Des pistes d'amélioration pour les concours - étude de cas de l'X

Si vous avez une question sur une école, sur la formation proposée, les options, les débouchés.

Modérateurs : JeanN, Michel Quercia

Avatar du membre
bullquies
Messages : 6533
Enregistré le : mar. avr. 17, 2012 9:19 pm
Classe : Thé à la

Des pistes d'amélioration pour les concours - étude de cas de l'X

Message par bullquies » sam. oct. 06, 2018 12:18 pm

Par ordre de vulgarisation :

https://www.liberation.fr/france/2018/1 ... xl_1683480

https://la-sphinx.fr/les-concours-ne-sont-pas-neutres/

https://sci-hub.se/10.3917/socio.092.0169

Pour une fois que ce n'est pas juste un article du monde qui met la prépa AL et la pcsi dans le même panier... Présentation un peu succincte des résultats d'une étude réalisé par des X pour estimer le rôle des concours d'entrée dans la reproduction sociale.

Parmi les éléments "marquants", c'est le rôle des maths dans la perpétuation de cette reproduction sociale, contrairement à ce qu'on aime croire (et ce qui peut paraître intuitif de prime abord).

Avatar du membre
Hibiscus
Messages : 1401
Enregistré le : ven. oct. 27, 2017 10:55 am
Classe : Bac a fleurs

Re: Des pistes d'amélioration pour les concours - étude de cas de l'X

Message par Hibiscus » sam. oct. 06, 2018 12:58 pm

(Tu vois, padpad. On n'a pas eu le courage, mais bullquies l'a fait !)
Lycée Masséna (Pcsi-PC*)
École polytechnique (X2015)
Université de Tokyo/Tohoku - Thèse (Astrophysique)

Avatar du membre
framboise2
Messages : 249
Enregistré le : lun. janv. 23, 2017 3:27 pm

Re: Des pistes d'amélioration pour les concours - étude de cas de l'X

Message par framboise2 » sam. oct. 06, 2018 9:52 pm

Merci pour ce sujet et les liens.
D’autant plus intéressant que les auteurs font des propositions.
Bullquies j’espère que ce topic un peu dérangeant ne sera pas modéré.
:P Parent

Avatar du membre
siro
Messages : 3227
Enregistré le : dim. mai 01, 2016 8:09 pm
Classe : Cassandre

Re: Des pistes d'amélioration pour les concours - étude de cas de l'X

Message par siro » sam. oct. 06, 2018 10:49 pm

J'ai quand même des réserves sur certaines pistes d'améliorations de La Sphinx, perso.

(Je me base sur le billet de La Sphinx, que j'avais déjà lu.)
1. Transférer le concours de Polytechnique (qui est actuellement constitué d’épreuves spécifiques, communes uniquement avec les ENS) vers le concours commun Mines Ponts, afin d’augmenter le nombre et la diversité des candidat·e·s qui n’auraient pas à postuler spécifiquement l’X ou aux ENS, dont le prestige est source d’autocensure. Oui. Pour le coup, bonne idée, surtout que les épreuves seront plus standardisées. Par contre la difficulté des épreuves sera bien moindre que sur un concours X/ENS... et entre sélectionner sur du très dur (cas actuel) en ayant des élèves qui se démarquent nettement, et sélectionner sur du moins dur (cas d'une fusion avec le CCMP) en ayant plus d'élèves dans le haut du panier, ça ne sera pas les mêmes profils qui seront recrutés à la fin. Celles et ceux qui connaissent la logique de la banque PT sauront de quoi je parle.
2. Augmenter la part du recrutement universitaire français pour arriver à 50 % d’élèves recruté·e·s à l’université dans les promotions (en comptant les élèves étranger·e·s). Bof. Les élèves de prépa restent quand même statistiquement d'un meilleur niveau, pourquoi l'X se couperait-elle la branche sur laquelle elle est assise ? L'X a noté déjà que les PSI avait un bon niveau, comparable aux PC, et a modifié les places aux concours en conséquence. Les BCPST et les PT ont également vu leurs recrutements varier selon le retour des heureux élus de ces filières sur place. Je ne crois pas qu'imposer de recruter plus d'élèves de fac sera bénéfique pour l'école. (mais c'est un point de vue personnel)
3. Afin de casser l’oligopole de la préparation au concours, imposer à chaque établissement (public ou privé sous contrat) d’accueillir au plus deux classes préparatoires étoilées par filière. Les classes étoilées sont des classes qui préparent spécifiquement aux meilleurs concours, l’X en particulier. À titre d’exemple, le lycée Louis-le-Grand propose quatre classes de MP*. Cette mesure dépend du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche plutôt que de l’École polytechnique, mais nous la jugeons extrêmement efficace, et ses conséquences en terme de diversité des élèves dépassent le seul cadre de l’X. C'est du nivellement par le bas gratuit. Imho ça ne changera pas les scores de LLG et Ginette, on dirait juste une mesurette de bureaucrate énarque, qui se contourne en trois minutes. En outre c'est pas très respectueux des volumes d'élèves brassés (notamment à LLG).
4. Rendre accessible à tou·te·s les candidat·e·s de la manière ouverte l’ensemble des sujets et corrigés d’exercices d’oral des années précédentes en les publiant en ligne sur le site du concours. Oui, oui et oui. Mais c'est pas déjà le cas ?
5. Donner un caractère plus technique, plus proche de ce qui se fait dans les autres banques de concours, à l’une des deux épreuves écrites de mathématiques, par exemple l’épreuve Maths B (spécifique à l’X). NSPP. Plz define "caractère technique".
6. Concernant l’oral, veiller à ce que chaque exercice posé ne soit proposé à différent·e·s candidat·e·s que pendant une seule journée (et non plusieurs jours d’affilée, voire plusieurs semaines) pour éviter que les sujets d’oraux ne soient connus à l’avance par les candidat·e·s venant de classes qui organisent une collecte en temps réel des sujets. Lutter contre la feignantise des jury, vaste programme.
7. Lorsque les sujets utilisent des notions hors-programme, veiller à ce que celles-ci ne fassent pas toujours partie du même sous-ensemble connu et bien délimité en diversifiant les sources d’inspiration des concepteur·rice·s du concours. Oui. Mais là encore, ça demande aux instances d'accepter que tout le monde ne va pas arriver à l'X avec le bagage d'une bonne L3 de maths (notamment en algèbre).
J'ai pas encore lu le billet publié sur Sci-hub, mais celui de La Sphinx (sans parler de Libé) n'explique pas pourquoi les concours sont si bien réussis par LLG et Ginette. Et comment on pourrait plutôt que de castrer ces deux excellentes formations transposer ce qui fonctionne chez eux et est si différenciant des autres prépas.
Chaque vénérable chêne a commencé par être un modeste gland. Si on a pensé à lui pisser dessus.

Avatar du membre
Hibiscus
Messages : 1401
Enregistré le : ven. oct. 27, 2017 10:55 am
Classe : Bac a fleurs

Re: Des pistes d'amélioration pour les concours - étude de cas de l'X

Message par Hibiscus » dim. oct. 07, 2018 4:27 am

@siro Le second point fait écho à une portion du programme de Moatti, du temps des candidatures à la présidence, qui était plus qu'ouvertement supporté par le second auteur de l'article.
Je pense que Mérigoux, dans ses propositions, se veut plus raisonner scientifiquement que proposer une solution ferme à la direction de l'école.
Un peu du genre, tu vois une grosse formule, et tu regarderais comment tu peux bouger chaque terme pour arriver à un truc que tu veux, même si certains sont à peine envisageables pour d'autres raisons. (c'est généralement son style d'écriture)

Faut aussi savoir que même au sein des membres de la SphinX, qui ne transparaît au public que sur quelques billets d'auteurs courageux, l'article 10.3917/socio.092.0169 n'est pas forcément interprété de la même façon, en terme de conclusions / propositions. Ces dernières sont des opinions quasi-individuelles.
Lycée Masséna (Pcsi-PC*)
École polytechnique (X2015)
Université de Tokyo/Tohoku - Thèse (Astrophysique)

zede
Messages : 113
Enregistré le : dim. août 12, 2018 5:03 pm

Re: Des pistes d'amélioration pour les concours - étude de cas de l'X

Message par zede » dim. oct. 07, 2018 9:00 am

Hibiscus a écrit :
sam. oct. 06, 2018 12:58 pm
(Tu vois, padpad. On n'a pas eu le courage, mais bullquies l'a fait !)
Il y a les MP pour ça, non ?

(paille, poutre).

zede
Messages : 113
Enregistré le : dim. août 12, 2018 5:03 pm

Re: Des pistes d'amélioration pour les concours - étude de cas de l'X

Message par zede » dim. oct. 07, 2018 9:03 am

siro a écrit :
sam. oct. 06, 2018 10:49 pm

J'ai pas encore lu le billet publié sur Sci-hub, mais celui de La Sphinx (sans parler de Libé) n'explique pas pourquoi les concours sont si bien réussis par LLG et Ginette. Et comment on pourrait plutôt que de castrer ces deux excellentes formations transposer ce qui fonctionne chez eux et est si différenciant des autres prépas.

Allons par exemple sur le site de LLG:
L’affectation des élèves dans les classes de Seconde, Première et Terminale des Lycées publics est prononcée par Monsieur le Directeur académique des services de l’éducation nationale, en fin d'année scolaire.

L'admission plus particulière au Lycée Louis-le-Grand est prononcée à l'issue d'une commission d'admission spécifique réunie en juin.

L'admission est ouverte à tous les élèves issus de la classe de 3ème des collèges publics ou privés des académies de Paris, Créteil, Versailles, et à ceux dont les familles ont un domicile en Île-de-France.

Les candidats sont sélectionnés uniquement en fonction de la qualité de leur dossier scolaire (notes et appréciations) quelles que soient leurs origines familiales et géographiques.
http://louislegrand.org/index.php/admis ... lesmenu-46


Je ne dis pas qu'il faut cesser cela, mais ça fait déjà une différence, avant même les CPGE.


Car c'est bien avant que les inégalités démarrent, et à voir tout cela depuis des décennies, rien de tout cela ne changera de sitôt.

Et en particulier, tant que les professeurs, des écoles, des collèges, et des lycées, ne se prendront pas en main pour refuser la perpétuation des inégalités, voire son aggravation. En 1 mot: c'est mort pour un bon moment.




Remarquez bien que je différencie la réussite partagée à la réussite saupoudrée pour cacher la misère et repousser les bonnes questions à plus tard. Il n'y a pas que l'X dans la vie.

Avatar du membre
BijouRe
Messages : 958
Enregistré le : dim. nov. 16, 2014 9:40 pm
Classe : MP

Re: Des pistes d'amélioration pour les concours - étude de cas de l'X

Message par BijouRe » lun. oct. 08, 2018 10:37 am

@Siro

Par rapport au piste de là sphinx, je reviens sur ta réponse à la 4.
Tous les énoncés Oraux et Écrit sont disponibles sur (Gargantua et la RMS), mais le problème est que les corrections sont rares ou inexistantes (Sauf pour les Écrits de Math). Donc il est difficile pour un élèves hors-LLG/Ginette/Stan d’avoir accès à cette ressource d’en maniere efficace.
2015-2016 : MPSI Janson de Sailly
2016-2017 : MP* Janson de Sailly

Avatar du membre
siro
Messages : 3227
Enregistré le : dim. mai 01, 2016 8:09 pm
Classe : Cassandre

Re: Des pistes d'amélioration pour les concours - étude de cas de l'X

Message par siro » lun. oct. 08, 2018 11:29 am

Visiblement l'article publié sur Sci-hub (très intéressant, d'ailleurs) parle de la RMS, qui connait une distribution très confidentielle hors de quelques rares prépas (notamment LLG). Il est vrai qu'une diffusion plus systématique, éventuellement gratuite, dans toutes les prépas, pourrait s'avérer profitable pour les élèves avec le potentiel suffisant pour l'X.

Pour les autres disciplines, c'est clair que la diffusion d'énoncés et corrigés (en SI comme en physique, sans parler de chimie et info) est une vraie catastrophe tant elle est inexistante. Hors des maths, il n'y a pas vraiment de corpus classique d'exercices et concepts un peu unifié (c'est assez criant en SI d'ailleurs).
Chaque vénérable chêne a commencé par être un modeste gland. Si on a pensé à lui pisser dessus.

La-erta
Messages : 445
Enregistré le : lun. mai 28, 2018 10:01 am

Re: Des pistes d'amélioration pour les concours - étude de cas de l'X

Message par La-erta » lun. oct. 08, 2018 1:31 pm

9 % d'employés et 30 % d'ouvriers en France; je demande à voir. :mrgreen:
A moins que seuls sont qui sont assis derrière un bureau sont considérés comme employés et tous les autres comme des ouvriers; et encore.
Les chiffres, si faciles à manipuler...

Avatar du membre
Hibiscus
Messages : 1401
Enregistré le : ven. oct. 27, 2017 10:55 am
Classe : Bac a fleurs

Re: Des pistes d'amélioration pour les concours - étude de cas de l'X

Message par Hibiscus » lun. oct. 08, 2018 2:26 pm

La-erta a écrit :
lun. oct. 08, 2018 1:31 pm
9 % d'employés et 30 % d'ouvriers en France; je demande à voir. :mrgreen:
A moins que seuls sont qui sont assis derrière un bureau sont considérés comme employés et tous les autres comme des ouvriers; et encore.
Les chiffres, si faciles à manipuler...
Faciles à manipuler si tu le dis, peut-être, mais ce sont les données MENESR‑DGESIP‑DGRI‑SIES, certifiées par les Ministères correspondants. Pas une enquête de journalistes analphabètes.
A moins que l'Etat ne mente dans sa définition d'employés et d'ouvriers.... ce sont les chiffres officiels.
Lycée Masséna (Pcsi-PC*)
École polytechnique (X2015)
Université de Tokyo/Tohoku - Thèse (Astrophysique)

Avatar du membre
siro
Messages : 3227
Enregistré le : dim. mai 01, 2016 8:09 pm
Classe : Cassandre

Re: Des pistes d'amélioration pour les concours - étude de cas de l'X

Message par siro » lun. oct. 08, 2018 3:13 pm

Les proportions renseignées à l'inscription sont renseignées par les candidats eux-même. Cela étant dit, je vois mal lesdits candidats faire gonfler les chiffres d'ouvrier en se notant eux-même comme tels. (En réalité, quand on a une origine sociale modeste, sauf conscience politique forte, on a plutôt tendance à déclarer des parents mieux lotis qu'ils ne le sont vraiment.)

Sinon, si l'on compte toutes les professions manuelles dans le secondaire et le primaire, 30% ça me semble pas déconnant.

Si l'on se réfère aux chiffres officiels... https://www.lemonde.fr/emploi/article/2 ... 98637.html
Un monde ouvrier tertiarisé

Maçons, chauffeurs, soudeurs, jardiniers, métalliers, commis de cuisine, dockers, ostréiculteurs… Selon l’Insee, la France compte 6,3 millions d’ouvriers, classés en trois catégories : qualifiés, non qualifiés et agricoles. Un chiffre en net recul par rapport aux années 1970. Alors qu’ils occupaient 40 % des emplois il y a quarante ans, ils n’en occupent plus que 20,5 % aujourd’hui. Continental, Metaleurop, Goodyear… Ce sont avant tout des postes non qualifiés du secteur industriel qui ont disparu : en moins de quinze ans, l’industrie a perdu près de 1,4 million d’emplois.

Mais si la figure mythique de l’ouvrier en bleu de travail sur une chaîne de production n’est plus centrale, les ouvriers ont investi d’autres secteurs : la moitié d’entre eux travaillent désormais dans le tertiaire, ils sont 15 % dans le bâtiment et, dans certains domaines, comme la logistique, leur nombre augmente.

Au total, un homme français sur trois ayant un emploi est encore un ouvrier. Et s’ils ont vieilli, les ouvriers restent plus jeunes que les « jeunes cadres dynamiques » : un sur quatre a moins de 30 ans, contre un cadre sur huit. « Leur déclin numérique est réel mais relatif, affirme David Gaborieau, sociologue du travail. Les ouvriers représentent encore près du quart (21,5 %) de la population active, c’est important. Ce qui a vraiment décliné, c’est leur visibilité. »
Bref, 30% n'est pas un chiffre qui semble si gonflé, c'est juste que la notion d'ouvrier a vu ses instances bien évoluer avec le temps.
Chaque vénérable chêne a commencé par être un modeste gland. Si on a pensé à lui pisser dessus.

La-erta
Messages : 445
Enregistré le : lun. mai 28, 2018 10:01 am

Re: Des pistes d'amélioration pour les concours - étude de cas de l'X

Message par La-erta » lun. oct. 08, 2018 4:30 pm

siro a écrit :
lun. oct. 08, 2018 3:13 pm
Les proportions renseignées à l'inscription sont renseignées par les candidats eux-même. Cela étant dit, je vois mal lesdits candidats faire gonfler les chiffres d'ouvrier en se notant eux-même comme tels. (En réalité, quand on a une origine sociale modeste, sauf conscience politique forte, on a plutôt tendance à déclarer des parents mieux lotis qu'ils ne le sont vraiment.)

Sinon, si l'on compte toutes les professions manuelles dans le secondaire et le primaire, 30% ça me semble pas déconnant.

Si l'on se réfère aux chiffres officiels... https://www.lemonde.fr/emploi/article/2 ... 98637.html
Un monde ouvrier tertiarisé

Maçons, chauffeurs, soudeurs, jardiniers, métalliers, commis de cuisine, dockers, ostréiculteurs… Selon l’Insee, la France compte 6,3 millions d’ouvriers, classés en trois catégories : qualifiés, non qualifiés et agricoles. Un chiffre en net recul par rapport aux années 1970. Alors qu’ils occupaient 40 % des emplois il y a quarante ans, ils n’en occupent plus que 20,5 % aujourd’hui. Continental, Metaleurop, Goodyear… Ce sont avant tout des postes non qualifiés du secteur industriel qui ont disparu : en moins de quinze ans, l’industrie a perdu près de 1,4 million d’emplois.

Mais si la figure mythique de l’ouvrier en bleu de travail sur une chaîne de production n’est plus centrale, les ouvriers ont investi d’autres secteurs : la moitié d’entre eux travaillent désormais dans le tertiaire, ils sont 15 % dans le bâtiment et, dans certains domaines, comme la logistique, leur nombre augmente.

Au total, un homme français sur trois ayant un emploi est encore un ouvrier. Et s’ils ont vieilli, les ouvriers restent plus jeunes que les « jeunes cadres dynamiques » : un sur quatre a moins de 30 ans, contre un cadre sur huit. « Leur déclin numérique est réel mais relatif, affirme David Gaborieau, sociologue du travail. Les ouvriers représentent encore près du quart (21,5 %) de la population active, c’est important. Ce qui a vraiment décliné, c’est leur visibilité. »
Bref, 30% n'est pas un chiffre qui semble si gonflé, c'est juste que la notion d'ouvrier a vu ses instances bien évoluer avec le temps.
Près du quart (21 et quelques arrondis à 25...) ou 30 % ?
Professions manuelles salariées me semblerait effectivement plus juste qu'ouvriers, si tant est qu'elles le soient au moins à plus de 50% de leur temps de travail.
De même que 9% et des brouettes d'employés me semble très peu, à moins qu'un facteur, un fonctionnaire de catégorie C ou assimilé ou autre cas semblable soit systématiquement classé en "ouvrier".
Cet élargissement de l'appellation d'ouvrier ne serait-elle pas faite pour cacher la dégringolade de l'industrie manufacturière française en une génération et demie ?
De toute façon l'X c'est 400 gonzes par an donc peanuts par rapport au nombre d'ingénieurs et rien du tout par rapport au nombre d'actifs, et tous ne finiront pas hauts fonctionnaires ou dirigeants d'une entreprise du CAC 40 phagocytée par l'interventionnisme de l'état, loin de là. Cela vaut-il la peine d'en débattre ? N'y a-t-il pas d'autres priorités ? Et ouvrir ce débat ne serait-ce pas prêter le flanc à ceux qui sont contre le système des classes préparatoires scientifiques et qui auraient beau jeu de prendre ce cas atypique pour extrapoler et argumenter contre les prépas ?
( Je serais plus enclin à tirer sur les ENARQUES, même si moins nombreux, non pas en terme de provenance sociale mais en terme de nocivité :mrgreen: )
Si LLG et la BJ fournissent un gros bataillon de l'X c'est parce que ces prépas classées d'élite (elles le sont historiquement et se sont toujours maintenues au niveau) attirent un grand nombre d'excellents profils qui permettent à ces lycées de préparer au mieux des promos très homogènes à réussir les concours les plus durs.
Et dans les gros pourcentages provenant des cadres supérieurs ET professions intellectuelles il y a aussi beaucoup d'enfants dont un ou les parents sont enseignants. Et allez savoir combien ont des grands parents ou arrières grands parents qui étaient boucher ou boulanger ou autre profession "non intellectuelle" ?
De l'ascension sociale il y en a peut être de moins en moins (à voir) et en débattre serait hors sujet mais on oublie aussi qu'il y a de moins en moins d'ouvriers (au sens restrictif du terme) comme ceux qui allaient au boulot en mobylette, déménageaient en charette à bras et rentraient plutôt fatigués de leur journée, ce qui était commun il y a 40 ans dans les (ex) bassins industriels.

Avatar du membre
siro
Messages : 3227
Enregistré le : dim. mai 01, 2016 8:09 pm
Classe : Cassandre

Re: Des pistes d'amélioration pour les concours - étude de cas de l'X

Message par siro » lun. oct. 08, 2018 5:33 pm

La-erta a écrit :
lun. oct. 08, 2018 4:30 pm
Près du quart (21 et quelques arrondis à 25...) ou 30 % ?
Il suffit d'aller voir les chiffres de l'INSEE et consorts, selon l'année et la catégorie. Je n'ai fourni l'article que par soucis de sourçage.
Professions manuelles salariées me semblerait effectivement plus juste qu'ouvriers, si tant est qu'elles le soient au moins à plus de 50% de leur temps de travail.
Oh wait, regardons le dictionnaire : "OUVRIER, -IÈRE, subst. et adj. I. Substantif
A. 1. a) Travailleur, travailleuse qui exécute pour le compte d'autrui, moyennant salaire, un travail manuel
" (source : TLF)

C'est précisément la définition d'un ouvrier, celui qui fournit un travail manuel en suivant des ordres (contrairement à un artisan).
De même que 9% et des brouettes d'employés me semble très peu, à moins qu'un facteur, un fonctionnaire de catégorie C ou assimilé ou autre cas semblable soit systématiquement classé en "ouvrier".
Là encore, employé englobe des boulots d'exécutants (mais non manuels), à distinguer des cadres et des professions intermédiaires.

La classification des CSP, c'est précis et ça mérite mieux que ces propos de comptoir.
Cet élargissement de l'appellation d'ouvrier ne serait-elle pas faite pour cacher la dégringolade de l'industrie manufacturière française en une génération et demie ?

Non, merci d'éviter les propos de comptoir concernant l'INSEE.
De toute façon l'X c'est 400 gonzes par an donc peanuts par rapport au nombre d'ingénieurs et rien du tout par rapport au nombre d'actifs, et tous ne finiront pas hauts fonctionnaires ou dirigeants d'une entreprise du CAC 40 phagocytée par l'interventionnisme de l'état, loin de là.
Cela reste un sujet important, parce que l'X est l'une des écoles qui forment l'élite socio-économique de demain, et que la représentation sociale au sein de l'école est un signal important quant à la capacité de la France à fournir un ascenseur social pas trop brisé. Les raisonnements appliqués à l'X peuvent s'appliquer aux ENS (en particulier en lettres), aux écoles de commerce du top 3, aux autres écoles d'ingé A+ (les Mines de Paris étant socialement assez fermée aussi, ECP maintenant CentraleSupélec étant par contre traditionnellement plus ouverte), à l'ENA, etc.

En réalité, c'est nettement plus que 400 gonzes par an. C'est juste que le recrutement de l'X est spécifique, et que l'étude n'a pas étudié plus large. Ce qui n'est pas un mal en soi.
Cela vaut-il la peine d'en débattre ?
Oui. Rien ne vous oblige à y participer d'ailleurs.
N'y a-t-il pas d'autres priorités ?
Que je sache, les gens intervenant ici ne sont pas monomaniaques à ce sujet et sont capables d'intervenir sur d'autres priorités.
Et ouvrir ce débat ne serait-ce pas prêter le flanc à ceux qui sont contre le système des classes préparatoires scientifiques et qui auraient beau jeu de prendre ce cas atypique pour extrapoler et argumenter contre les prépas ?
Non. Cela sert à justement améliorer le système des prépas, en identifiant les points faibles et en cherchant des solutions. Faire l'autruche est précisément la pire chose à faire concernant le recrutement de l'X et le système prépa plus généralement.

( Je serais plus enclin à tirer sur les ENARQUES, même si moins nombreux, non pas en terme de provenance sociale mais en terme de nocivité :mrgreen: )
Sauf que ça reste eux qui font tourner la machine étatique... si on supprimait l'ENA là maintenant, l'administration française risquerait un beau gadin. Toute grosse administration a besoin de bons administrateurs.
Si LLG et la BJ fournissent un gros bataillon de l'X c'est parce que ces prépas classées d'élite (elles le sont historiquement et se sont toujours maintenues au niveau) attirent un grand nombre d'excellents profils qui permettent à ces lycées de préparer au mieux des promos très homogènes à réussir les concours les plus durs.
Heureusement que l'article publié sur Sci-Hub, mais aussi les retours d'expériences d'élèves, disent précisément que l'origine des élèves est tout sauf la seule raison. Vous l'avez lu l'article ou vous commentez sur des manchettes de journaux ?
Et dans les gros pourcentages provenant des cadres supérieurs ET professions intellectuelles il y a aussi beaucoup d'enfants dont un ou les parents sont enseignants. Et allez savoir combien ont des grands parents ou arrières grands parents qui étaient boucher ou boulanger ou autre profession "non intellectuelle" ?
Et donc ? Passé deux générations, l'héritage plus ancien n'a absolument pas le poids de la génération parentale et grand-parentale. Je ne comprends pas ce que vous essayez de démontrer (et à mon avis, ça sent la mauvaise foi).
De l'ascension sociale il y en a peut être de moins en moins (à voir) et en débattre serait hors sujet
Ben non, c'est précisément le sujet, et le recrutement à l'X est l'une des instances emblématiques de la reproduction sociale et de l'ascenseur social en France.
mais on oublie aussi qu'il y a de moins en moins d'ouvriers (au sens restrictif du terme) comme ceux qui allaient au boulot en mobylette, déménageaient en charette à bras et rentraient plutôt fatigués de leur journée, ce qui était commun il y a 40 ans dans les (ex) bassins industriels.
Cf la vraie définition d'ouvrier. On ne parle pas d'ouvrier d'usine, mais d'ouvrier tout court.

Si vous av(i)ez des connaissances d'origine modeste ou ayant travaillé l'été, vous connaîtr(i)ez sans doute des personnes ayant exercé des métiers ouvriers (typiquement les vendanges, la manutention, ouvrier agricole, etc. sont des boulots ouvriers que les saisonniers font régulièrement). Ce sont des professions pas forcément faciles à mécaniser, et pas la peine vu que la main-d’œuvre coûte que dalle.
Chaque vénérable chêne a commencé par être un modeste gland. Si on a pensé à lui pisser dessus.

La-erta
Messages : 445
Enregistré le : lun. mai 28, 2018 10:01 am

Re: Des pistes d'amélioration pour les concours - étude de cas de l'X

Message par La-erta » mer. oct. 10, 2018 1:53 pm

21 % d'ouvriers, qualifiés ou non (et plus que 10% d'employés) : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2489546

Même si ça n'a jamais été fait (et ça n'est pas prêt de changer) certains ont envisagé de se passer d'une (trop petite ?) partie des hauts fonctionnaires : https://www.bfmtv.com/politique/200-hau ... 76381.html

Et pas spécialement parce qu'ils coûtent trop cher : https://www.contribuables.org/2018/03/h ... e-sucrent/

http://www.businessinsider.fr/logistiqu ... ots-Amazon
https://www.insee.fr/fr/statistiques/2402214

Mon grand-père paternel était boulanger de village; au moins mangeaient-ils à leur faim.
Et à la fin de mes études (bac+4; pas spécialement brillantes) à juste 23 ans j'avais déjà travaillé 21 ou 22 mois.
Modifié en dernier par La-erta le mer. oct. 10, 2018 6:03 pm, modifié 1 fois.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités