mécanisme réact et solubilité

Modérateurs : Quetzalcoatl, Th. Zabulon

Répondre
mdi85
Messages : 14
Enregistré le : mer. sept. 14, 2005 9:43 pm

mécanisme réact et solubilité

Message par mdi85 » lun. avr. 17, 2006 12:41 am

1)C est quoi une étape "cinétiquement détérminante".
-elle signifie quoi physiquement?
-comment peut on la connaitre?

2)j ai lu une fois que:
"NH3 est plus soluble dans l'eau que AsH3,car N-H est une liaison polarisée alors quE As-H N est pas polarisée"
normalement ca doit etre le contraire,
si une liaison plus polarisée qu une autre c est a dire que ses deux atomes sont plus attachés et difficile de les dissocier,non?

Avatar du membre
Nasser
Messages : 260
Enregistré le : dim. nov. 27, 2005 8:52 pm
Classe : Doctorant
Localisation : Lyon
Contact :

Message par Nasser » lun. avr. 17, 2006 11:04 am

1) Je vois pas vraiment comment l'expliquer (j'ai pas lu ma cinétique depuis loooongtemps)

2) Je pense qu'il faut plutôt regarder du côté du solvant polaire qu'est l'eau
SupC2 et (SpéC2)² BCPST à Janson de Sailly
Ingénieur Chimiste à l'ENSCP (promo 2010)
Doctorant 1ère année à l'IFP-Lyon

Th. Zabulon
Messages : 213
Enregistré le : dim. oct. 09, 2005 2:14 pm

Message par Th. Zabulon » lun. avr. 17, 2006 2:23 pm

1) L'étape cinétiquement déterminante est celle qui impose sa vitesse à l'ensemble du processus, c'est-à-dire que la vitesse de formation des produits ne dépend que de cette étape.
Par exemple, dans un mécanisme du type A = B = C = D = E = F, si l'étape cinétiquement déterminante est le passage de C à D, les vitesses des étapes D = E et E = F seront égales à la vitesse de l'étape cinétiquement déterminante : dès que D est formé par l'étape "difficile" C = D, il réagit pour donner instantanément E puis F. La vitesse de formation de F est donc identique à celle de formation de D. En revanche, les intermédiaires B et C s'accumulent avant de se transformer en D.
C'est comme dans une file de voitures suivant un camion sur une route départementale : le camion est l'étape cinétiquement déterminante puisque toutes les voitures qui le suivent vont à la même vitesse que lui (c'est le camion qui leur impose leur vitesse) alors qu'elles pourraient aller plus vite (car leur moteur le leur permet...) : dans l'exemple ci-dessus, l'étape D = E pourrait être plus rapide si D était plus vite formé.
Généralement, la vitesse globale d'une réaction (donc la vitesse de formation des produits) dépend de la concentration en réactif de l'étape cinétiquement déterminante (ici l'intermédiaire C) et c'est souvent ainsi qu'on l'identifie.

2) La polarisation n'est pas directement liée à la "force de la liaison" : la liaison N-H (390 kJ.mol-1) est plus forte que la liaison As-H (270 kJ.mol-1), alors que la liaison N-H est beaucoup plus polarisée que la liaison As-H puisque N est nettement plus électronégatif que As : dans l'échelle de Pauling, les électronégativités sont de 3,0 pour N et 2,2 pour H et As (la liaison As-H n'est donc pas ou très peu polarisée).
La forte polarisation de la liaison N-H donne une charge partielle positive à l'atome H, qui permet une liaison hydrogène avec un doublet libre de l'atome O de la molécule d'eau, ce qui facilite la solubilisation de l'ammoniac dans l'eau. On peut aussi ajouter, pour justifier la très grande solubilité de l'ammoniac dans l'eau, la liaison H en sens inverse : entre un atome H de l'eau (polarisé positivement car lié à O, très électronégatif) et un doublet libre de l'atome N de l'ammoniac.
Thomas Zabulon
Prof. chimie
Lycée Clemenceau, Nantes

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités