avis de la CDEFI sur la formation d'ingenieur

Pour témoigner ou appeler à témoignage ceux qui sont sortis depuis peu ou depuis longtemps de leurs écoles.

Modérateurs : Sylvie Bonnet, tomato

Répondre
piroud
Messages : 3424
Enregistré le : mer. févr. 03, 2010 12:07 pm
Classe : ingénieur

avis de la CDEFI sur la formation d'ingenieur

Message par piroud » dim. févr. 26, 2017 5:59 pm

[quote]Les écoles d’ingénieurs alertent sur le manque de diplômés

Interpellant les candidats à l’élection présidentielle, la Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs voudrait diplômer 50 000 élèves dans cinq ans au lieu de 35 000 aujourd’hui.

LE MONDE | 26.02.2017 à 11h41
Par Adrien de Tricornot

« Réveillez-vous ! » C’est par cette interpellation que la Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (CDEFI) vient de présenter ses propositions et demandes aux candidats à l’élection présidentielle, dans une série de communiqués. La France compte plus de deux cents écoles d’ingénieurs habilitées à délivrer des titres d’ingénieur, des institutions en majorité publiques.

Leurs diplômés n’ont pas connu la crise. Et leur profil devrait être de plus en plus recherché avec les départs en retraite des baby boomers et les nombreuses mutations économiques, écologiques et technologiques en cours. Pour la CDEFI, il faudrait ainsi augmenter de 50 % le nombre de diplômés des écoles d’ingénieurs au cours du prochain quinquennat, pour porter leur nombre de 35 000 à 50 000 par an.

« Le monde manque déjà d’ingénieurs, et il en faudra davantage face aux mutations économiques, sociales et environnementales à venir : pour nourrir et soigner les populations de la planète, assurer l’accès à l’eau potable, bâtir des villes durables, etc. », souligne François Cansell, le président de la CDEFI. En France, les diplômés des écoles d’ingénieurs ne connaissent pas la crise, et le besoin de ces experts devrait se faire ressentir de plus en plus au cours des prochaines années.

En 2032, dix-huit mille départs en retraite sont prévus

Le mouvement de départ en retraite des ingénieurs baby boomers, déjà à l’œuvre, crée un impératif, selon la CDEFI, car il aura plus que doublé sur vingt ans, passant de 7 500 en 2012 à 18 000 prévus en 2032. « Dans le monde numérique, les recrutements sont déjà difficiles, et la moitié des métiers de 2030 n’existe pas encore », ajoute M. Cansell, pour souligner l’urgence d’investir dans la formation des ingénieurs.

« Pour rester dans la compétition », il dit devoir dépenser davantage dans la formation de chaque ingénieur. L’investissement par élève et par an est de 11 000 euros en France contre l’équivalent de 15 720 euros aux Etats-Unis et de 19 052 euros en Suisse, rappelle M. Cansell. Il prône d’ailleurs une attention particulière à la transition numérique. Mais aussi des efforts pour encourager davantage la féminisation et l’ouverture sociale des formations.

Aujourd’hui, 28,4 % des élèves ingénieurs sont des jeunes femmes, une proportion qui a triplé en vingt-cinq ans, mais qui reste loin de la parité visée. M. Cansell demande que l’opération « Ingénieuses » lancée par la CDEFI – un concours et une campagne de sensibilisation pour faciliter l’éclosion de vocations d’ingénieures – soit déployée par l’Etat.

Pour ses élèves, la CDEFI réclame aussi des efforts pour développer le logement étudiant et les cautions solidaires de loyer, l’attribution d’un « passe culture gratuit » ou encore la possibilité de travailler plus facilement pour leurs écoles grâce à la création d’un « chèque emploi étudiant ».

Mobiliser 700 millions supplémentaires

Au total, c’est une enveloppe de 700 millions d’euros supplémentaires qu’il faudrait mobiliser sur cinq ans pour tenir de tels objectifs, a calculé la CDEFI. Elle ne se prononce pas sur la façon d’obtenir de tels moyens, qui pourraient venir du budget de l’Etat, des collectivités locales mais aussi de l’augmentation des droits d’inscription ou des ressources propres (formation continue, contrat de recherche, etc.).

Entre autres propositions, la CDEFI demande également le développement de l’apprentissage, qui concerne aujourd’hui 13 % des élèves ingénieurs, et permet notamment de diversifier le recrutement en direction des diplômés de BTS, de DUT ou de licence. Mais elle appelle à prendre en compte l’ensemble des coûts du dispositif, qui ne sont couverts, selon elle, qu’à 68 % aujourd’hui.

Enfin, les directeurs des écoles d’ingénieurs demandent plusieurs assouplissements réglementaires, notamment pour que les antennes de leurs écoles à l’étranger puissent délivrer des diplômes français. Mais aussi pour faciliter les regroupements d’instituts technologiques, comme ceux qui ont lieu entre les écoles des mines et des télécoms : « Des métropoles comme Barcelone, Madrid, Lausanne, Turin ou Munich font cohabiter une université généraliste avec une université technologique ou polytechnique », conclut François Cansell. Ce qui, selon lui, améliore aussi la visibilité internationale de ces formations.
[/quote]


[url]http://www.lemonde.fr/campus/article/2017/02/26/les-ecoles-d-ingenieurs-alertent-sur-le-manque-de-diplomes_5085806_4401467.html[/url]
J.Piroud
Ingénieur Arts et Métiers
Cl199

Diogene
Messages : 848
Enregistré le : mer. oct. 07, 2015 11:49 am
Classe : GA

Re: avis de la CDEFI sur la formation d'ingenieur

Message par Diogene » lun. févr. 27, 2017 10:29 am

Donc jeunes gens, soyez patients : 2032 sera l'année de la parousie du règne du pisseur de code à 2500 FF/mois (j'anticipe certaines évolutions politiques ...)

Avatar du membre
Jay Olsen
Messages : 1991
Enregistré le : mar. mai 13, 2014 9:12 pm
Classe : intégré

Re: avis de la CDEFI sur la formation d'ingenieur

Message par Jay Olsen » dim. mars 19, 2017 11:54 pm

Les écoles d’ingénieurs alertent sur le manque de diplômés

Une seule réaction possible face à une telle connerie :
:lol: :lol: :lol: :lol:

Certains de mes camarades de promo ont mis jusqu'à 9 mois pour trouver un job (un job normal hein) mais à part ça la France manque d'ingénieurs :lol:
Image

U46406
Messages : 3009
Enregistré le : mer. juil. 27, 2016 7:38 pm
Classe : shadow CCO nobo CMT

Re: avis de la CDEFI sur la formation d'ingenieur

Message par U46406 » lun. mars 20, 2017 5:13 pm

Ceux qui ont du mal comme moi à trouver un emploi peuvent s'inscrire pour suivre une formation ad hoc...

Atelier coaching CNAM : Comment mieux se connaître et mettre en avant ses qualités professionnelles ?
http://culture.cnam.fr/mars/comment-mieux-se-connaitre-et-mettre-en-avant-ses-qualites-professionnelles--800822.kjsp
Le réel, c'est quand on se cogne (Jacques Lacan *).
* Jacques Lacan qui pour une fois, a dit quelque chose de juste ! :mrgreen:

Diogene
Messages : 848
Enregistré le : mer. oct. 07, 2015 11:49 am
Classe : GA

Re: avis de la CDEFI sur la formation d'ingenieur

Message par Diogene » lun. mars 20, 2017 6:03 pm

[quote="Jay Olsen"]


Certains de mes camarades de promo ont mis jusqu'à 9 mois pour trouver un job (un job normal hein) mais à part ça la France manque d'ingénieurs :lol:[/quote]

C'est quoi pour toi un job normal. Depuis qu'on a eu un Président normal, je m'interroge sur le qualificatif "normal"

Avatar du membre
Jay Olsen
Messages : 1991
Enregistré le : mar. mai 13, 2014 9:12 pm
Classe : intégré

Re: avis de la CDEFI sur la formation d'ingenieur

Message par Jay Olsen » lun. mars 20, 2017 6:39 pm

[quote="Diogene"][quote="Jay Olsen"]


Certains de mes camarades de promo ont mis jusqu'à 9 mois pour trouver un job (un job normal hein) mais à part ça la France manque d'ingénieurs :lol:[/quote]

C'est quoi pour toi un job normal. Depuis qu'on a eu un Président normal, je m'interroge sur le qualificatif "normal"[/quote]
Dans son cas c'est dans une entreprise assez grande, qui paie un salaire inférieur au chiffre de la plaquette.
Genre 38+ primes et ce. Oui on en est à devoir compter le CE.

Un job anormal ça serait un truc anormalement sélectif comme goldman sachs, pour caricaturer.
Image

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité