Témoignage - Intégrer une ENS après la fac

Si vous avez une question sur une école, sur la formation proposée, les options, les débouchés.

Modérateurs : JeanN, Michel Quercia

Répondre
Hika
Messages : 48
Enregistré le : lun. juin 08, 2015 4:52 pm

Témoignage - Intégrer une ENS après la fac

Message par Hika » dim. juil. 29, 2018 5:29 pm

Bonjour à tous,

Je ne prétends en aucun cas détenir une vérité absolue. Ce poste est davantage un témoignage qu’un guide. Mon intention est de combler en partie le manque d’information au sujet des voies d’accès aux ENS lorsque l’on est en université. Les sites internet nous renseigne peu, nous n’avons pas droit à des rapports de jury qui expliquent ce qui est attendu (pour les dossiers), les critères des jurys sont assez obscurs avant d’être jeté dans la bain des entretiens/oraux. Malgré le bon vouloir des professeurs/maîtres de conférence, ils sont peu renseignés sur les modalités d’accès aux ENS par les voies universitaires tant ce chemin est peu emprunté. Ayant tenté les admissions sur dossier et le second concours, je suis ici pour éclairer les futurs L2 (voire L3) qui voudraient tenter leur chance. Mes propos sont valables uniquement pour les départements de Biologie des ENS de Paris, Paris-Saclay (ex-Cachan) et Lyon.

Avant tout, je pense que se censurer est une erreur à ne pas commettre, quel que soit son parcours. J’ai un parcours atypique et une année de « retard » par rapport aux autres due justement à mes réorientations. Pour faire court, après une BCPST, j’ai suivi une année de PACES (par défaut), avant d’intégrer la L2 BioPlus de Paris Sud. Néanmoins, j’ai toujours essayé de valoriser mes changements de voies notamment en faisant des stages recherche (3 mois en PACES, 1 mois et demi en L2) qui sont des atouts non négligeables lorsque l’on souhaite entrer dans une ENS.

Le voie sur dossier existe en fin de L2 Biologie pour Ulm, Paris-Saclay et Lyon. L’étude des dossiers (résultats académiques, expériences, …) constitue la phase d’admissibilité. Les admissibles sont ensuite convoqués à des entretiens de motivation. Si un candidat s’est avéré être assez convaincant, il est admis et obtient le statut de normalien-étudiant. Le cursus est le même que les normaliens-élèves, mais la scolarité dure 3 ans et non 4. De plus, les étudiants ne sont pas fonctionnaires stagiaires et non rémunérés.

Le second concours pour les L2 est proposé uniquement par l’ENS de Lyon. Il n’y a pas de places définies à l’avance pour chaque département mais seulement un nombre de postes tous départements scientifiques confondus. Les lauréats obtiennent le statut de normalien-élève et sont fonctionnaire stagiaire au même titre que leurs camarades ayant intégré au biais du concours de CPGE.

Admission sur dossier

En milieu de L2, la saison des dossiers débute. A peu de choses prêt, les documents demandés sont les mêmes (bulletins, lettre de motivation, lettre de recommandation, CV, pièce d’identité, …) pour les trois ENS. Néanmoins, les entretiens oraux sont très différents. Nous pouvons réellement sentir la coloration de chacune des ENS lors des discussions avec les jurys.
  • Ulm
Le premier oral qui a lieu est celui de l’ENS Ulm. Je pense que c’est l’entretien le plus stressant étant donné que le jury est composé de six membres (sept si l’étudiant candidate également au département de sciences cognitives, ce qui n’était pas mon cas). Leur but est de couvrir tous les champs disciplinaires de la biologie afin de rebondir pertinemment aux réponses du candidat. Au début de l’oral, l’étudiant se présente, explique son parcours et ses choix. J’ai personnellement pris le parti de justifier chacunes de mes réorientations afin d’éviter les questions épineuses et de vendre un parcours le plus cohérent possible. Cette stratégie s’est avérée payante. Ensuite, le candidat parle de son projet. Il est plus que conseillé de dire en quoi l’ENS Ulm peut vous permettre de le suivre à bien et pas seulement d’insister sur le prestige de l’institution bien qu’il est clair que l’étiquette normalien permet d’ouvrir les portes par la poignée plutôt que de les enfoncer.
Vient ensuite l’heure des expériences en laboratoire. On explique le sujet et quel a été notre rôle. Les questions s’enchaînent et sont de plus en plus pointues pour voir jusqu’où l’étudiant peut aller. Chaque membre du jury a une ou plusieurs questions. Ne pas savoir répondre n’est pas disqualifiant, l’admettre est même un signe d’honnêteté intellectuelle. De toute manières, ils savent qu’en fin de L2, on ne peut pas tout savoir même si on a travaillé sur le sujet. A noter que les questions sur mon stage de biologie moléculaire ont occupé 70% du temps de l’entretien tandis que celles de mon stage de biochimie n’ont pas duré plus de 3 minutes.
Le jury demande ensuite si nous avons candidaté autre part. J’ai choisi la carte de l’honnêteté. J’ai répondu en effet que j’avais déposé un dossier partout que j’étais également admissible au second concours. Ils nous posent ensuite la fameuse question : quel est notre premier choix ? Sans aucune hésitation, j’ai répondu Lyon, pour son second concours et les avantages que procurent le statut de normalien-élève. Tous les membres du jury m’ont répondu que c’était évident et que le contraire aurait été étonnant.
Enfin, les dernières questions portent sur nos perspectives dans un avenir plus ou moins proches : dans quel discipline voudrions nous faire un stage ? dans quel laboratoire (j’ai eu la chance de donner un laboratoire que connaît l’un des examinateurs) ? quel sujet de thèse ? Pour finir, ils nous questionnent sur nos lectures scientifiques. Répondre que l’on est pas abonné à une revue n’est pas une hérésie. J’ai cependant rebondi sur le fait que j’avais lu un article du journal du CNRS qui parlait des travaux d’une normalienne qui était chercheuse à Ulm : expliquer ce que j’avais compris et l’intérêt de ses recherches. Et grand hasard, ils la connaissaient très bien, elle était d’ailleurs au bureau d’en face.
Sur ces mots, l’entretien touche à sa fin après un échange d’environ une demi-heure. Une attitude décontractée permet d’appréhender l’exercice avec plus d’aisance même si les premières secondes peuvent être impressionnantes, on ne sait pas encore à quelle sauce on va être mangé. Ce qu’il faut en retenir, c’est qu’il faut avoir de solides connaissances sur ces stages de recherche et justifier chaque propos : pourquoi ce choix d’UE, pourquoi cette ENS, pourquoi ce parcours, … Faire preuve de pédagogie peut également être un grand avantage notamment parce que l’ENS forme des enseignant. Gardez à l’esprit que le jury est là pour aider les candidats et fait preuve de bienveillance. Certains font même preuve d’humour. L’ambiance est décontractée sans être désinvolte, le but est de vous mettre à l’aise. Nous recevons un premier mail, le lendemain cette année, pour nous informer de la décision du jury qui n’est définitive qu’une fois la commission s’étant réuni début juillet.
  • Lyon
Les entretiens de Lyon ont lieu lors de la semaine d’oraux du second concours début juillet. Le jury est composé de deux personnes, la responsable du L3 Biosciences de l’ENS et un professeur de l’université Claude Bernard. On présente son parcours et son projet sans oublier en quoi cette ENS permet de le mener à bien. Alors que l’entretien de Ulm est très axé sur les stages recherche, celui de Lyon se concentre davantage sur les expériences personnelles du candidat. Personnellement, je travaille depuis mes 17 ans dans l’animation et j’ai su le valoriser en faisant un parallèle avec les compétences en enseignement que j’ai pu développer en menant différents projets de modélisation scientifique. Ils apprécient également que le candidat fasse preuve de curiosité dans les différents domaines de la biologie. J’avais choisis de parler de mon appétence pour les biomathématiques et les bio-informatiques. Coup de bol encore une fois, le professeur de l’UCB était biomathématicienne. Je n’ai pas échappé à la question de mes lectures scientifiques et ai donné la même réponse qu’à Ulm. De même, on nous demande quel est notre premier choix. Le jury était adorable et très réceptif.
  • Paris-Saclay
La dernière ENS à nous convoquer. De mémoire, quatre postes étaient allouées pour cette voie d’accès. Le jury est composé de deux professeurs dont la responsable du L3. J’ai eu très peu de questions sur mes stages, plutôt sur mon projet et sur mes choix de parcours. L’entretien a duré peu de temps étant donné que j’avais eu le jour même les résultats du second concours et que mon choix était déjà fait. J’ai donc préféré les prévenir que je partais à Lyon bien que pour les admissions sur dossier, l’ENS Paris-Saclay aurait été mon premier choix du fait de l’esprit de l’école et de la possibilité de passer l’une des deux agrégations de biologie : BGB ou SVSTU. Les deux membres de jury ont tout de suite compris mon choix et a été d’une bienveillance extrême.
  • En bref
Bien que les entretiens soient au premier abord assez stressant, tous les jurys ont été sympathiques, bienveillants avec une envie de faire de cet oral, un échange détendu mais formel. Les attentes différent largement entre les trois ENS tant les colorations de ces dernières sont singulières bien que les finalités soient les mêmes.

Admission sur concours

En fin de L2, l’ENS de Lyon propose un concours octroyant aux lauréats les mêmes droits que les normaliens ayant intégré par les classes préparatoires. Au vu de mon parcours atypique, j’ai dû au préalable faire une demande dérogation qui me fut accordée. Lors de l’inscription, nous devons choisir deux disciplines scientifiques ainsi qu’une langue vivante. Pour ma part, ce fut Biologie en majeure, Géologie en mineure et Anglais. J’avoue avoir largement regretté d’avoir choisi Géologie au lieu de Chimie vu mes faibles souvenir de BCPST. En effet, les écrits portent sur les programmes de première année et de deuxième année de classe préparatoire. Les admissibles sont ensuite convoqués aux épreuves orales : Anglais, Géologie, Biologie et Projet (plus ou moins un TIPE, dont les consignes me sont encore assez obscures). Les programmes des oraux portent sur les programmes suivis au cours de notre cursus : 1BCPST, PACES et L2 BioPlus pour ma part. En vue de l’épreuve de projet, le dossier doit être envoyé une semaine après les admissibilités et l’oral doit être préparé (diaporama à l’appui, bien que la présentation reste à l’appréciation du candidat).
L’épreuve de projet personnel est un oral de 15-20 minutes suivi de 15-20 minutes de question en rapport avec les sujet, puis d’une discussion de quelques minutes sur la poursuite de nos études. Le jury était composé d’un professeur de Biologie et d’un professeur de Chimie (mon sujet relevant de la Biochimie).
La Géologie est une suite d’exercice au tableau assez variée. Je suis tombé sur de la reconnaissance de roches, de la cartographie et de la géophysique. Certaines notions étaient clairement hors programme, mais savant que je n’étais pas géologue pour un sous, le membre du jury m’a aidé volontiers dans mes recherches. Je pense d’ailleurs que ce sont les qualités de la réflexion scientifique du candidat qui priment sur les connaissances brutes.
La Biologie est une khôlle, sans préparation depuis la session 2018. Nous avons le choix entre deux sujets. De mémoire, ce fut « les macromolécules glucidiques » et « liaisons protéines/ADN : relation structure/fonction ». J’ai opté pour les glucides. Nous sommes libres d’utiliser le tableau ou non, mais il s’agit d’un support non négligeable pour un exposé clair. Il est très difficile de traites des sujets de biochimie sans dessiner les molécules, les liaisons. Bref, la principale complexité est de parler tout en dessinant au tableau. L’exposé est suivi de quelques questions sur le sujet choisi, puis sur l’autre pour s’assurer des connaissances générales de l’étudiant. Puis, l’examinateur questionne brièvement sur les stages en laboratoire avant de passer au second exercice. Ce dernier est une discussion informelle autant d’un exercice basé sur des expériences tirées d’un article scientifique. Tout au long e la trame, le candidat analyse les résultats, émet des hypothèses et des conclusions. Un esprit critique des résultats est grandement valorisé (analyse des barres d’erreurs, proposition d’expériences alternatives, …).
En dernier lieu, l’épreuve d’anglais est l’analyse d’un article d’actualité ou tiré d’une revue scientifique. Il faut le résumer et l’analyser, puis présenter le tout à l’oral. Une phase de questions suit l’exposé.

Le second concours qui est pourtant une voie d’accès réputée assez accessible est peu évidente pour un biologiste, les facultés proposant rarement des cursus bi-disciplinaires incluant les sciences du vivant. Il me semble que cette année, nous sommes deux biologistes à avoir été reçu au second concours.

J’espère que ce témoignage éclairera les universitaires qui souhaitent intégrer une ENS.
Bien à vous,
Modifié en dernier par Hika le jeu. août 16, 2018 9:01 pm, modifié 2 fois.
BCPST - Saint-Louis
BioPlus - Université Paris Sud
ENS Lyon - Département de Biologie

Avatar du membre
U46406
Messages : 7200
Enregistré le : mer. juil. 27, 2016 7:38 pm
Classe : shadow CCO nobo CMT
Contact :

Re: Témoignage - Intégrer une ENS via la fac

Message par U46406 » lun. juil. 30, 2018 10:26 am

Tu gagnerais à intituler ton très long message, car il doit y avoir peu de visiteurs ici sur forum Prepas à être passé par une licence de bio :

Témoignage - Intégrer une ENS via la fac de bio
« Occupez-vous d’abord des choses qui sont à portée de main. Rangez votre chambre avant de sauver le monde. Ensuite, sauvez le monde. » (Ron Padgett, dans Comment devenir parfait) :mrgreen:

Nathan22
Messages : 115
Enregistré le : lun. juil. 23, 2018 12:06 am

Re: Témoignage - Intégrer une ENS après une fac de Biologie

Message par Nathan22 » dim. août 12, 2018 9:29 pm

Merci beaucoup pour ces informations Hika !

Je vais en tenter l'année prochaine en Chimie alors tous ces conseils sont vraiment intéressants et pertinents.

Merci pour avoir partagé tout ça et encore félicitation pour ton admision !

Hika
Messages : 48
Enregistré le : lun. juin 08, 2015 4:52 pm

Re: Témoignage - Intégrer une ENS après une fac de Biologie

Message par Hika » dim. août 12, 2018 9:57 pm

Salut Nathan,

Je vais te répondre également pour la Géologie étant donné que tu m’avais fait mention de vouloir la présenter en mineure.

  • Inscription et demande de dérogation
Alors, lorsque les inscriptions sont ouvertes, que tu doives faire une demande de dérogation ou non, tu suis la procédure du site internet. Il faudra joindre sur le site plusieurs documents comme ton attestation de JDC ou JAPD, ton bac et autres papiers administratifs. Une fois l’inscription validée, tu dois la joindre au dossier pour ta demande de dérogation, à laquelle tu ajoutes une lettre de motivation, un CV, ton bac et tes relevés de notes post-bac.

Pour ma lettre, j’avais vraiment mis le paquet pour convaincre la commission que mon parcours, bien qu’il soit atypique, est cohérent. J’ai également joué sur mes expériences de stage en laboratoire pour prouver mon intérêt pour la recherche et de la formation par la recherche. Ayant aussi bossé 3 ans en tant qu’animateur, j’ai exposé le fait d’avoir mené des projets scientifiques sur les sciences de la terre (maquettes, expériences, sorties pédagogiques). Enfin, j’ai terminé par mon projet en précisant que l’ENS de Lyon était l’école qui me permettrait de le mener à bien dans les meilleures conditions possibles (agreg + M2R + thèse). J’ai reçu quelques semaines après (peut-être 1 mois) une réponse favorable.

Je n’ai pas joint de lettre de recommandation étant donné que ce n’était demandé, mais tu peux toujours. Au mieux elle est lue, au pire elle est jetée. Enfin je pense que ça ne portera préjudice …

Pour le concours en lui-même, tu choisis deux disciplines au moment de l’inscription : une majeure et une mineure et tu as également le choix des coefficients (6 et 4 ou 5 et 5 de mémoire). Fais bien ton choix, surtout qu’en chimie on fait pas un peu de physique ? Personnellement, j’avais vraiment regretté d’avoir pris Géosciences en mineure vu mon niveau dans la matière. Finalement, ça s’est bien passé, mais j’aurais sûrement été plus l’aise en chimie.

Fin mai – début juin, ont lieu les écrits. Tu as le choix de deux sites, Paris (à Ulm) et Lyon. J’avais choisi Ulm, vivant au sud de Paris et tu verras qu’on est vraiment peu. On devait être 6 pour la Bio et j’étais tout seul en Géologie. Je crois que Lyon est bien plus remplie. Les résultats de l’admissibilité sont disponibles fin juin. Par contre, tous les oraux (début juillet) ont lieu à Lyon sur deux jours. Tu as la possibilité d’y être hébergé pour 30 euros/nuit. La personne s’occupant de l’hébergement n’ayant pas pris en compte ma demande, j’ai dû prendre un Airbnb à 20 minutes à pied de l’école mais c’était pas plus mal. Cette année, le BDE a vraiment été top et à organiser tous les matins et tous les soirs de repas gratuits pour les admissibles. Je n’y allais pas pour manger, mais plutôt pour avoir de la compagnie ; être tout seul dans 20m2 c’était pas vraiment la joie. Tu rencontres du monde et tu rends compte que l’ambiance de l’école est top. J’espère que le BDE de l’an prochain réitèrera parce que je pense que ça contribue vraiment à notre réussite au concours que de se savoir accompagné et soutenu.

Si tu souhaites être candidat à l’admission sur dossier tu devras donner les adresses de deux professeurs/tuteurs de stage qui recevront un mail de l’ENS qui leur demandera une lettre. Tu joindras également tes bulletins, lettre de motivation, CV, …

  • Projet personnel


J’ai réutilisé un travail que j’avais dû effectuer pour mon stage de fin de L2 (shame). Le projet demande un dossier limité à 20.000 caractères, autrement dit très court. Quand j’ai repris mon rapport de stage et mon rapport bibliographique je devais dépasser les 60.000 caractères donc j’ai épuré et synthétisé au maximum ce qui m’a pris une journée facile. Donc, j’ai fait une première partie très bibliographique avec une dizaine de références (articles publiés) et une seconde partie beaucoup plus techniques avec les résultats que j’ai obtenu au cours de mon stage de fin de L2 (j’ai eu la chance d’en avoir pas mal donc j’ai pu créer une histoire avec un vrai fil conducteur).

Ensuite à l’oral, tu dois présenter ton dossier ou seulement une partie. J’ai donc repris mon powerpoint que j’ai également synthétisé (j’ai dû réduire un oral de 30 min en 15/20 min). Je me suis beaucoup entraîné à l’oral, tout seul dans ma chambre, en me sentant très très ridicule à parler à ma fenêtre. Ces entraînements m’ont permis de rendre l’exposé très fluide, clair et peu hésitant.

Le jury m’a ensuite posé des questions sur le dossier, l’oral et enfin mon stage. Il était composé d’une biologiste et d’un chimiste, mon sujet relevant de la biochimie. Encore une fois, des professeurs très bienveillants. Je pense qu’utiliser le tableau est un bon point pour étayer et clarifier les réponses aux questions, le but était de révéler ses capacités pédagogiques. L’honnêteté intellectuelle est également un bon point, il y a quelques questions auxquelles j’étais incapable de répondre. Avant de se quitter, ils m’ont demandé de leur exposer mon projet professionnel.

En tout cas, je pense qu’une étude bibliographique référencée par des articles et non des sites web est grandement appréciée. Prendre du recul sur son sujet permet également de mieux l’appréhender de l’exposer. SI tu as l’occasion de faire un stage de laboratoire, saute sur l’occasion c’est très formateur.

  • Épreuves de géologie et préparation


Bon, là on va passer à la séquence faites ce que je dis et pas ce que je fais. Pour les écrits que ce soit en Biologie ou Géosciences je n’ai pas ouvert un livre. Je ne pensais pas une seconde que je pourrais être admissible, j’y suis allé assez défaitiste en me disant que c’était peine perdue et qu’il faudrait un miracle. Je ne pense pas que mon année de BCPST m’ait été utile puisque qu’en Géologie je n’ai traité que la moitié du sujet vu que mes connaissances étaient vraiment basiques. J’ai eu beaucoup de chance car il était long et donc très varié avec plusieurs petites parties : du magmatisme, de paléontologie, de la géodésie, du calcul et de la physique. Bref, je pense avec très bien traité ce que j’ai fait, mais je suis clairement incapable de légendé une lame mince, ni même de reconnaître une roche autre que la péridotite (aux écrits).

Grosse surprise aux admissibilités. Vu que je m’étais pris une petite semaine de vacances dans le sud j’ai dû remonter sur Paris pour bosser les oraux (et reprendre le travail accessoirement). Là ça a été intensif. Dès que j’étais pas au travail j’étais plongé dans le programme de 1BCPST du J’intègre (Dunod). A noter que les programmes des oraux sont, officiellement, uniquement basés sur les programmes que tu as suivi. Pour moi ça se limitait donc à la sup en Géologie. Là j’ai tout redécouvert. En une dizaine de jours, j’ai fait des fiches (j’apprends en écrivant), des dessins, des exercices, … J’ai dû revoir tout le programme 3 ou 4 fois. Je t’avoue que c’était vraiment compliqué de concilier boulot, associatif et toutes les broutilles du quotidien avec les révisions. Vu que je pensais que je ne serai pas admissible j’avais plein de trucs prévus avant les oraux (c’est malin) !
Aux oraux, j’ai eu de la reconnaissance de roches (1 seule sur les 3 était au programme), de la cartographie, un peu de magmatisme, un peu de sédimento et un exercice de géophysique (isostasie). En 30 minutes c’est assez intense. J’avais qu’un seul examinateur (avec beaucoup d’humour) et c’était vraiment un échange. Lorsque l’on ne sait pas, on nous demande de réfléchir, observer, émettre des hypothèses et finalement on arrive aux réponses attendues. Encore une fois, il faut vraiment utiliser le tableau pour être clair. De souvenir, il y avait pas mal de hors programme, mais ça permet aussi de voir jusqu’où on peut aller dans la réflexion.

  • Autre


N’oublie pas de préparer un minimum l’épreuve de LV1. J’avais pris anglais et je lisais un article de presse (health, environment, nature, science) par soit à voix haute. Aussi, lis avec grande attention les rapports de jury pour ne pas commettre les erreurs que mentionne le jury. Dernière chose, pour la Bio j’avais fait le sujet de l’an passé pour m’entraîner et voir à quoi m’attendre. En tout cas, je te souhaite bon courage et beaucoup de réussite dans ton projet !

J’espère avoir répondu à tes questions. Si tu en as d’autres n’hésite surtout pas à me solliciter !
BCPST - Saint-Louis
BioPlus - Université Paris Sud
ENS Lyon - Département de Biologie

father
Messages : 7032
Enregistré le : mer. nov. 10, 2010 11:03 pm
Classe : 3J8VR2

Re: Témoignage - Intégrer une ENS après une fac de Biologie

Message par father » dim. août 12, 2018 10:21 pm

Quelle sera ta mineure pour lyon?

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités