Partir au Japon après l'école

Pour témoigner ou appeler à témoignage ceux qui sont sortis depuis peu ou depuis longtemps de leurs écoles.

Modérateurs : Sylvie Bonnet, tomato

Avatar du membre
Laprussienne
Messages : 47
Enregistré le : sam. sept. 13, 2014 7:35 pm

Re: Partir au Japon après l'école

Message par Laprussienne » jeu. oct. 11, 2018 2:53 pm

Bonjour,
J'ai eu des réponses de 2 professeurs pour le doctorat mais on m'a tout de suite demandé si j'avais une bourse (ce qui n'est pas le cas).
En cherchant un peu, je n'ai pas trouvé de bourses de l'état pour les doctorants à l'étranger.
Il y a aussi 2 programmes principaux proposés par le gouvernement japonais.
Pour le 1er il faut candidater à l'ambassade à Paris, mais c'est trop tard pour un départ en 2019 (il faut s'y prendre 15 mois à l'avance, en plus la majorité des places sont prises par des Centraliens).
Pour le 2ème il faut se faire parrainer par l'université d'accueil avant le départ, c'est une situation un peu kafkaienne... :(
Si vous avez des pistes ou des retours d'expérience, je suis prenneur..

merci
______________
--

Avatar du membre
Hibiscus
Messages : 1665
Enregistré le : ven. oct. 27, 2017 10:55 am
Classe : Bac a fleurs

Re: Partir au Japon après l'école

Message par Hibiscus » jeu. oct. 11, 2018 3:09 pm

La bourse donné par l'ambassade du Japon en France n'est pas vraiment adaptée aux doctorants, plus pour les courts séjours de recherche. (de par la sélection, etc..)
La bourse sur recommandation de l'université est automatique si tu es accepté(e) dans un programme spécifique pour les étrangers. (cf le site des universités, il doit y en avoir une 20aine selon les domaines. Exemple, GSGC pour UTokyo, en sciences).
La grant JSPS est aussi une solution envisageable, selon les domaines de recherche. (mais plus difficile à avoir, on te demandera et examinera tes papiers, conférences, etc..).
En fait, je dis la, mais il en existe de plusieurs sortes, que tu peux consulter sur le site JSPS. (fais attention, même s'il y a des grants pour doctorants, c'est facile de se perdre et d'être proche de postuler à des trucs post-docs :))
D'autres bourses sont disponibles après coup (Jasso, et des bourses privées) ; dans le second cas il faut parler suffisament Japonais (généralement N2).
Selon les environnements, les programmes, et les encadrants, tu peux être embauché comme RA/TA à raison de 1,400 (en général) de l'heure. Il n'est pas difficile d'arriver à 80/90k par mois juste avec ça.
Si tu fais ces programmes là, en général les étrangers commencent l'année en octobre. (ie, octobre 2019 dans ton cas). Si tu veux commencer en avril, c'est plus difficile d'obtenir certains financements. Les deux professeurs, s'ils veulent vraiment bosser avec toi, sauront aussi te guider et te trouver des financements, en règle générale.
Lycée Masséna (Pcsi-PC*) -- École polytechnique
Université de Tokyo | Tohoku - Thèse (Astrophysique)

Avatar du membre
Laprussienne
Messages : 47
Enregistré le : sam. sept. 13, 2014 7:35 pm

Re: Partir au Japon après l'école

Message par Laprussienne » mar. mars 12, 2019 3:53 am

Je redonne de mes nouvelles. Désolé, ça fait un moment. L'espoir s'amenuise. Je suis un peu dégoûté.

J'ai soutenu mon stage de fin d'études en Janvier. J'ai profité des dernières semaines pour régler des problèmes périphériques (médecin, ...) et pour discuter avec plusieurs profs de mon avenir.
L'impression générale qui en est ressortie est que je n'étais pas fait pour m'engager pendant 3 ans de plus dans un travail de recherche sans risquer la dépression, puis je ne pense pas avoir d'assez bonnes notes pour être pris au Japon.
Sans compter que le domaine très que je vise, le HPC, est très restreint pour l'instant. Seul le CEA propose ce type de sujet de thèse en France.

Mes profs pensent qu'il est tout à fait possible de " m'éclater " en bossant en tant qu'ingénieur R&D (ce que je ne conteste pas).
J'ai d'ailleurs plusieurs pistes (pas de proposition concrète ) dans des labos en France, dans de l'info embarquée ( Renault, Nokia, Orange) ou dans le HPC (CEA et Atos). Je vais en savoir plus cette semaine.

J'avais aussi candidaté à un programme de stages au Japon( https://www.eu-japan.eu/events/vulcanus-japan ), mais je n'ai pas été pris.
Et pour les VIE, les offres intéressantes arrivent vraiment au compte-goutte, mais il n'y aura rien dans le domaine qui m'intéresse.

Il ne me reste que 2 possibilités, trouver un poste intéressant au CEA/Atos et rester le temps de me faire une expérience reconnue au Japon, ou sinon, partir en VIE en Asie de l'est avec un autre sujet (par exemple de l'embarqué chez Safran/Thalès), et d'essayer de rentrer plus tard dans le marché Japonais...

Qu'en pensez-vous ?
______________
--

father
Messages : 9875
Enregistré le : mer. nov. 10, 2010 11:03 pm
Classe : 3J8VR2

Re: Partir au Japon après l'école

Message par father » mer. mars 13, 2019 12:07 am

Que t apporte le vie ?

Avatar du membre
Hibiscus
Messages : 1665
Enregistré le : ven. oct. 27, 2017 10:55 am
Classe : Bac a fleurs

Re: Partir au Japon après l'école

Message par Hibiscus » mer. mars 13, 2019 2:31 am

Je peux pas t'apporter grand chose, sinon quelques remarques générales qui pourraient servir :

- Il y a un certain nombre de noms du CEA qui sont assez célèbres dans certains milieux au Japon, et connus de plusieurs groupes (je ne connais que ceux qui font du hpc à des fins cosmologiques..). Ca serait pas bête (d'essayer) de leur parler.
- NEC (par rapport à Hitachi/Futjitsu) est (visiblement beaucoup) plus facile à intégrer pour les élèves avec un M2 (et produit aussi quelques supercom)
- Il est infiniment plus facile quand on est étranger non résident de candidater par quelqu'un d'autre. (stage d'une école, envoyé par une entreprise, au sein d'un programme (Vulcanus étant l'un des meilleurs de ce genre, de mémoire, mais il y en a sûrement d'autres, à voir auprès de l'ambassade, peut-être/par exemple), contact inside..)
- Si tu rentres dans le marché japonais "seul(e)", tu auras besoin de tests officiels de langue, sauf si tu impressionnes à l'interview sur ce point.
- Rien ne presse, tu peux très bien passer 10 ans en France et les 40 suivants au Japon sans réaliser comment tu en es venu à ça. Se forcer à y aller maintenant pour un poste moins intéressant n'est pas forcément la solution qui te rendra le/la plus joyeux/se.
Lycée Masséna (Pcsi-PC*) -- École polytechnique
Université de Tokyo | Tohoku - Thèse (Astrophysique)

Avatar du membre
Laprussienne
Messages : 47
Enregistré le : sam. sept. 13, 2014 7:35 pm

Re: Partir au Japon après l'école

Message par Laprussienne » mer. mars 13, 2019 3:59 pm

Hibiscus a écrit :
mer. mars 13, 2019 2:31 am

- Il y a un certain nombre de noms du CEA qui sont assez célèbres dans certains milieux au Japon, et connus de plusieurs groupes (je ne connais que ceux qui font du hpc à des fins cosmologiques..). Ca serait pas bête (d'essayer) de leur parler.
Je vais essayer d'en savoir plus. Mais au vu de mes résultats scolaires pas brillants, j'ai compris qu'il serait très dur de faire de la recherche, et je vais me résoudre à mettre le doigt de l'engrenage du monde non-académique.

Hibiscus a écrit :
mer. mars 13, 2019 2:31 am
- NEC (par rapport à Hitachi/Futjitsu) est (visiblement beaucoup) plus facile à intégrer pour les élèves avec un M2 (et produit aussi quelques supercom)
- Il est infiniment plus facile quand on est étranger non résident de candidater par quelqu'un d'autre. (stage d'une école, envoyé par une entreprise, au sein d'un programme (Vulcanus étant l'un des meilleurs de ce genre, de mémoire, mais il y en a sûrement d'autres, à voir auprès de l'ambassade, peut-être/par exemple), contact inside..)
&
father a écrit : Que t apporte le vie ?

En effet c'est beaucoup plus facile de se faire "introduire". C'est ce que j'ai cherché à faire. C'est ce que j'essaie de faire avec le VIE.
Après, entre faire de l'embarqué à l'étranger et travailler sur des super-ordinateurs au CEA en IDF (c'est pas facile d'y entrer), je préfère la 2ème option.
Mais quitte à faire de l'embarqué, autant aller au Japon, voire à Singapour ou à Seoul.
Je n'ai pas vraiment le temps de courir seul après les recruteurs de NEC/Hitachi maintenant.
J'ai couru derrière les profs pendant mes 3 ans à l'école, couru derrière les entreprises pour avoir un stage chaque année. Même si la vie est un combat, je suis un peu fatigué.

Hibiscus a écrit :
mer. mars 13, 2019 2:31 am
- Si tu rentres dans le marché japonais "seul(e)", tu auras besoin de tests officiels de langue, sauf si tu impressionnes à l'interview sur ce point.
- Rien ne presse, tu peux très bien passer 10 ans en France et les 40 suivants au Japon sans réaliser comment tu en es venu à ça. Se forcer à y aller maintenant pour un poste moins intéressant n'est pas forcément la solution qui te rendra le/la plus joyeux/se.
Merci pour ce conseil. Je suis un peu dégoûté quand je vois ces camarades de promos qui ont eu la chance de se faire introduire là-bas et qui (n'en n'ont pas profité) et ont fini par "faire de la finance à Londres" du " Consulting Java à Paris".
Les tests de langue ne sont pas vraiment un problème pour moi.

J'ai aussi un projet personnel en cours, que présenterai en décembre dans une compétition "universitaire" à Tokyo. Ce sera peut-être une occasion pour me faire remarquer.
______________
--

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 17 invités