que fait un prof de prépa?

vous avez des questions sur la vie en prépa ?

Messages : 12

Enregistré le : 03 déc. 2005 13:47

Message par Tom_Clancy » 13 août 2006 18:37

Mû a écrit :
MU : Pourquoi avoir embrasser la carrière de prof aigri avec un diplome de l'X que plus d'un étudiant réverait d'avoir pour l'accès au réseau ou aux métiers chasse gardée des Polytechniciens...?
Ben justement je n'ai pas vraiment choisi (un peu long à expliquer et personnel). Disons que même dans les meilleurs écoles il y a des erreurs de casting.
Si c'est personnel, je retire ma question :D :oops:

Messages : 9598

Enregistré le : 18 déc. 2002 19:09

Classe : Prof

Localisation : Metz

Message par Quetzalcoatl » 13 août 2006 18:40

Mû a écrit :
CBP a écrit :en faisant le choix de devenir prof, on n'a pas à râler contre les salaires ou autres, on "savait" ce qui nous attendait ! Même si on trouve ça pas très juste.
Tu as l'air de penser que la plupart des profs ont choisi leur métier; j'aurais plutôt tendance à penser le contraire. C'est moi qui suis pessimiste?
Je ne dis pas que la plupart voulaient être prof par vocation et ce depuis leur plus tendre enfance, non, mais je pense que oui, effectivement, la plupart ne sont pas devenu prof par défaut, genre "je ne peux rien faire d'autre, alors je fais prof", ne serait-ce que parce que d'autres concours de la fonction publique sont accessibles au même niveau que prof !

Ceci dit, je connais pas mal de prof qui sont devenus prof ni par vocation innée ni par amour des élèves, mais par intérêt de la qualité de vie (= des horaires plutôt corrects + plein de vacances). Dans ceux-ci on trouve deux catégories : les pros qui font bien leur métier (mais sans se laisser déborder par leur métier) et les autres ... qui peuvent effectivement dériver en "mauvais profs".
twist00 a écrit :Je trouve la comparaison un peu mal choisi. Tu parles ici de fautes graves, et si un médecin fait une faute grave, il sera sanctionné.
1. Le médecin n'a pas été sanctionné (tout comme, autre exemple, ceux qui ont renvoyé un jeune homme 3 jours avant la fin de sa convalescence, résultat : un coup de malchance qui aurait certainement pu être détecté en hôpital a conduit le jeune homme à la mort)
2. Il y a aussi plein de petites fautes ... ceux qui soignent "mal" les gens, mais comment les détecter ?

CBP a écrit :Si on ne regarde que le niveau d'étude et le boulot, franchement, c'est mal payé
Est-ce que le "niveau d'étude" est réellement un bon critère pour déterminer les salaires ?
Je n'ai pas dit que c'était un bon critère, j'ai dit que si on regardait uniquement ce critère là, alors c'était mal payé.

Maintenant, je pense que la paye va avec un certain niveau de responsabilité. Honnêtement, en tant que prof, on n'a pas beaucoup de responsabilité. Un ingénieur, tel que je le connais, responsable d'une partie du service qualité d'un grand groupe automobile, lui, il en a déjà plus ! Même avec moins d'étude que moi, il est "normal" qu'il gagne plus. Je ne m'en plains pas. J'aurais sûrement eu les capacités intellectuelles de faire son job, mais aurais-je eu ses épaules ? Et mon autre copain qui est responsable de conseils financiers qui portent chaque jour sur des dizaines de millions d'euros, voire des centaines, ses décisions sont parfois cruciales, il n'a pas intérêt à faire de bourde : il est constamment évalué par rapport à ses collègues et ses concurrents. Il aime ça. Tant mieux. Sa première paye mensuelle (à 23 ans) était plus élevée que ma paye annuelle d'alors (normalien, dans les 12000 € / an). Depuis il a été BEAUCOUP augmenté : il est passé chef ! Mais c'est qu'il en a des responsabilités. :roll:
A mon humble avis, les profs ne sont pas si mal payés que ça ; il y a des salaires autrement plus injustifiés...
Oui et non. Disons que par rapport à d'autres professions, je pense qu'on est pas assez payé. Sais-tu qu'à une certaine époque, un prof débutant gagnait 3 fois le SMIC ? Maintenant certains profs ont du mal à se loger ! :shock: Les profs gagnaient pas trop mal leur vie avant, mais maintenant, franchement, non. Et je parle que des vrais profs de collège - lycée, pas des profs de prépa qui ont vu leur salaire diminuer il y a quelques années ! :shock: Et le boulot augmenter ! On ne gagne pas assez donc ce n'est plus un métier attractif. Résultat : on n'attire que des ultras motivés ou on récupère des gens qui ... boarf.

Tiens, un truc pour lesquels les profs ne râlent pas et qui serait impensable en entreprise : la formation continue. Nous, quand on nous dit "maintenant il faut faire de l'info / des ADS / des TIPE" c'est "demerden Sie sich !" J'ai appris Maple tout seul, j'ai essayé de compredre ce qu'était un ADS sur le tas, ... Alors qu'en entreprise, dès qu'arrive une nouvelle machine, un nouveau logiciel sur les "ordres" d'un supérieur, il y a des congés de formation (ie pris sur le temps de travail) pour former à ces nouveaux logiciels ou nouvelles machines ! Ce qui, moi, me paraît normal. Mais vu qu'un prof ne bosse "que" 18 heures par semaine et qu'il est tout le temps en congé maladie, franchement il peut faire ça tout seul en dehors des cours, non ? :evil:
Les hôpitaux sont les lieux les plus dangereux de France : c'est là qu'on y meurt le plus.

Matthieu Rigaut
Physique PC*, Image Fabert (Metz)
Cours, DM, DS, TD donnés à mes étudiants
Me prévenir par MP pour modérer un message

Messages : 92

Enregistré le : 13 mai 2006 23:17

Message par Ernst » 13 août 2006 18:48

AerOo a écrit :
maradamcha a écrit :Je reste persuadé que, même dans ces conditions, c'est ce 2ème métier qui continerait à avoir la préférence de tous.
Euh, je n'en suis pas persuadé ... Si le salaire est le même, le métier de "balayeur" sera préféré pour deux raisons :
- Pas besoin de 7 ans d'études pour être "balayeur"
- Un boulot moins stressant.
Ce qui est rebutant dans les études, c'est lorsque la voie choisie est difficile, demande trop de travail, et n'aboutit pas forcément à un emploi ou un diplôme de valeur. Mais sinon, généralement, les études en elles-même n'ont rien de détestables, au contraire : être étudiant, c'est plutôt un mode de vie sympa, pas trop monotone, un statut motivant puisque tout est encore à faire, à réaliser, sans d'autres responsabilités que la sienne (pas de famille, pas d'emploi stressant...), des cours souvent intéressants car choisis par l'étudiant lui-même, et puis la perspective sécurisante et agréable d'obtenir un emploi plus adapté à ses intérêts, à ses priorités, grâce aux qualifications obtenues..
Bref, faudrait faire un sondage :wink: , mais il me semble qu'une part importante de la population préférerait faire des études plutôt que de commencer à bosser dès 18 ans (surtout si c'est pour faire un boulot de balayeur, chiant et sans aucune perspective d'évolution à venir)...

Messages : 320

Enregistré le : 28 août 2005 18:36

Localisation : Paris

Message par AerOo » 13 août 2006 18:53

nikolaï a écrit :Bref, faudrait faire un sondage :wink: , mais il me semble qu'une part importante de la population préférerait faire des études plutôt que de commencer à bosser dès 18 ans (surtout si c'est pour faire un boulot de balayeur, chiant et sans aucune perspective d'évolution à venir)...
Tout dépend effectivement de ce que l'on veut privilégier : l'argent où l'intérêt pour le boulot. (L'idéal étant d'allier les deux, bien entendu)

Avatar du membre

Messages : 3695

Enregistré le : 13 févr. 2004 15:11

Message par » 13 août 2006 19:00

AerOo a écrit :Tout dépend effectivement de ce que l'on veut privilégier : l'argent où l'intérêt pour le boulot. (L'idéal étant d'allier les deux, bien entendu)
Oui, le problème étant que ces deux notions sont bien trop souvent opposées (typiquement: prof ou chercheur=intéressant mais mal payé et le privé=plein de fric, pas de temps libre et mauvais esprit :wink: )

Messages : 92

Enregistré le : 13 mai 2006 23:17

Message par Ernst » 13 août 2006 19:08

@ CBP : Je crois que beaucoup de métiers mériteraient en effet d'être mieux rémunérés, et celui de prof en fait partie, même si je trouve que, compte tenu des salaires alloués dans d'autres branches de travail, la paye de prof reste correcte et à peu près conforme à ce à quoi l'on peut s'attendre.
De toutes façons, pour moi les métiers de prof ou de maçon (par exemple), parce qu'ils sont indispensables à la société et qu'ils effectuent un travail important, profond, humain, bien que plus simple en apparence (permettre à un enfant de s'épanouir ou bâtir des murs capables d'accueillir des être humains en leur sein), méritent peut-être plus leur salaire que le financier qui a dans le fond un boulot assez superficiel, et, moralement parlant, un peu moins élevé (je ne suis ni anti-capitaliste ni gauchiste, m'enfin quand même...)

Messages : 9598

Enregistré le : 18 déc. 2002 19:09

Classe : Prof

Localisation : Metz

Message par Quetzalcoatl » 13 août 2006 20:31

Mû a écrit :
AerOo a écrit :Tout dépend effectivement de ce que l'on veut privilégier : l'argent où l'intérêt pour le boulot. (L'idéal étant d'allier les deux, bien entendu)
Oui, le problème étant que ces deux notions sont bien trop souvent opposées (typiquement: prof ou chercheur=intéressant mais mal payé et le privé=plein de fric, pas de temps libre et mauvais esprit :wink: )
Moi j'aurais dit :
:arrow: prof / chercheur : du temps libre et mal payé
:arrow: dans le privé à même niveau d'étude : bien payé / moins de temps libre

Je mets de côté l'intérêt et le mauvais esprit car je ne suis pas sûr que cela soit objectif et, surtout, "universellement" partagé ! :) Il y a des gens dans le privé (mon voisin par exemple) qui a un très bon esprit : il se défonce pour son boulot (faut dire aussi que c'est le patron :mrgreen:).
Les hôpitaux sont les lieux les plus dangereux de France : c'est là qu'on y meurt le plus.

Matthieu Rigaut
Physique PC*, Image Fabert (Metz)
Cours, DM, DS, TD donnés à mes étudiants
Me prévenir par MP pour modérer un message

Messages : 9598

Enregistré le : 18 déc. 2002 19:09

Classe : Prof

Localisation : Metz

Message par Quetzalcoatl » 13 août 2006 20:35

nikolaï a écrit :Bref, faudrait faire un sondage :wink: , mais il me semble qu'une part importante de la population préférerait faire des études plutôt que de commencer à bosser dès 18 ans (surtout si c'est pour faire un boulot de balayeur, chiant et sans aucune perspective d'évolution à venir)...
Pas sûr. Notamment moi ! :mrgreen: Je préfère gagner ma vie, quitte à avoir un peu de responsabilité, qu'être étudiant, n'en avoir aucune et ne pas habiter ma maison avec mon jardin. Bon, c'est sûr, après faut s'occuper des courses, du ménage, des impôts, des réparations de la maison, des démarches administratives, ... :( Mais au fond, je crois qu'on y gagne ! :)
Les hôpitaux sont les lieux les plus dangereux de France : c'est là qu'on y meurt le plus.

Matthieu Rigaut
Physique PC*, Image Fabert (Metz)
Cours, DM, DS, TD donnés à mes étudiants
Me prévenir par MP pour modérer un message

Messages : 750

Enregistré le : 14 mai 2006 14:58

Localisation : là où les vaches poussent et les pommes broutent

Message par musichien » 13 août 2006 20:59

(je ne suis ni anti-capitaliste ni gauchiste, m'enfin quand même...)
non, tu es clairement communiste. :wink: tes propositions sont bien belles, mais irréalisables, si je puis me permettre. Comme toutes les gauches, pas de solution viable proposées (35 heures, par exemple...).

Je crois qu'en fait, je vais faire chercheur aux states :D .
Je pense vraiment ne pas vouloir faire autrechose que chercheur, donc c'est déjà dit. Tout ce que je voulais savoir, c'est si yavait des "boulots parallèles" qui gagnent mieux, et où on a quand même du temps pour chercher. Après tout, je peux bien faire des bouquins, donner des cours particuliers, et avoir une femme pilote de ligne ^^. Et puis, ya l'héritage :mrgreen:
pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?

Avatar du membre

Messages : 3695

Enregistré le : 13 févr. 2004 15:11

Message par » 13 août 2006 21:04

musichien a écrit :
(je ne suis ni anti-capitaliste ni gauchiste, m'enfin quand même...)
non, tu es clairement communiste. :wink: tes propositions sont bien belles, mais irréalisables, si je puis me permettre. Comme toutes les gauches, pas de solution viable proposées (35 heures, par exemple...).
Attention: toute discussion qui dérive sur la politique se terminant invariablement en pugilat, je conseille de ne pas continuer sur cette voie :wink:
Je pense vraiment ne pas vouloir faire autrechose que chercheur, donc c'est déjà dit.
Mais non! On a tout le loisir de changer d'avis quand "on a ton âge"! Je n'ai jamais voulu être prof et pourtant je le suis bien, alors pourquoi ne serais-tu pas ingénieur alors que tu ne le veux pas? Les exemples de ce type abondent.

Répondre