/voilure, performance moteur VS poids moteur, mouvement et dérive, etc...). Et avec de la commande à distance (gérer la communication/distance, sécurité, ne pas se faire pirater...), souvent de l'imagerie embarquée (+ de qualité image = plus de matériel = plus de poids ... idem pour la mémoire...). Une foultitude de compromis à trouver, comme dans toute la mécatronique en somme !


Ensuite comme le dit Pater, il faut différencier le domaine d'activité (les drones par exemple) et le métier (chef de projet, commercial, responsable production, concepteur, dessinateur, calculateur, automatique, imagerie...). Ce sont des métiers que tu peux retrouver dans tous les domaines (le responsable de production, il y en a un dans le missile comme dans les cuvettes de toilettes) mais des problématiques qui peuvent varier (on ne gère pas la prod de la même façon si on sort un produit par an ou 30 000 par jour).
A moins de te retrouver dans une toute petite PME ou d'être entrepreneure, tu ne pourras pas te retrouver à la place du concepteur et à la place de la production. Mais ce choix a encore le temps d'être fait !


Comme Pater, je pense que si, comme pour la plupart des gens de ton âge, le choix de la spécialité n'est pas évident, tu ferais mieux de faire une post bac généraliste... Ou une prépa.
Tu parles d'écoles dans le sud de Paris, tu ne te vois pas aller autre part en France ?
2009 - 2011 : Faidherbe, HX4-216, PC.
2011 - 2014 : Mines d'Alès - CIGMA
2013 - 2014 : IIT Kanpur (Inde) - Aerospace
Working now...

Fissa
Messages : 37
Enregistré le : ven. juil. 08, 2016 9:32 pm
Classe : T°S

Re: France ou Canada, Canada ou France

Message par Fissa » dim. oct. 02, 2016 7:00 pm

Wow, merci pour ces réponses développées, ça me rassure ! :)

Je me suis laissée un peu de temps pour prendre du recul et repenser un peu à tout ça.
Et non, je n'habite pas du tout Paris ! J'avais nommé une école parisienne parce que c'est l'une de celles qui avait été nommée sur un forum ^^

Dans l'informatique j'aime le développement, concevoir des sites, des jeux, des applis, ... Je ne dis pas que je sais le faire mais je sais que je veux le faire et que je m'y suis déjà essayée (même si j'ai pas continué par manque de temps).
Dans le développement durable je parle effectivement d'énergie renouvelable, ce qui m'intéresserait c'est concevoir des choses écologiques dans les transports, ou les productions d'énergie, les bâtiments, ... Ah oui et je n'ai rien contre l'éolien au contraire, je sais pas pourquoi j'ai dit ça, j'ai peut-être eu une image qui m'a fait peur ? Des fois je ne m'explique pas. (:

Le problème c'est que j'ai peur de me spécialiser dans quelque chose de très précis : est-ce que si je travaille dans les transports ("écologiques") je pourrai changer à un moment donné ? C'est justement ce que disait Pater : ne pas confondre secteur et discipline ? Donc si je travaille dans les transports dans une discipline je pourrai changer de secteur s'il y a besoin de cette discipline et que je suis spécialisée dans cette discipline ?


Question que je me posais pour laquelle je ne trouve aucune réponse sur le net : Est-ce que les cours sont dispensés de la même façon à l'étranger qu'en France ? Ce sont aussi des amphithéâtres de 400 personnes entassées avec une partie qui met le souk ? Evidemment l'exemple du Canada est celui qui m'intéresse le plus mais si vous connaîssez pour ailleurs je suis curieuse aussi (ça peut donner des idées :) ).



J'ai envie de dire que la prépa donne accès à tout alors qu'en allant ailleurs, je prends le risque de ne pas faire ce que je veux faire et de ne pas forcément pouvoir retourner en arrière. En effet, si je vais en prépa j'ai plus de temps pour décider de ce que je veux faire (en plus d'avoir une bonne approche de la discipline, alors qu'au lycée ... on apprend ceci cela sans trop savoir pourquoi, sans trop se spécialiser, c'est assez vague à quoi ça sert), et je peux à la fin aller dans une école qui propose double-diplôme et/ou stages à l'étranger, ou aller directement au Canada sans "passer par une école française".
Alors qu'en allant directement au Canada, les échanges avec la France se font plutôt avec des universités françaises qu'avec des écoles ... quoique ?

LaMouette : Merci pour ton expérience personnelle :wink: ça me rassure, ça me confirme qu'il n'y a pas qu'une seule voie royale pour arriver à ses fins. Ça me fait (vraiment) plaisir de savoir que tu as accomplis ces rêves, je me demandais si ça existait et du coup c'est motivant. ^^
Je me doute bien que le Canada c'est pas non plus le monde des bisounours mais sachant cela, je risque moins d'être déçue, me démotiver et de casser ce qui aurait pu être réalisable...



Ouais bon mon rêve c'est d'étudier un peu partout, en passant notamment par une université canadienne et une école française (et pas université française, là est le problème). Si je vais dans une prépa mes parents ne veulent pas que je m'éloigne trop, le problème c'est que je pense que je peux me retenir encore un an, je quitte ma ville c'est déjà ça, mais deux ans ... Là je me sens pousser des ailes de savoir qu'il y a moyen de faire mes études ailleurs, en même temps j'aime aussi le fait d'étudier en France, seulement dans une autre région, et après avoir été à l'étranger je pense.

Le problème est que justement mes notes sont assez irrégulières : tantôt j'ai 12 tantôt j'ai 18. Mon travail est tout aussi irrégulier. Je répugne l'idée d'aller dans mon lycée et par conséquent, je fais tout pour éviter d'y penser, et quand je sors un cahier d'une matière ça me fait penser au prof que je n'apprécie pas du tout, ou une mauvaise note récente, et ma motivation retombe. J'ai déjà essayé de me rebooster mais ça dure quelques jours. En revanche quand il y a peu de travail de à faire, je me sens plus détendue et je m'intéresse à pas mal de choses, je sors des bouquins personnels de physique-chimie ou de maths que j'ai achetés (hors de question de travailler avec ceux qui me font penser au lycée), j'apprends les langues, c'est ce que j'avais fait pendant les vacances, je m'étais même mise au sport et j'étais en train de réussir à caser la musique. Je suis vraiment épanouie dans ces moments-là. Le problème c'est que l'année dernière c'était la même chose, je ne travaillais pas du tout, j'étais sous pression parce que je faisais tout à la dernière minute (mais vraiment), je me couchais très très tard, fatigue, cercle vicieux ... J'ai quand même réussi à avoir plus de 16 de moyenne générale. Mais je n'ai quasi rien appris, et donc quand pendant les vacances je voulais travailler c'était très laborieux mais ça venait petit-à-petit. Pour cette année j'ai pris des résolutions mais je recommence à tomber dans le même cercle vicieux que l'année dernière... Voilà pourquoi je me pose beaucoup de questions sur mon orientation : je ne sais pas si j'aime telle ou telle matière vraiment parce que j'ai l'impression qu'elle est associée à un prof, je ne sais pas si je suis faite pour la prépa parce que mon rythme de travail est pas le bon, et je ne sais pas s'il pourrait l'être, je ne sais pas si je suis assez forte dans les matières parce que mes productions sont l'image de mon rythme de travail irrégulier, mon niveau est donc incertain... De même, est-ce qu'une prépa où il y a beaucoup de travail, plus qu'en terminale, avec un rythme plus soutenu me conviendrait alors que déjà là j'ai du mal ?

Avatar du membre
LaMouette
Messages : 3700
Enregistré le : mar. mars 03, 2009 9:55 pm

Re: France ou Canada, Canada ou France

Message par LaMouette » lun. oct. 03, 2016 8:40 am

Il y a plein d'écoles partout en France alors.

--> L'avantage de la généraliste, c'est que tu peux vraiment te laisser du temps : aux Mines d'Alès, il y a de l'info, de la prod, de la gestion des risques (environnementaux, industriels), de la mécanique, du génie civil... Beaucoup arrivent pour faire du génie civil, et finissent par changer d'avis.
On choisit à la fin de la première année : donc on est quasiment Bac+3. Comme on a commencé à toucher à tout, c'est plus facile de choisir.

-> Un secteur, tu peux voir ça comme "une chose qui est vendue". On peut vendre des gâteaux, des missiles aériens, des bateaux, des bacs à douche, des éoliennes, des panneaux solaires, des cailloux, des téléphones, des logiciels, des livres.
-> La discipline, c'est l'action, la chose que tu fais pour ce produit : tu peux imaginer, dessiner, tester, fabriquer, organiser, vendre...
Dans chacun de ces secteurs, pour arriver au produit fini, il y a un nombre impressionnant de gens qui travaillent dessus : depuis les avant-projets (bureaux d'études, chefs de projets, commerciaux...) jusqu'à la gestion des déchets en cours et en fin de vie.
Entre les deux, tu as plusieurs étapes qui peuvent s'entremêler : pour un produit technique, tu as souvent (grossièrement) une phase de recherche, puis de conception, puis d'essais, puis de fabrication... Avec à chaque fois, un tas de métiers qui interviennent.
L'ingénieur d'études va être à la recherche de solutions techniques, celui en conception sera plus pragmatique et encadrera ceux qui "dessinent" ou "codent" et parfois le fera lui-même, l'ingénieur méthodes va chercher des moyens fiables de fabriquer tout ça, l'ingénieur qualité va s'assurer... De la bonne qualité du produit, l'ingénieur de fabrication et production va résoudre les problèmes techniques de fabrication s'il y en a, mais surtout encadrer les opérateurs et techniciens qui travaillent dessus, l'ingénieur d'essais va se demander ce qu'il faut tester, comment on fait pour le tester et comment interpréter les résultats, l'ingénieur commercial s'assurera de faire acheter les bonnes matières premières ou de vendre le produit, le chef de projet va orchestrer tout ça... Et forcément, plus tu as de technologies qui entrent en jeu, plus tu multiplies les métiers (tu peux avoir sur un même produit de la mécanique, de l'électronique, du code et du magnétique... Bah ça fait autant de bureaux d'études qui entrent en jeu...).
Ces métiers là, tu peux en trouver à peu près dans tous les secteurs.

-> Oui, tu peux changer de secteur (franchement, parfois, je pourrais aussi bien faire des bateaux, des vélos ou des tracteurs... Ca ne serait pas exactement les mêmes problématiques, mais on s'en rapprocherait). Je pourrais même changer radicalement de secteur (ou essayer) et tenter l'agro-alimentaire ou la pharmaceutique ou autre chose, mais personnellement, vu ma discipline (la mécanique) j'aurais peut être un peu de mal à trouver du travail. Il faudrait probablement que j'accepte de changer un peu de discipline (faire chef de projet, ou essais, ou prod...).

Et oui, on peut aussi changer de discipline, mais disons que dans les premières années de carrière, on a tendance à tourner autour des mêmes "types de postes". Une fois que tu sors un peu de ton statut de débutant, tu n'as pas forcément envie de revenir à ce statut tout de suite après, tu as envie de progresser.

J'ai un ami qui fait de la production (PE si tu nous lis !), il a fait un stage de six mois dans l'automobile, et il a travaillé dans les biscuits... Avant d'être dans la biologie (il fabrique des échantillons qui servent aux laboratoires je crois). Bon, bah il a du s'adapter à chaque fois, mais ça reste le même métier ! (et en prod, 80% du travail, c'est du "social" avec tes équipes...)


Tu cherches du très précis mais dans beaucoup de cas, tu n'auras de toute façon pas un choix énorme : les transports qui consomment peu, ça peut être tout et n'importe quoi. Le bateau, c'est plutôt écolo. On fait des avions en composites aujourd'hui, donc qui sont plus légers et consomment moins de kérosène, c'est écologique... Les bus à l'huile de friture, les voitures électriques (mais la batterie au lithium, c'est écologique ou pas ? Et les centrales qui fournissent l'électricité ?), etc... Ca fait beaucoup de possibilités de faire partie de la chaîne.




--> Pour les cours, ça dépend beaucoup de l'école finalement.
En prépa, tu as en général des classes entre 20 et 45 élèves en classe entière + quelques TD en demi-groupe. J'ai eu une classe plutôt silencieuse, motivée et intéressée (c'est le concept de la prépa aussi, on trouve des gens qui ont envie de bosser et qui trouvent ça intéressant).
En école, promotion de 180 élèves, nous avions des cours magistraux en amphithéâtre et des TD en groupe de 10 à 40 élèves. Parfois uniquement des TD, parfois uniquement des cours magistraux, souvent un mélange des deux. Cours rarement complètement silencieux, ça dépendait beaucoup de la matière mais globalement, ce n'était jamais le foutoir. Si vraiment t'a envie de ne rien faire, bah tu ne vas pas en amphi et tu vas jouer au baby foot à la cafeteria.
En deuxième année, on était une promo de 50 (on avait choisi notre "discipline") et donc on était max 50 en classe. Présence obligatoire, donc souvent un peu plus de bruit, mais ça c'est propre à la promo, au groupe.

En Inde, je n'ai eu que des cours en classe de maxi 50 élèves (8 au minimum ! Le prof avait la réputation d'être difficile et peu d'élèves s'inscrivaient à ses cours...).


--> Tu auras le droit de retourner en arrière. On aime beaucoup les parcours très linéaires en France mais ça n'est pas le cas ailleurs. Tu as le droit de perdre un ou deux ans (voir davantage). Tu as le droit de faire un an de prépa et d'aller t'inscrire en 1ere année au Canada après, voir de tenter une admission en 2ème année.
Toutes les écoles sans exception te permettent de faire des stages à l'étranger, parce que tes stages, tu vas les trouver sans l'aide de ton école : tant que le sujet convient à l'école, tu peux aussi bien le faire à 5 min de chez toi qu'en Chine.
Aucune idée pour les échanges depuis le Canada, à toi de voir sur les sites internet des universités qui t'intéressent là-bas... Mais on a des élèves étrangers en école (pour ma part, j'ai eu dans ma promo des brésiliens, des chinois, des vietnamiens, des indiens, des marocains...).

--> Contente de voir que mes romans servent à quelque chose :). Mais vraiment, je t'assure que c'est moins difficile que ça en a l'air. Si tu travailles et que tu gardes en visée ce que tu veux faire, et que tu te renseignes suffisamment (ce que tu fais déjà) pour ne pas être complètement à côté de la plaque, ça ira.
Tiens, mon copain a toujours voulu faire de la recherche, il a été viré de prépa en première année, ça ne l'empêche pas d'être aujourd'hui en doctorat...

--> On n'est pas à ta place donc on ne peut pas choisir pour toi. J'ai envie de te dire que si tu vas en prépa, même un peu plus loin que chez toi, tu vas pouvoir rentrer tous les week-end. Après, tu te connais assez pour savoir s'il vaut mieux que tu sois dans un établissement exigeant (tu te sens mieux en étant dans les premiers ou tu seras motivée si tu es dans les derniers ?), loin (envie d'être cocoonée par tes parents ou besoin d'éloignement ?), si tu veux un internat ou pas, si un établissement en particulier te fait envie...


--> Pour le travail : ne pas entrer dans l'affectif, même si c'est tentant. Il faut arrêter de travailler pour faire plaisir au prof (ou pour l'emmerder) et travailler pour toi, pour ta réussite personnelle.
Le temps que tu as aujourd'hui pour apprendre, tu ne l'auras plus : après le bac, on ne revient que rarement sur les notions "de lycée" qui sont considérées comme acquises et maitrisées. Les lacunes peuvent couter très cher et tu vas les trainer comme des casseroles (j'en ai fait l'amère expérience !).
Plus que la note (qui est importante pour le dossier "uniquement"), il est important d'avoir compris ce que tu fais. Ca n'avance pas à grand chose d'avoir un 17 si au fond tu sens que tu es à côté de la plaque sur la moitié du chapitre, que c'est vacillant. Et pour te motiver... Chacun fonctionne comme il peut. Je faisais des graphiques avec mes notes (en ordonnée, la note sur 20, en abscisse le n° de la note ou la date). Je le remplissais à chaque nouvelle note pour le plaisir de voir les notes monter quand je progressais. En maths, j'avais fait une ligne rouge à 15 avec pour ""interdiction"" d'être en dessous. Quand je doutais, je ressortais mon graphique, et je voyais que quand même, j'avais plein de bonnes notes, et que c'était cool.
Tu peux aussi utiliser un objectif plus "long terme" si tu fonctionnes mieux ainsi (l'école de tes rêves, repenses-y à chaque fois que tu es démotivée, dis toi que l'effort que tu fais là, c'est une petite pierre pour y arriver).

--> Tous les humains font les choses à la dernière minute. Au fond, j'ai envie de dire que si tu t'en sors (quand tu t'en sors), bah c'est pas bien grave. Tu perds plus d'énergie à culpabiliser sur le fait de tout faire à la dernière minute que sur juste "le faire à la dernière minute".

Le rythme de travail, en prépa tu le prends "de force", c'est beaucoup plus compliqué de procrastiner. En internat c'est mieux, tu es dans une ambiance de travail et tu es un peu poussée par le travail des autres.
Clairement, pour quelqu'un qui a du mal à organiser son rythme de travail j'aurais tendance à lui conseiller une prépa, justement parce que tu seras plus encadrée et moins "dans la nature". Si tu repousses au dernier moment pour un devoir à faire dans 2 semaines, comment ça va être quand les partiels sont dans 4 mois ?
En Inde, j'avais des partiels tous les 3 mois, bah j'avais tendance à ne rien faire pendant 2 mois et demi, et la semaine juste avant les partiels, j'arrêtais de vivre et je passais 18h/24 à la bibliothèque. Ca m'a réussi, mais c'est un choix à faire. Avec le recul j'aurais surement eu de meilleurs résultats si j'avais travaillé plus régulièrement :D !

Là, en prépa, avec des khôlles toutes les semaines, des TD suivis et des devoirs réguliers, tu n'as pas le choix : tu travailles. Tu ne te poses même plus la question. Le rythme ce n'est pas toi qui le prend, c'est le rythme de tes cours qui s'imprime et qui te "fait avancer".
En fac, ça sera à toi de "faire ton rythme" et d'avancer. Il y en aura moins à faire mais pour réussir tes partiels, il faudra forcément bosser !


Tiens, en dessous de mon pseudo, il y a une petite icone avec la Terre. Tu cliques dessus, tu tombes sur mon (vieux) blog de prépa, abandonné depuis, dans lequel j'ai relaté mes deux ans d'aventures.
Tu verras que ça n'a pas été facile tous les jours !
2009 - 2011 : Faidherbe, HX4-216, PC.
2011 - 2014 : Mines d'Alès - CIGMA
2013 - 2014 : IIT Kanpur (Inde) - Aerospace
Working now...

Pater
Messages : 6847
Enregistré le : mar. avr. 22, 2014 10:56 am

Re: France ou Canada, Canada ou France

Message par Pater » jeu. oct. 06, 2016 11:41 pm

A fissa :
Tu fais fausse route sur les universités françaises car tu ne fais pas la différence entre les licences et les master.
Or ceux ci peuvent être d'excellentes qualité. Notamment ceux qui sélectionnent (et cela va être consacré au plan juridique)
On vient enfin de comprendre qu etu voulais t emanciper de la tutelle parentale. C' est légitime
et pas besoin d aller à l'autre du monde pour y parvenir

Plusieurs centaines de prépa en France : rien ne t oblige à mettre celles de ton canton même si cela facilité l'admission
Certaines disposent d'internats ouverts le WE. Cele ne coutera pas très cher à tes parents. (pour info CIV Valbonne dispose d'une option info renforcée)
Les post bacs : En france, 2 cursus généralistes publics. Les INSA et les UT (compiegne, troyes et Belfort)
Des écoles privées relativement généralistes : EPF déjà citée et HEI

Pour partir à l'étranger sans te ruiner : le québec, la suisse et la Belgique
comme déjà proposé, l'UTC propose un cursus qui démarre par 2ans au Chili (pour l'éloignement tu serais gaté !)
il existe également une filière : science et humanité avec une 3ème année à l'étranger et 3 spécialités accessibles : informatique, systèmes urbains, Bio ingénierie.
L'EPFL demande une mention TB
Le Québec et la Belgique sont hors APB. Tu peux donc postuler en parallèle et choisir au dernier moment.
Bons choix

Pater
Messages : 6847
Enregistré le : mar. avr. 22, 2014 10:56 am

Re: France ou Canada, Canada ou France

Message par Pater » ven. oct. 07, 2016 12:15 am

http://www.destinationuniversites.ca/etudiants-francais/

Avatar du membre
U46406
Messages : 6725
Enregistré le : mer. juil. 27, 2016 7:38 pm
Classe : shadow CCO nobo CMT
Contact :

Re: France ou Canada, Canada ou France

Message par U46406 » mer. oct. 19, 2016 9:58 am

destination universités Québec... J'avoue que je reste assez sans voix devant ce site montréalais sans aucune page "à propos de notre organisme" ni autres "Mentions légales"...
« Occupez-vous d’abord des choses qui sont à portée de main. Rangez votre chambre avant de sauver le monde. Ensuite, sauvez le monde. » (Ron Padgett, dans Comment devenir parfait) :mrgreen:

Fissa
Messages : 37
Enregistré le : ven. juil. 08, 2016 9:32 pm
Classe : T°S

Re: France ou Canada, Canada ou France

Message par Fissa » jeu. oct. 27, 2016 7:39 pm

Merci pour vos réponses ;) Après réflexion je me suis un peu calmée et je pense que la solution la plus sage est d'aller en prépa pour avoir encore plus de temps pour décider et surtout ne pas me fermer de portes.

Cette fois-ci j'aimerais vous faire part d'un certain nombre de problèmes qui me posent vraiment souci au lycée, je ne me comprends plus trop ... (je ne fais pas de sujet à part parce qu'il est possible que je fasse un lien avec le canada par la suite, enfin bref). Je m'explique. :(

- Depuis le début de l'année scolaire j'ai reçu plusieurs fois des notes catastrophiques que je ne comprends pas. D'habitude, il me suffit de réviser un peu pour avoir ne serait-ce qu'une note potable, mais la c'est vraiment ...horrible.

Explications :

- En ds je suis particulièrement lente, ma gestion du temps est nulle, et pour cause : il y a toujours 30 à 50% de moi qui n'est pas là quand je lis une consigne. Je la lis la relis et je comprends la phrase, que c'est du français mais pas sa profondeur, il faut que je fasse un effort de concentration herculéen pour finalement me dire malgré moi : "C'est bon j'ai compris tb allez allez la suite" et le temps que j'en prenne conscience j'ai oublié ce que j'ai réussi à comprendre ... Résultat quand je regarde la copie des autres ils tournent la première page alors que j'ai à peine écrit une phrase, une phrase nulle pour pas me décourager et me dire que j'ai écrit quelque chose, ce qui me frustre parce que je sais que je suis capable de comprendre... Il y a toujours une partie de moi-même qui n'est pas là, je n'arrive pas à rester concentrer, j'oublie ce que je viens de lire.

- Pire j'ai l'impression d'être comme inconsciente du ds, de manquer d'adrénaline, je n'ai pas d'"adrénaline positive" qui permet d'aller plus vite : je vois que je suis en retard et je reste plantée comme ça, on a l'impression que je ne fais rien, que je prends un thé mais en réalité je lutte pour me concentrer, je ne sais pas par quoi commencer, je suis perdue ...

- J'ai confiance en moi avant un ds, je suis persuadée que j'ai les capacités de le réussir, et ensuite on commence ça y est c'est comme si je n'avais pas révisé, je perds confiance en moi, je suis nulle, etc. Quand je reçois mes notes c'est l'incompréhension, parce qu'en réalité depuis le début de l'année je fais vraiment des efforts sur tout, et en général quand je fais des efforts à ce point y a intérêt que ça paie, or là c'est l'inverse, je ne comprends pas. Si je n'arrive pas à terminer mes ds en terminale, qu'est-ce que ça va être en prépa ? En général on me dit pour mes ds que le début est très bien, puis la suite très très nulle ou juste inexistante...

- Ce même problème arrive en cours malheureusement. Je fixe le professeur, suis son mouvement de bouche, comprends son français, suis sa craie sur le tableau, on pense que je ne perds pas une miette de ce qu'il dit mais en fait je ne comprends rien, parce que je n'écoute pas. Je ne me rends pas compte que je pense à autre chose qui parfois peut avoir un rapport avec le cours, et ce n'est qu'au bout de 10 min que je m'écrie "Mince ! J'ai oublié d'écouter !". Je fais des efforts pourtant, mais rien que le fait de prendre conscience que je fais un effort me fait penser à autre chose. Problématique quand il s'agira en prépa de suivre un cours avec plein de démonstrations sur plusieurs heures ... Et les ds de 4h je n'en parle même pas...

- Ces "problèmes d'attention" se répercutent aussi sur le fait que je fais un nombre monstre d'étourderies. Évidemment, plus je révise, moins j'en fais, mais c'est parce que ça me donne confiance en moi. Hormis ça, j'en fais toujours, à chaque fois, parfois je relis un calcul 15 fois en appuyant sur chaque terme (sans exagérer), je reviens dessus après avoir pensé à autre chose, je le lis le relis le rerelis je fais des phrases dans ma tête...et c'est quand le professeur arrive pour ramasser les copies que je me rends compte que j'ai fait une erreur à cet endroit précis. C'est tellement frustrant !

- Le problème des tp : indéniablement problématique en prépa on peut le dire ... Les autres sont 3 questions après moi et moi je suis toujours à me demander le pourquoi du comment. Parce que je ne COMPRENDS PAS les consignes. Il y a toujours quelque chose qui me bloque. J'ai du mal à comprendre la LOGIQUE de la consigne, voire du tp parfois. Et quand je ne sais pas la LOGIQUE de la consigne je n'arrive pas à DEVINER ce qu'il faut faire, or ça n'à pas l'air de poser de souci le moins du monde aux autres pour qui les notes de tp rattrapent les notes de ds ce qui pour moi est l'inverse, quoique en ce moment ... C'est à dire que je ne saisis ABSOLUMENT PAS ce qu'il faut faire tant que je n'ai pas compris le pourquoi du comment. En revanche une fois que j'ai compris je vais très vite. J'ai peur pour l'année prochaine parce qu'on va nous servir des tp à la louche ...

- J'ai une sorte de peur d'apprendre. Quand je m'y mets déjà je n'arrive jamais à être concentrée à 100% il y a toujours quelque chose qui me dérange, pas forcément matériellement mais intérieurement. Et aussi la façon d'apprendre me déplaît. Le pire c'est l'histoire-géo : apprendre des paragraphes par coeur je DETESTE ça. En svt je ne sais pas pourquoi j'ai du mal, je pense que ce sont les ds qui m'ont fâchée avec la matière, je ne sais jamais ce qu il faut expliquer en détail. Il y en a qui écrivent des pavés et la plupart ont raison, moi quand j'essaye ça donne des hors sujet, même quand je ne fais pas de pavés. La méthode d'apprentissage que je préfère c'est celle pour les maths et la physique chimie : faire des exercices encore une fois pour percevoir la LOGIQUE c'est mon truc, j'ai envie d'en faire en refaire jusqu'à ce que ça vienne tout seul. J'y passe des heures et j'aime ça. Pareil en langues, j'adore apprendre du vocabulaire parce que je suis curieuse de savoir ce qu'ils utilisent pour dire ceci cela, et que je veux absolument "ressentir" la langue. Mais pour en revenir au problème, à part en langues justement parce que apprendre un mot c'est pas trop trop difficile, je n'arrive pas à me mettre à apprendre. Évidemment il faut se dire "allez cette fois tu y vas fonce" mais ça marche trop peu souvent. De manière générale je repousse à demain ce qui peut être fait aujourd'hui et ça me stresse, or j'évite tout stress donc je repousse le travail à faire comme c'est la source de stress, donc cercle vicieux. D'autant plus que les notes en ce moment ne suivent pas mes efforts, ce qui n'est pas vraiment encourageant. Vous pensez que ça peut me porter préjudice en prépa ? Dans le sens où je pense que c'est évident que je ne pourrai pas me permettre une totale procrastination mais où j'ai peur de travailler en quelque sorte ? (au passage je viens d'oublier cette question, j'ai oublié où je voulais en venir donc j'espère que c'est bien ce que je voulais demander)

- J'ai l'impression que ma méthode de travail n'est peut être pas la bonne. Pourtant jusqu'ici on ne m'a jamais reproché d'avoir une mauvaise méthode de travail et ça me paraîtrait même absurde mais bon en ce moment plus rien de m'étonne. J'ai l'impression qu'on nous demande de travailler de manière "linéaire", de ne pas forcément à chercher à comprendre ce qu'il y a autour mais pour moi c'est indispensable : je ne peux pas retenir quelque chose si je n'ai pas compris son interet, sa place dans un ensemble de choses. Depuis la 3e j'ai "l'habitude" (disons quand ça m'arrive de réviser comme je veux je fais automatiquement ça) de vouloir comprendre le chapitre dans son ensemble, relier chaque partie entre elles de manière précise, faire des schémas explicatifs prenant en compte essentiellement la logique du truc. Je pense que j'essaye de me faire une sorte de carte mentale du chapitre, en 3e ça allait parce qu'il n'y avait pas tellement de boulot (et donc quand les autres revisaient en 1h moi je le faisais en 4h mais ça allait) mais en terminale avec plus de 40h de cours par semaine c'est un boulot monstre de faire ça pour chaque chapitre. D'autant plus que souvent les chapitres sont des parties de notions, qui n'apportent pas toutes les réponses, celles ci se trouvent parfois au chapitre suivant, et moi j'ai perdu 60 min (oui 1h) à trouver la réponse... Quelles sont vos méthodes de travail à vous ?

- Autre chose : j'ai tendance à vouloir travailler et apprendre seule. Est-ce possible en prépa ? Je veux dire, est-ce qu'on a l'habitude d'utiliser exclusivement le cours du prof ou il est courant d'avoir un ou plusieurs livres qui constituent notre "cours de confiance" ? (je ne parle pas des exercices)

- Enfin je suis toujours fatiguée meme si je fais attention à dormir coûte que coûte mini 8h par nuit. Même quand je dors 9h 10h à rythme régulier je suis toujours capable de dormir 2-3h le temps d'une sieste. Ma soeur me compare à un tas, je ne sais plus le terme exact mais bon en gros une larve. C'est que j'ai l'impression de penser à toute vitesse même si on dirait pas, je pense à 3 trucs à la fois en cours, j'oublie ce que je pensais au premier truc pendant que je pensais au deuxième truc, et je ne peux pas me reconnecter sur le cours si je ne retrouve pas ce à quoi je pensais. Un simple truc me déconcentre et alors je ne fais plus attention qu'à lui, quand je remarque un mouvement de jambes de mon voisin par exemple qui ne s'arrête pas. Ou quand les élèves font des blagues avec le prof en plein controle et que le prof renchérit par exemple ça m'insupporte... Est ce que l'un d'entre vous a eu des problèmes de sommeil comme ça en prépa ? Est-ce dur ensuite de suivre le cours ?

Qu'en pensez-vous ? Vous êtes vous reconnu dans au moins une de ces situations ? Est ce que ça vous a particulièrement été défavorable pendant la prépa ? Quelles sont les solutions à adopter ?

J'ai l'impression qu'il y a quelque chose que je n'ai pas compris, ça peut être plusieurs choses, mais je n'ai JAMAIS cru arriver à une telle situation. J'ai toujours su que j'avais certaines capacités, ce n'est pas pour autant que je me suis arrêtée là j'ai toujours travaillé un minimum, quoiqu'il en soit il est certain que si je fournis un moindre effort il paie presque à chaque fois. Pourquoi est-ce de moins en moins le cas depuis que je suis au lycée ? Il est vrai qu'à méthode de travail égale avec mes camarades j'ai moins de fruits même en plus de temps, ce qui m'interloque (enfin ça me fait bizarre, ça me dépasse quoi).

Dites-moi que vous savez ce qu'il faut faire. ;((((

Ça me fait mal de savoir que je fais tant d'efforts pour recevoir des notes si exécrables, ça va être quoi mon bulletin, si ça se trouve je ne serai même pas acceptée en prépa. .. bon c'est pas non plus 5 sur 20 quoique récemment c'est arrivé.

Avatar du membre
U46406
Messages : 6725
Enregistré le : mer. juil. 27, 2016 7:38 pm
Classe : shadow CCO nobo CMT
Contact :

Re: France ou Canada, Canada ou France

Message par U46406 » jeu. oct. 27, 2016 7:49 pm

Moi aussi je suis toujours fatigué,
encore plus pour lire un gros pavé de texte. :)
« Occupez-vous d’abord des choses qui sont à portée de main. Rangez votre chambre avant de sauver le monde. Ensuite, sauvez le monde. » (Ron Padgett, dans Comment devenir parfait) :mrgreen:

Fissa
Messages : 37
Enregistré le : ven. juil. 08, 2016 9:32 pm
Classe : T°S

Re: France ou Canada, Canada ou France

Message par Fissa » jeu. oct. 27, 2016 8:33 pm

Merci pour ton aide ^^
Je demande pas des compétences de psy c'est simplement que je redoute de plus en plus le moment de m'inscrire sur apb pour les raisons évoquées ci-dessus, et je prefère donner des détails pour faire le moins fausse route possible. :/ Donc j'ai besoin de retours d'expériences,d'avis.
Si tu veux je fais un résumé à mot clé ci-dessous, en gros :

- Extremement lente, très mauvaise gestion du temps
- Gros problèmes de concentration
- Beaucoup d'étourderies en contrôle
- Procrastination
- Fatigue paradoxale
- Difficultés en tp à comprendre les consignes parce que pas de compréhension directe de la logique

Et du coup les questions c'est est ce que vous vous reconnaissez dans aun moins une des situations ? Est ce que ça vous a été défavorable en prépa ? Quelles sont les solutions ? Qu'en pensez vous ? Etc

Question importante : Ai-je un problème de méthode ? Quelle est la bonne ? Est-ce qu'en prépa le bachotage est très important ou ...?

Voilà désolée si je fais des pavés je peux pas m'en empêcher.

Merci d'avance. :)

Pater
Messages : 6847
Enregistré le : mar. avr. 22, 2014 10:56 am

Re: France ou Canada, Canada ou France

Message par Pater » jeu. oct. 27, 2016 11:20 pm

Tu devrais aller en lettres si tu aimes autant pondre des pavés, plutot pas mal d'ailleurs
voire en B/L si tu aimes les maths avec des débouchés élargis

Quoiqu'il en soit tu risques de souffrir en prépa où il y a beaucoup à emmagasiner en peu de temps. Le 1er effort se faisant durant le cours lui même
C'est normal que tu aies des problèmes de concentration/vitesse si tu es toujours fatiguée : un support médical serait peut etre judicieux...

Avatar du membre
train epicycloidal
Messages : 1370
Enregistré le : mar. juin 01, 2010 10:35 pm
Classe : CAC40
Localisation : Valaam
Contact :

Re: France ou Canada, Canada ou France

Message par train epicycloidal » jeu. oct. 27, 2016 11:35 pm

D’après moi, les éléments que tu indiques sont surtout ennuyeux pour l’école d’ingénieur mais ne sont pas un frein à la prépa.

[quote="Fissa"]- Extremement lente, très mauvaise gestion du temps[/quote]
Je suis lent depuis que je suis tout petit peu (peut-être pas extrêmement non plus mais c’était souligné sur tous mes bulletins…).
Cela empêche de jouer sur la quantité mais te laisse toute latitude pour te perfectionner sur la qualité. Durant les DS et jusqu’au jour du concours, je remplissais toujours moins de feuilles que mes camarades mais mes résultats ont toujours été correct car c’était appliqué et que j’évitais les âneries qui peuvent souvent fâcher un correcteur (en plus de ne pas rapporter de points).

Je ne sais pas ce que veut dire extrême mais : la lenteur n’est pas un problème si elle est compensée par la qualité.

[quote="Fissa"]
- Gros problèmes de concentration[/quote]
Pas de souci, des livres existent et les pages ne se tournent pas avant que tu le désires. En école, néanmoins, tu te heurteras peut-être au totalitarisme du cours oral sans avoir de support écrit pour t’aider. Et dès la prépa, il te faudra une bonne dose de confiance en toi pour admettre le fait que tu perds ton temps en cours et que tu ferais mieux d’ouvrir ton bouquin sur ta table. Si tu prépares tes cours AVANT le cours en question (ce qui exige que ce cours soit organisé, et que tu le sois aussi), tu pourras mieux suivre ce qui passe en classe vu que ton étude personnelle t’aura inspirer des questions auxquelles il faut trouver une réponse.

[quote="Fissa"]
- Beaucoup d'étourderies en contrôle[/quote]
La prépa est assez répétitive (en tout cas en PT sous l’ancien programme) ; cela pourra probablement t’aider à vaincre les étourderies.

[quote="Fissa"]
- Procrastination[/quote]
Mal universel. Son expédient également universel s’appelle l’effort.

[quote="Fissa"]
- Fatigue paradoxale[/quote]
Idem concentration. Un livre s’adapte à ton rythme d’éveil. Et les livres sont nombreux concernant le programme de prépa. La tyrannie de la politesse et du respect des professeurs t’empêchera cependant probablement de te reposer pleinement et brièvement sur ta table si besoin. Tu devras donc te résoudre à passer l’intégralité du cours dans un état paradoxal totalement inutile.

[quote="Fissa"]
- Difficultés en tp à comprendre les consignes parce que pas de compréhension directe de la logique
[/quote]
Les TP sont géniaux pour ceux qui savent en tirer en partie. Aujourd’hui en dernière (espérons) année d’une école qui en fait sa force, je ne sais toujours pas en faire. Ce problème me suit depuis le collège. Sers les dents et concentre-toi sur l’écrit si les TP te font perdre des points. Tu trouveras bien des binômes pour les faire à ta place et pour t’expliquer ce qu’ils font.

Conclusion : bien que le cursus ingénieur soit possible, la proposition de Pater n’est pas absurde. Partageant un certain nombre de tes tares, c’est l’école de commerce en DD qui m’a sauvé. Reste qu’au fil des entretiens d’embauche et des expériences, je constate à quel point le diplôme d’ingénieur est apprécié et désiré (mais à quel prix ? Cf. discussions sur les autres topics). Il s’agit donc de souffrir pour un avantage apparemment conséquent.
Employé.

Avatar du membre
LaMouette
Messages : 3700
Enregistré le : mar. mars 03, 2009 9:55 pm

Re: France ou Canada, Canada ou France

Message par LaMouette » ven. oct. 28, 2016 8:39 am

Dis-moi, tu es de quelle région ?
Tu es en terminale c'est bien ça ? Tu as peut être atteint un "pallier", un de ceux où tes "facilités" qui te permettaient de surnager avant ne te suffit plus. Ca arrive à tout le monde à un moment (et même parfois à plusieurs stades de la scolarité).
C'est souvent demandeur d'un changement de méthode, de mode de fonctionnement ou de direction...

- les DS : j'ai connu ça à un moment. C'est un peu compliqué à expliquer mais retrouver la bonne attitude a été la conséquence d'un regain de motivation, d'une bonne méthode et de "beaucoup prendre sur moi" au début. J'ai retrouvé ma capacité à travailler finalement !
Pendant un temps j'étais complètement déconnectée de mes résultats, très molle pendant les devoirs : en fait, c'était principalement dû au fait que j'étais assez découragée. Je savais que je n'allais pas y arriver de toute façon, donc je n'avais pas envie de mettre d'énergie et faire semblant...

- sur ce que tu dis en cours, c'est pareil : pour moi c'est un mélange de motivation, de ""confiance"" et de prise sur soi. C'est dur de se battre contre ça, mais c'est faisable !

- tu as un binôme en TP ? En prépa, j'ai toujours été très très très nulle en TP (enfin je manipulais bien mais j'avais du mal à comprendre le sens parfois...), mais j'ai été sauvée par mes binômes au début. Et puis en spé j'étais avec une fille encore plus paumée que moi, et là il a fallu que je prenne sur moi très fort, ça a fini par venir... Tu es toujours à 2 en TP en prépa, tu ne seras pas complètement lâchée.

- pour l'apprentissage... Hum, à te lire je pense que je comprends à peu près ce que tu dis.
L'histoire-géo : plus d'apprentissage de paragraphe. STOP. Prends ton cours (ou ton bouquin si ton cours est mal fait) d'histoire, regarde les titres et les grandes parties, et essaie de refaire la chronologie de l'histoire qui est racontée, de retrouver la logique des évènements. ("la mort accidentelle de machin truc a provoqué une réplique de tel pays qui a balancé une bombe là et du coup les autres sont allés faire la guerre à truc et comme les machins protégaient les truc bah ils s'y sont mis aussi...").
La géographie, c'est un peu pareil, les grands titres doivent te permettre de comprendre l'articulation du cours.

- Tu es visiblement une grande procrastineuse et une grande angoissée. Ca ne se soigne jamais vraiment, mais ça ne t'empêchera pas de réussir (et tu vois, ça ne quitte jamais vraiment, je suis là en train de t'écrire au lieu de bosser !).

- Je pense que tu as une mémoire kinesthésique : pour apprendre, tu as besoin de "faire" : faire un schéma, faire une frise, faire des flèches... ?

- En prépa, tu fais comme tu le peux : en sup, j'étais en galère et en spé, j'ai décidé de bosser davantage par moi-même et d'assister "un peu de loin" aux cours. Ca m'a réussi.

- Sur le sommeil et la forme en prépa, je pourrais t'en dire beaucoup beaucoup. Je vais passer en MP pour éviter de sortir des témoignages personnels que tout le monde ici a déjà lu :D . Mais OUI j'ai eu de gros problèmes de sommeil. Et oui ça m'a posé des soucis, et oui ça a été dur. Mais je suis passée en spé, ça allait mieux. Et j'ai intégré une école, et je m'y suis plu. Tu ne vas pas sombrer ni plonger, tes soucis ne t'empêcheront absolument pas de t'en sortir.


Bref, tout ça pour dire que quand je te lis, je me dis que j'aurais pu écrire à peu près les mêmes choses à ton âge... Pour les solutions, je peux développer plus loin ou en MP.
2009 - 2011 : Faidherbe, HX4-216, PC.
2011 - 2014 : Mines d'Alès - CIGMA
2013 - 2014 : IIT Kanpur (Inde) - Aerospace
Working now...

Avatar du membre
LaMouette
Messages : 3700
Enregistré le : mar. mars 03, 2009 9:55 pm

Re: France ou Canada, Canada ou France

Message par LaMouette » ven. oct. 28, 2016 8:48 am

Concernant ce que disent les autres : je ne suis pas sûre qu'une autre voie que les sciences t'ira davantage (après c'est toi qui voit ce que tu as envie de faire), parce que tu exprimes quand même un grand besoin de comprendre, de savoir, d'avoir des explications...
Et que certes tu écris très bien, mais savoir pondre de beaux pavés (moi aussi j'aime ça !) ne veut pas dire que tu es prédestinée aux lettres.

Savoir bien écrire sera toujours un avantage quelle que soit ton orientation.




Vu tout ce que tu dis, j'ai des pistes pour toi, avant de parler méthodologie : Est-ce que tout va bien dans ta vie personnelle ? Tu te sens bien ? Seule ? (on peut se sentir seule même si on a des amis et une famille aimante...)
Avec tout ce que tu nous dis, je me demande si tu ne couverais pas une dépression ou un simple "passage à vide". Pas forcément besoin de s'alarmer immédiatement, mais la majorité des problèmes que tu évoques (difficultés à se concentrer, à se focaliser, à apprendre, fatigue alors que tu dors suffisamment...) m'y font carrément penser.
Tu as des passions, des trucs qui te font vibrer, qui te donnent envie de te lever le matin ?
Tu n'as pas à répondre à ces questions, mais pose-les toi. Parfois tout va bien en surface "et puis les depressifs, c'est les gens qui pleurent tout le temps et qui veulent se suicider, moi je vais bien, ma vie est cool, j'ai des amis, je ris...". Et pas forcément. Tu peux couver une dépression alors qu'en apparence "ça va".
La bonne nouvelle c'est que tu peux t'en sortir avec un bon suivi.

Ou alors un problème plus physiologique : anémie, maladie en latence, une carence en fer ou magnésium ou autre chose...

Bref, avec tout ça, pour moi ça serait bien que tu ailles voir un généraliste pour lui raconter tout ça, et peut être faire une prise de sang.

Et puis je t'envoie un MP !
2009 - 2011 : Faidherbe, HX4-216, PC.
2011 - 2014 : Mines d'Alès - CIGMA
2013 - 2014 : IIT Kanpur (Inde) - Aerospace
Working now...

Avatar du membre
U46406
Messages : 6725
Enregistré le : mer. juil. 27, 2016 7:38 pm
Classe : shadow CCO nobo CMT
Contact :

Re: France ou Canada, Canada ou France

Message par U46406 » ven. oct. 28, 2016 9:59 am

Merci pour le résumé ! ça aide beaucoup. à un moment, j'ai cru lire mon auto-portrait.

Pour la question sur la logique , as-tu consulté un service spécialiste pour voir si ça ne serait pas un "TSA" ("autisme") genre Asperger ou autre zébritude qui fait qu'il est parfois difficile de rentrer dans les cases attitrées ?
« Occupez-vous d’abord des choses qui sont à portée de main. Rangez votre chambre avant de sauver le monde. Ensuite, sauvez le monde. » (Ron Padgett, dans Comment devenir parfait) :mrgreen:

Fissa
Messages : 37
Enregistré le : ven. juil. 08, 2016 9:32 pm
Classe : T°S

Re: France ou Canada, Canada ou France

Message par Fissa » ven. oct. 28, 2016 9:50 pm

[quote="train epicycloidal"]

Je ne sais pas ce que veut dire extrême mais : la lenteur n’est pas un problème si elle est compensée par la qualité. [/quote]


Le problème est que comme je suis extrêmement lente je n'ai pas le temps de prolonger ma réflexion et je survole tout, mais vraiment, ce qui donne non seulement quelque chose de petit en longueur mais AUSSI en qualité... :(

[quote="train epicycloidal"]
Si tu prépares tes cours AVANT le cours en question (ce qui exige que ce cours soit organisé, et que tu le sois aussi), tu pourras mieux suivre ce qui passe en classe vu que ton étude personnelle t’aura inspirer des questions auxquelles il faut trouver une réponse. [/quote]

Donc ça veut dire que c'est pas impossible en prépa de s'organiser de sorte à même être "en avance" ?


[quote="train epicycloidal"]
La prépa est assez répétitive (en tout cas en PT sous l’ancien programme) ; cela pourra probablement t’aider à vaincre les étourderies. [/quote]

D'accord, merci. :)




[quote="train epicycloidal"]
- Fatigue paradoxale
Idem concentration. Un livre s’adapte à ton rythme d’éveil. Et les livres sont nombreux concernant le programme de prépa. La tyrannie de la politesse et du respect des professeurs t’empêchera cependant probablement de te reposer pleinement et brièvement sur ta table si besoin. Tu devras donc te résoudre à passer l’intégralité du cours dans un état paradoxal totalement inutile. [/quote]

J'ai pas tout compris, désolée. :(

[quote="Fissa"]
- Difficultés en tp à comprendre les consignes parce que pas de compréhension directe de la logique
[/quote]
Les TP sont géniaux pour ceux qui savent en tirer en partie. Aujourd’hui en dernière (espérons) année d’une école qui en fait sa force, je ne sais toujours pas en faire. Ce problème me suit depuis le collège. Sers les dents et concentre-toi sur l’écrit si les TP te font perdre des points. Tu trouveras bien des binômes pour les faire à ta place et pour t’expliquer ce qu’ils font.

Alors ça va :)

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités