Page 10  sur  10

Re: Destination Prépa, regard nouveau sur la classe prépa

Posté : 16 juil. 2017 22:54
par exhx
Adolorante a écrit :
16 juil. 2017 16:50
Ça me rappelle des camarades de classe au lycée dans le même cas.

En première :
- J'aime pas les sciences
- Pourquoi t'es en S alors ?
- Mes parents m'ont forcée.

Puis deux ans après :
- Salut ***, comment ça va, tu fais quoi maintenant ?
- Je suis en A/L
(...)

Je pense que ça doit être depuis que les sections C, D et E aient été transformées en S, il suffit d'ouvrir un manuel d'exercices de terminale C pour voir la différence d'abstraction (qui est bien plus élevée qu'en C sans pour autant avoir le niveau d'abstraction qu'on peut voir dans les exercices de MPSI...). Ou même des exercices de physique d'ailleurs, qui étaient plus techniques, moins guidés...
Bonsoir,
Les élèves qui ont obtenu un bac C, D, E il y a bien longtemps avaient connu une scolarité jalonnée de sélections:
1) Tout le monde ne rentrait pas en sixième
2)Au collège, il y avait un pallier d'orientation à la fin de la cinquième, puis un autre à la fin de la troisième.
3) En seconde il existait plusieurs voies: De mémoire A ( poursuite vers un bac littéraire ), AB ( poursuite en série B ( devenue ensuite ES ) ou G ( devenue STMG ), C ( poursuite en C ou D ), T? ( poursuite en E ou F ( devenue STI )...et d'autres.
4) A la fin de la seconde scientifique les élèves qui restaient en C, abandonnaient quasiment la SVT, mais recevaient un enseignement mathématique très abstrait ( avec en particulier de l'algèbre linéaire ) et conséquent ( 9 heures en terminale ). Les E avaient le même programme en Maths-Physique.
La sélection pour entrer en prépa scientifique ( autre que Bio ) se faisait quasi exclusivement parmi les élèves de C ou E.

La seconde indifférenciée a été créée en 1981, débouchant entre autres sur la filière S en première puis C ou D en terminale, les deux filières fusionnant en ....1995? sous la forme que nous connaissons aujourd'hui.

Progressivement, les paliers sélectifs ponctuant la scolarité ont disparu. Aujourd'hui tout le monde ( ou presque ) entre en seconde . Les programmes se sont adaptés permettant à près du quart d'une tranche d'âge de rejoindre la filière S ...., le S signifiant Scientifique ou Sérieux ou Scolaire.
Il est naturel à 15 ans de ne pas avoir d'idée sur son orientation...donc si tu peux Go S


La mention TB autrefois signe d'excellence s'est banalisée, on peut parfaitement l'obtenir en S sans réelles aptitudes scientifiques, ce qui était inconcevable il y a moins de 10 ans.

L'entrée en prépa se fait bien souvent dans la lignée de la scolarité au lycée: Tu es très bon: Go MPSI, un peu moins: Go PCSI . On verra plus tard....( d'ailleurs tu es très bon en prépa...Go la Généraliste la plus prestigieuse ). Et c'est en prépa que certains découvrent qu'ils n'aiment pas les sciences...

Tout cela pour dire que le problème de l'Orientation est extrêmement complexe ( voir ce qui se passe actuellement avec APB ), qu'il faudrait certainement mieux accompagner les élèves dans leurs choix mais que le problème ne peut être réduit à la seule classe de seconde.

Re: Destination Prépa, regard nouveau sur la classe prépa

Posté : 17 juil. 2017 11:35
par Paige
Le pbme est essentiellement financier: cela coute A COURT TERME (et le long terme, tous les politiques s'en foutent), beaucoup moins cher d'entasser 35 élèves en seconde générale, que de créer et financer des filières technologiques ou professionnelles, où les élèves sont par groupe de 15

On a supprimé ainsi les classes de STI en les renommant STI2D, supprimant au passage, nombres de spécialités et d'options (et recyclant par la même occasion des profs d'electro en prof de maths ...)

bref, je veux dire, que les politiques d'éducation sont tjs les mêmes: on "dit" dans les médias qu'il faut "revaloriser" la filière techno et pro, et dans les faits, on supprime en masse les possibilités de filières techno et pro...et comme ce sont rarement les fils de Pujadas ou de Delahousse qui sont intéressés par la voie pro, personne ne le dit...

On arrive à la situation absurde (que tous les profs principaux de 3ème connaissent): à savoir qu'il est plus "facile" pour un élève d'aller en 2nde générale, que d'être pris dans un BEP de son choix...

Issou et Roro, n'arrêtez pas les sticks sur l'autre fil, j'attends ça tous les jours comme le feuilleton de l'été :D et je croise les doigts pour ta prépa Issou et l'X et Ulm pour Roro, sans rien branler bien sûr :D

Re: Destination Prépa, regard nouveau sur la classe prépa

Posté : 17 juil. 2017 11:49
par Issou la chancla
Paige a écrit :
17 juil. 2017 11:35
Issou et Roro, n'arrêtez pas les sticks sur l'autre fil, j'attends ça tous les jours comme le feuilleton de l'été :D et je croise les doigts pour ta prépa Issou et l'X et Ulm pour Roro, sans rien branler bien sûr :D
Je savais pas qu'on amusait la galerie :lol: Merci en tout cas :D :wink:

Re: Destination Prépa, regard nouveau sur la classe prépa

Posté : 19 juil. 2017 00:53
par donniedark
Si le bac S est vu comme la panacée pour le lycéen en manque d'idées d'orientation c'est parce qu'il s'agit du seul bac général ; les bacs ES et L ne remplissent pas le rôle de bac général en sciences : donner des bases.
Je pense, et ce n'est qu'un avis personnel, que ce système ne nécessiterait, dans un premier temps, qu'une refonte partielle et finalement assez logique :

1) Le programme du cycle terminal S actuel (agrémenté de quelques heures d'économie à caser dans les emplois du temps, ca devrait pouvoir se faire avec un peu de volonte) devient le programme d'un nouveau Bac Général unique en deux ans, donnant des bases générales en sciences, lettres et économie et tourné vers des filières courtes dans le supérieur.

2) Création d'un nouveau Bac Scientifique, renforcé en sciences et s'inspirant du bac C, complétant les bacs L et ES conservés pour obtenir trois filières de specialisation, parallèlement au bac général, préparant à des etudes longues dans les domaines concernés (prépas, facs, etc) et ainsi remplacer les 3 bacs généraux actuels par 1 Bac G général, 3 bacs spécialisés pour des études longues dans les 3 domaines : L, ES et le nouveau bac S-C.
Avec bien sûr des passerelles entre les 4 bacs. Et beaucoup d'informations en seconde, voire avant, sur le supérieur et les bacs qui y mènent.

C'est une idée, certainement pas parfaite, et qui nécessite pas mal de volonté politique...

Re: Destination Prépa, regard nouveau sur la classe prépa

Posté : 30 avr. 2018 13:34
par lukaskupasz
Ce qu’il faut surtout bien avoir en tête avec la prépa (scientifique je précise, la seule que je connaisse), ce qu’elle prépare à un concours. Pas à une école. Un prof de prépa juge une école en fonction du niveau du concours : concours difficile => bonne école ; concours facile => mauvaise école. Et bien sûr, ce n’est pas aussi simple.

Re: Destination Prépa, regard nouveau sur la classe prépa

Posté : 03 mars 2020 00:14
par arnomus
Il est facile de te laisser rapidement noyer par la charge de travail dans chaque matière ExempleKodi Lucky Patcher nox . Le risque est aussi grand d’essayer d’avancer dans des directions opposées si tu ne prends pas le temps de la réflexion.