Conseils pour les (futurs) taupins

vous avez des questions sur la vie en prépa ?

Messages : 206

Enregistré le : 04 juil. 2014 17:56

Classe : Oui

Localisation : Moselle

Conseils pour les (futurs) taupins

Message par Jio15 » 23 juil. 2016 12:35

Bonjour,
Voilà déjà huit fois que des élèves (au lycée, en sup ou en spé) me contactent par MP pour avoir des conseils, et ça commence à m'ennuyer de leur écrire à chacun un message personnalisé pour leur répondre, d'autant que cela crée une "gnose" qui pourrait potentiellement manquer à ceux qui n'ont pas bénéficié de ces conseils.
(Pour le coup je trouve ça marrant de me retrouver dans la situation où on me demande des conseils alors que ceux qui m'ont connu à l'internat de Fabert savent que j'avais des habitudes de travail peu recommandables)
Je ne prétends pas être bien placé pour fournir des conseils, évidemment, mais puisqu'on m'en demande de toute façon, je crée un topic unique qui contient tout ce que je peux dire sur le sujet sans redondances et de manière accessible à tous, et en étant le plus exhaustif et honnête possible.
L'objectif de mes réponses n'est pas de fournir une recette générale mais d'expliquer ce que j'ai fait et qui a marché pour moi. Ne m'en veuillez pas alors si certains conseils que je donne sont inefficaces ou dangereux, et ne m'en veuillez pas non plus de ramener tout à moi-même (vous verrez que les questions sont assez orientées qu'as-tu fait ?, et de toute façon je n'ai aucun repère à part ma propre expérience pour donner des conseils, donc je dois m'en contenter)

Commençons donc :

1) J'arrive en sup, je ne réussis pas tous les exercices du polycopié de LLG, puis-je intégrer les meilleures écoles ? Comment travailler ?
********** a écrit :Je suis dans la meme situation que toi, je suis passione par les maths, mais vraiment passione par les maths, sauf que j'eprouve certaines difficulte (malgre le faite que j'ai ete accepte dans une bonne prepa ''parisienne'' (stanislas si jamais tu connais)), je te contacte ce soir pour avoir des conseils pour bien reussir la prepa mpsi !
Est-ce qu'un eleve lamba (je dirai meme nul quand je vois le poly de llg dont je suis incapable de resoudre une graaaaaannnnde partie d'exos, ce qui remet en doute ma decision de la prepa ...) est capable, avec du travail et de la perseverance, reussir a integrer ulm, x, ens ,ecp ect ?
Je ne vais pas me fouler, je vous quote la réponse que j'avais fournie :
Jio15 a écrit :1) Si tu es admis à Stanislas, tu as du potentiel et tu auras des bons profs
2) Le niveau en sortie de Terminale est assez peu corrélé au niveau en fin de spé. Il n'y a donc aucune inquiétude à avoir par rapport au poly de LLG ou je ne sais quoi : tout ce que tu as à apprendre te sera appris.
3) Ne t'en fais pas, et tiens bon si les premiers DS sont plutôt ratés. (Et ne lâche rien même s'ils sont réussis !). De plus, tu seras sûrement dans des classes avec des "cracks", donc ton classement sera toujours à relativiser.
4) Si tu travailles, que tu t'investis et que tu ne lâches rien, tu pourras atteindre ce que tu vaux vraiment. À partir de là, tu peux potentiellement tout avoir (Ulm, X, ...).
5) Je te recommanderais de ne pas négliger ta santé, ton hygiène de vie (sommeil !!! au moins 6h30 par jour DANS TOUS LES CAS) et de prendre ton temps pour comprendre les cours. Bâcler un DM n'est pas grave. Avoir un 3/20 n'est pas grave. Tout ce qui compte, c'est que tu ne t'empoisonnes pas avec des futilités et qu'en arrivant aux concours, tu aies une compréhension réelle des notions. Avoir fait son DM, c'est bien, mais il est mille fois plus important de connaître son cours parfaitement (i.e. comprendre d'où vient chaque définition, comprendre l'intérêt du chapitre, savoir exposer l'enjeu des théorèmes démontrés etc.) que de faire ces petites tâches "ponctuelles".

Dans tous les cas, une seule chose est importante : ne cède jamais au "je laisse faire, je verrai bien ce que j'ai". Donne tout ce que tu as sans te ruiner la santé. N'hésite pas à "envoyer se faire foutre" (au sens figuré) les petits devoirs quotidiens si tu penses que cela t'aidera à mieux réussir les concours.
Le plus important, c'est de n'avoir aucun regret en arrivant aux concours. Personne n'a jamais regretté d'avoir bâclé sa dissert de français (les sujets ne retombent jamais), en revanche ils sont des centaines chaque année à arriver devant le sujet en regrettant de n'avoir pas passé quelques heures à essayer de comprendre le chapitre en question quand il en était temps. Ils sont aussi des centaines à perdre de précieuses heures de révision à "faire des fiches", heures qu'ils n'auraient pas eu à passer s'ils avaient moins perdu de temps sur les "détails quotidiens".
Apprends ton cours, relis ton cours, fais des exos classiques, relis ton cours, fais des exos difficiles, revois le cours, dors. Dans cet ordre. Voilà l'essentiel de la stratégie en prépa.

Attention : je ne te dis pas de négliger le travail à rendre ou le français ou quoi. Si tu as le temps de tout faire bien, fais le ! Il faut de toute façon être bien entraîné en arrivant aux concours. En revanche, garde toujours en tête que la priorité, c'est ta préparation pour les concours d'avril 2018, et jamais le travail à rendre dans la semaine.

Voilà, je pense t'avoir dit l'essentiel.
Le même élève m'a posé d'autres questions ensuite, un peu moins importantes :
********** a écrit :ton niveau en fin de terminale etait comment ? excellent ? ou plutot normal vis-a-vis des autres eleves ?
Jio15 a écrit :Il était plutôt très bon mais mes affinités de l'époque étaient plus centrées sur les humanités (allemand, français, langues anciennes) que sur les sciences, ce qui fait que j'avais un profil très "polyvalent" et donc peu de points faibles. En prépa, l'idée c'est surtout de faire des maths et de la physique tes points forts (ainsi que l'informatique si tu vises une ENS). Franchement, ne rougis pas de ta Terminale, tu te rendras compte de toute manière que ce que tu peux avoir appris ou manqué au lycée est complètement insignifiant, tu réapprends "presque tout" en prépa.
---
********** a écrit :Par simple curiosite, pourquoi t'es parti a une prepa classe 3X alors que t'as un putain de niveau de fou ? tu pouvais partir a llg ect non ?
Jio15 a écrit :Parce que j'habite à côté de Metz ! Puis Fabert n'est pas mauvais non plus. Ç'aurait été vraiment galère de me rendre à Paris, et j'aurais dû vivre seul à Paris en ayant 16ans, à 350km de mes parents, ça n'aurait vraiment pas été facile. Je n'ai pas vraiment de regrets maintenant :) (même si à certains moments je me suis dit "purée si j'avais été à LLG on m'aurait forcé à bosser, j'aurais pas passé toute ma sup à jouer à Super Mario 64", maintenant je suis apaisé :lol: )
---
********** a écrit :tu bossais combien en sup ? enfin combien d'heures par soir environ ? tu majorais facilement ta prepa ?
Jio15 a écrit :Travail : 1h30 par soir je pense, en sup et en spé (et le double les veilles de rendu de DM), mais j'abusais un peu quand même (et j'ai la chance d'apprendre le cours juste en y assistant). Je pense que travailler entre 2h30 et 3h c'est ce qu'il faut faire et c'est ce qu'il y a de plus sain.

Sur le fait de majorer facilement : En toute honnêteté : oui, plutôt. Mais bon ça n'a pas vraiment d'intérêt de dire ça puisque la plupart des autres n'étaient pas intéressés par les mêmes concours.
En fait, ma plus grande frustration, c'est de n'avoir jamais eu de réels repères. Ça a plus été un problème qu'autre chose : je n'avais aucune idée du niveau qui était effectivement requis pour avoir Ulm ou l'X (à l'échelle nationale donc). J'ai passé toute mon année à me dire "aux concours face aux LLG, HIV, Ginette et Stan je vais me faire défoncer". Les profs ne savaient même pas exactement en quoi consistaient toutes les épreuves (l'ADS de l'X, le TIPE de l'ENS, les oraux d'info des ENS...) et ne pouvaient pas trop me donner d'indications. Mais finalement ça l'a fait, donc c'est pas si terrible.
2) Bosser par soi-même ? Bouquins ?
***** a écrit :Etant donné le fait que tu ne viennes pas d'une grosse prépa, je preferes te poser la question a toi: comment t'as fait pour integrer l'X? Est-ce que t'as du bosser des masses par toi même? Avec des bouquins?
Jio15 a écrit :Je ne sais pas vraiment. Je n'ai pas vraiment travaillé beaucoup consciemment, mais vu que je suis très curieux il suffit que je voie un exercice intéressant pour que j'y passe du temps ^^
Les Cassini et les Clefs pour l'X sont évidemment des références, mais je ne m'en suis pas beaucoup servi (à tout casser 10 exos dans l'année).
En même temps, mon prof me donnait des TD, des DM, des DS et des colles assez pêchus, donc mine de rien peut-être que ça a fait le job.
Bref, je ne peux pas vraiment te répondre. Je pense que ça dépend certes de toi, de ton potentiel, de ton aisance et de ta facilité à comprendre le cours juste en l'écoutant, mais aussi énormément de la bonne volonté de tes profs et de leur caractère un peu "coercitif" (personnellement je suis incapable de travailler sans cadre et sans y être forcé, j'ai fait tous mes DM de l'année la veille dans l'urgence... ce qui d'ailleurs m'a appris à aller vite, et ça c'est une qualité certaine aux concours. Certaines personnes sont habituées à répartir leurs DM sur deux ou trois jours et sont donc démunies quand aux concours elles n'ont pas tout ce temps :P ). Si les profs ne m'avaient pas "poussé au cul", j'aurais certainement été bien moins performant (par exemple les profs qui mettent des parties facultatives dans les DM : puisque je travaille dans l'urgence, je n'aurais jamais fait ces parties et donc j'aurais manqué des choses).
Bonne chance pour la suite !
---
***** a écrit :Merci beaucoup pour tes réponses, penses tu que ta réussite soit liée directement à ton travail ou à des qualités naturelles? T'étais comment en sup?
Jio15 a écrit :Sur les qualités naturelles : Vaste question, philosophique s'il en est. Je ne peux pas prétendre avoir beaucoup travaillé mais après je pense que vu que j'aime les maths depuis que je suis petit j'ai pris l'habitude d'en faire efficacement, donc c'est probablement lié au travail quand même, mais à "long terme" :lol: . J'ai tendance à mépriser les théories qui essayent d'expliquer les aptitudes par des caractéristiques innées, mais en fait je ne sais pas ce qu'il en est vraiment.

En sup : J'étais souvent major sans trop forcer, honnêtement. En même temps j'avais un super prof en terminale qui nous avait fait faire les 3 premiers mois de sup en term déjà (le vendredi de 17h à 19h, c'était bien casse couilles mais ça s'est révélé utile), donc j'avais de l'avance dès l'entrée. C'était le bon temps :)
À partir de là, je n'ai plus répondu aux MP parce que je commençais à avoir le projet de faire ce topic, donc le style sera sûrement un peu moins informel.

3) Bouquins pour la physique
******* a écrit :J'entre en mpsi à st-louis l'an prochain. Tu peux me donner des conseils pour préparer la prépa en maths mais surtout en physique-chimie (pourquoi personne n'en parle? :shock: ), ça serait sympa :wink: ?
Des bouquins et éditions à prendre de préférence?
Merci :mrgreen: .
Alors en maths, j'en ai déjà parlé (livres d'exos Cassini/Clefs pour..., je n'ai pas acheté de livres de cours), et pour ce qui est de la physique, je n'ai rien acheté du tout. En même temps, mon prof de physique de spé fait un cours très propre (voir ici pour la version 2014, qui est un peu plus complète et qui contient tout le cours en un seul pdf) donc ça ne me manquait pas :)

4) Comment t'as fait ? Est-ce que moi aussi je peux ?
************ a écrit :Je suis actuellement en 1ereS, et je suis très intéressé par la prépa. J'ai de grandes ambitions, j'aimerais intégrer une grande école, particulièrement l'X, l'ENS ou Centrale Paris, qui sont deux écoles qui me fascinent... mais j'ai peur, très peur. (...) Je m'adresse à toi parce que c'est toujours rassurant de parler à une personne qui a déjà vécu et réussi l'expérience. Juste pour que tu connaisses mon niveau scolaire, j'ai toujours été dans le top3 de ma classe, en alternant 1er ou 2eme.
Comment as-tu fait pour être admis à l'X et à l'ENS ? Et qu'est ce qui a fait de toi l'heureux élu parmi plus de 4000 élèves ? (c'est une question assez vague, je l'admets, mais une réponse me rassurera énormément )
Est-ce-que tu étais déjà bon et tu t'étais déjà approfondi en maths avant la prépa ? ou ta préparation intensive en maths a commencé en prépa ?
Qu'est ce qui fait la différence entre les taupins ? la CPGE où ils étudient ? ou leur propre bosse ?
Comment travaillais-tu en prépa ? Et penses-tu que mon niveau puisse me garantir la réalisation de mes ambitions ?
Je vais être très logique en commençant par la fin :

penses-tu que mon niveau puisse me garantir la réalisation de mes ambitions : vu ce que tu m'en dis, tout ce que je sais c'est que tu es soit 1er soit 2ème, donc j'aurais largement tendance à dire oui (dans le sens où c'est possible). D'autant que ton niveau en 1ère n'a que très peu d'influence sur ton niveau en fin de spé (mais mieux vaut partir sur de bonnes bases, et c'est ton cas visiblement)

Comment travaillais-tu en prépa : tu ne pouvais pas le savoir mais du coup j'y ai déjà répondu :)

Qu'est ce qui fait la différence entre les taupins ? la CPGE où ils étudient ? ou leur propre bosse ? : question philosophique encore une fois. Je ne suis pas Platon ni Jean-Paul Sarte, j'ignore la nature des choses. Tout ce que je peux te dire, c'est que les gros lycées mélangent sélection de bons élèves et bons profs, et que c'est sûrement ce cocktail qui leur garantit un grand nombre d'amis à X/ENS. Le problème est que du coup on ne peut pas vraiment distinguer l'effet de la sélection de l'effet de la prépa. Mon expérience personnelle (qui n'a pas beaucoup de valeur statistique) me fait plutôt croire qu'il n'y a aucun déterminisme dans le choix de ta prépa (cf la citation dans ma bio) : à Fabert, on a quelque chose comme 10 admissibles aux grandes mines en MP* (c'est très bien, mais face à LLG c'est peanuts), et pourtant les profs sont très bons, c'est juste que la sélection à l'entrée est bien plus faible qu'à Louis-le-Grand. J'aurais donc tendance à dire que c'est un mélange de "notre propre bosse" (quoi que ça veuille dire, à mon avis ça provient du travail qu'on a fourni avant la prépa, qui a forgé notre faculté de raisonnement) et surtout de notre travail (pendant la prépa).


Comment as-tu fait pour être admis à l'X et à l'ENS ? Et qu'est ce qui a fait de toi l'heureux élu parmi plus de 4000 élèves ? Est-ce-que tu étais déjà bon et tu t'étais déjà approfondi en maths avant la prépa ? ou ta préparation intensive en maths a commencé en prépa ? : on a déjà parlé du travail que je fournissais, donc je vais un peu détailler l'histoire de ma relation avec les maths :
Jusqu'en 1ère, je ne m'intéressais pas particulièrement aux maths, j'y étais plutôt bon mais c'était une matière comme une autre. J'ai eu 30/40 au brevet, c'est assez bof. Bref, rien de particulier. En 2nde, j'ai trouvé ça très facile (plus qu'au collège en fait, notamment du fait qu'il y avait moins de géométrie et qu'on commençait à faire des manipulations algébriques) et pareil en 1ère, mais ça ne m'intéressait pas plus que ça. En 1ère, j'ai fini un peu par hasard 2ème aux olympiades régionales de maths de Lorraine et du coup j'ai gagné plein de bouquins de maths. Pendant les vacances qui ont précédé ma Terminale, je me suis enfilé ces bouquins, j'ai adoré ça. J'ai découvert ce qu'était une preuve, ce qu'était la topologie, plein de trucs super. Je me souviens en particulier d'un livre qui m'a beaucoup appris à lui tout seul pendant ces vacances d'été (pendant que je me prélassais dans le sud de la France, sur un transat avec des maths) : What is Mathematics, de Richard Courant et Ian Stewart (une perle, faites lire ça à un gamin de 14/15 ans et il va kiffer). À partir de là, j'ai trouvé les maths fascinantes, j'ai eu 20 à tous les DS de Terminale, 20 au bac, 20 ou plus à tous les DS de maths de prépa (sauf trois d'entre eux en début de sup), fini major de l'X, intégré Ulm (dit comme ça on dirait que je suis passé en SSJ3 mais en vrai ce qu'il faut comprendre c'est qu'une passion est née à ce moment là, alors que j'avais quand même 15 ans, comme quoi ça peut venir tard).
Maintenant, en parallèle de ça, et je n'ai pris conscience de ça que très récemment, il y a mon lien avec l'informatique, qui lui est beaucoup plus ancien et qui a probablement nourri mon esprit mathématique : dès la primaire, je sortais peu de ma chambre et passais beaucoup de temps à bidouiller sur le PC. Au collège, j'ai commencé à faire du HTML dans mon coin (grâce au Site du Zéro !), puis du PHP (beaucoup de PHP) etc, puis du C, du C++. Ça continue au Lycée avec du C# (beaucoup de C#) et d'autres langages appris rapidement (Javascript) puis en prépa avec Python/Caml. Avec du recul, je pense qu'avoir été exposé très tôt à la programmation et à l'informatique comme ça m'a forcé à prendre l'habitude de résoudre des problèmes par moi-même, de me poser des questions, d'avoir un raisonnement clair et structuré et de pouvoir me représenter mentalement des objets abstraits. Ça a probablement largement influencé mon aisance future en maths. (En plus de ça, j'ai su ce qu'était un complexe en début de collège grâce à Python, j'ai su ce qu'était une matrice et à quoi ça servait en 1ère avec OpenGL, j'ai su ce qu'était un vecteur... dès que j'ai voulu faire des jeux donc au collège, en bref j'avalais du concept mathématique sans m'en rendre compte ^^)
Je dois vous l'avouer et c'est triste à dire : je ne pense pas que les facilités en maths ou en autre chose soient innées, je pense qu'elles sont acquises, mais qu'elles sont d'autant plus simples à acquérir qu'on est exposé tôt à la nécessité de faire des maths. L'informatique et la programmation ont été un cadre formateur pour mon esprit dans cette optique là.

(Sinon, de manière générale, je vous déconseille de penser aux écoles dès la 1ère hein, prenez goût à ce que vous faites en maths en 1ère déjà et la suite viendra toute seule)

5) Rythme, vacances sup-spé, facilités ?
**** a écrit :J'aimerais savoir quelle à été le rythme que tu as suivi pendant l'année et ton organisation si cela ne te dérange pas... et encore si tu as fourni du travail supplémentaire pendant les vacances avant la seconde année par exemple. Enfin un maximum d'indications sur ton comportement face au travail :p
S'inspirer de méthodes qui ont marchées ne fait pas de mal, même si je sais que cela dépend énormément de chacun et qu'une autre pourrait mieux me convenir :)
Et au delà de ta méthode de travail, est ce que tu avais du mal devant certains chapitres ou tout te paraissait plutôt facile et directement compréhensible?
Ça peut paraître bête comme question mais c'est pour voir si tu es plutôt un élève lambda mais qui a travaillé énormément ou quelqu'un avec beaucoup de facilités ^^
Je te pose toutes ces questions parce j'aimerais moi aussi intégrer une ENS et je suis sur motivé pour ça :).
Pour le rythme et la méthode, j'ai déjà répondu. Pour les vacances sup-spé, c'est un point intéressant : j'ai surtout lu les livres de français, fait des maths de mon côté, mais je n'ai pas vraiment touché au cours (sauf les formules de trigo, les formules de Taylor etc. que j'ai revues). J'ai peut-être eu tort de faire ça, mais ça a marché pour moi :\
Pour les chapitres, j'avoue ne jamais avoir rencontré de problèmes de compréhension sauf en chimie. Je ne comprends toujours pas ce cours étrange sur la passivation et la corrosion humide. Si un jour un chimiste m'explique ça, je lui offre un kébab.
Je pense avoir des "facilités", quoi que ça veuille dire. Comme dit, je pense qu'à mon avis c'est surtout que je travaille "sans avoir conscience de travailler" à cause de ma passion, et aussi pour les raisons évoquées précédemment.
Bon courage pour l'ENS, n'hésite pas à faire mes exos d'oraux ainsi que ceux de symétrie, ceux du BEOS et ceux Cassini/Clefs pour dès que tu auras un peu avancé dans le programme :)

(Remarque : je viens de voir que tu entrais en PC*, donc je pense que faire les exos d'oraux de symétrie et moi-même n'est pas forcément une bonne idée, mais tu peux t'y pencher un peu. Je ne sais pas pour symétrie, mais moi je suis là pour t'aider si tu ne vois pas du tout comment les faire (puisque je les ai eus en oral, j'ai bien sûr des pistes en plus))

EDIT : J'ai oublié un point crucial sur les vacances sup-spé : avancez dans votre TIPE, très sincèrement. Personnellement, j'avais déjà fait environ un tiers de mon TIPE à la rentrée de spé (j'ai passé une semaine de mes vacances dessus, à un rythme soutenu mais pas excessif), eh bien je peux vous dire que je n'ai jamais regretté ça (surtout quand est venu le mois de mai et que j'avais presque fini).

6) Vacances sup-spé ? Livres ? Exercices classiques ?
****** a écrit :Penses-tu qu'il faille s'avancer et/ou réviser durant les vacances d'été avant la MPSI ? Si oui, quels sont les points les plus importants à revoir?
Quels sont les livres que tu as le plus utilisé en MPSI/MP ? Sont-ils indispensables ?
Certain élèves disent qu'aux concours, la connaissance de certains exercices classiques est presque plus importante que la connaissance du cours, surtout en maths et en physique. Est-ce vrai ? Est-ce-qu'il serait donc judicieux de tenir un cahier d'exercices classiques en maths et en physique dés le début de la sup ?
Et enfin, si tu as d'autres conseils qui pourront faciliter ma vie en prépa, je suis preneur car j'ai vraiment peut d'être largué dés la rentrée. Merci d'avance pour ta réponse c'est très gentil :D
Dans l'ordre :

s'avancer : je dirais non, vraiment pas (sauf le TIPE !)

réviser : oui, un peu

points importants : les démonstrations les plus importantes, formules (trigo/Taylor), les résultats fondamentaux d'algèbre linéaire et bilinéaire, un peu de proba

livres : cf supra (ps : rien n'est indispensable ; la prépa elle-même n'est pas indispensable)

exercices classiques : c'est faux. Le cours c'est la vie. Les exercices classiques c'est bien (et c'est même essentiel) parce que ça nous apprend comment utiliser le cours, mais ça n'est aucunement plus important que le cours. Et puis ne t'attends surtout pas à retomber sur un exo que tu as déjà fait aux concours. Tenir un cahier n'est pas forcément une mauvaise idée, mais si tu es bien organisé ton cahier d'exercices avec les TD devrait suffire.

conseils divers (et je finirai là-dessus) : ne pas se poser trop de questions :lol:

---

Voilà, je pense avoir à peu près tout dit. J'ai eu l'occasion d'aborder les points les plus importants (influence du niveau au lycée, choix de la prépa, méthodes de travail, livres) donc je pense que c'est assez complet. Bon courage à tous ceux qui se préparent aux concours, et croyez en vos rêves dans la mesure où vous vous donnez les moyens de les réaliser.
Si vous avez d'autres questions, je vous suggérerais de les poser plus bas (et pas par MP), sinon ce post va devenir gigantesque.

(Si vous avez une suggestion pour améliorer la mise en page de ce post, je prends ; c'est galère à garder propre un message long comme ça avec des citations dans tous les sens)
Modifié en dernier par Jio15 le 23 juil. 2016 13:09, modifié 8 fois.
Jésus, c'est du fromage. :twisted:

Messages : 3326

Enregistré le : 01 mai 2016 20:09

Classe : Cassandre

Re: Conseils pour les (futurs) taupins

Message par siro » 23 juil. 2016 12:40

Ça me manque l'époque où Nico_ nous apprenait comment intégrer Ulm. C'était plus rigolo.
Chaque vénérable chêne a commencé par être un modeste gland. Si on a pensé à lui pisser dessus.

Messages : 29

Enregistré le : 10 juil. 2015 00:14

Classe : PC*

Re: Conseils pour les (futurs) taupins

Message par LKR- » 23 juil. 2016 13:43

Merci :D
C'est marrant la curiosité fait souvent bien son boulot :)
Le fait qu'elle ne soit pas cultivée à l'école est une erreur je pense :(
2015-2016: PCSI, lycée Berthollet
2016-2017: PC*, lycée Berthollet

Une pincée d'ambition, une cuillère de curiosité et surtout beaucoup, beaucoup de travail!
https://youtu.be/Aly6ucr3lF4

Messages : 206

Enregistré le : 04 juil. 2014 17:56

Classe : Oui

Localisation : Moselle

Re: Conseils pour les (futurs) taupins

Message par Jio15 » 23 juil. 2016 14:21

LKR- a écrit :Merci :D
C'est marrant la curiosité fait souvent bien son boulot :)
Le fait qu'elle ne soit pas cultivée à l'école est une erreur je pense :(
Un jour de pluie où tu t'ennuies, lis donc ce document (relatif aux conditions déplorables d'enseignement des mathématiques, cet art qu'on relègue au rang de "matière à bachoter" et dont on se sert pour la sélection sans raison réelle), c'est vraiment intéressant : https://www.maa.org/external_archive/de ... Lament.pdf
Jésus, c'est du fromage. :twisted:

Messages : 129

Enregistré le : 24 sept. 2014 21:38

Classe : MP*

Re: Conseils pour les (futurs) taupins

Message par blixow » 23 juil. 2016 15:01

Faut quand même relativiser l'intérêt de s'avancer sur le tipe : il ne compte pas pour l'X

Messages : 38

Enregistré le : 03 mars 2016 18:17

Classe : MPSI

Re: Conseils pour les (futurs) taupins

Message par Trucbidule » 23 juil. 2016 15:50

Merci beaucoup pour ces conseils ( c'est sûr que majorer l'X te met dans de bonnes dispositions pur nous conseiller :mrgreen: ) !
J'ai beaucoup hésité comme toi entre une prépa proche de chez moi ou une "parisienne" , j'ai finalement opté pour LLG mais plus pour l'ambiance et l'environnement que pour le niveau en soi.
Pour le TIPE, j'espère juste trouver un sujet aussi génial que le tien le moment venu :lol:
Et finalement, penses-tu qu'il est important d'avoir un objectif précis en entrant en prépa pour la motivation ? Je ne me suis pas vraiment renseigné sur les écoles et je me dis juste qu'il y en existe forcément une qui me conviendra (bon je dirais pas non à l'X non plus, mais c'est pas un objectif en soi)
Voilà bravo pour tes concours en tout cas ^^
2016-2017: MPSI (LLG)

Messages : 206

Enregistré le : 04 juil. 2014 17:56

Classe : Oui

Localisation : Moselle

Re: Conseils pour les (futurs) taupins

Message par Jio15 » 23 juil. 2016 16:08

Trucbidule a écrit :Majorer l'X te met dans de bonnes dispositions pur nous conseiller :mrgreen:
Comme dit, je ne crois pas vraiment que je sois le meilleur conseiller du monde, mais vu que ça m'a été demandé je préférais répondre à tout le monde :)
Trucbidule a écrit :Pour le TIPE, j'espère juste trouver un sujet aussi génial que le tien le moment venu :lol:
Mon TIPE, c'était surtout une escroquerie pour pouvoir faire de la musique :P (mais j'ai kiffé travailler dessus, même si ma note est bonne mais pas ouf, je regrette pas)
Trucbidule a écrit :Et finalement, penses-tu qu'il est important d'avoir un objectif précis en entrant en prépa pour la motivation ? Je ne me suis pas vraiment renseigné sur les écoles et je me dis juste qu'il y en existe forcément une qui me conviendra
Alors ça pour le coup pas du tout ! Je savais pas du tout ni ce qu'était l'ENS, ni ce qu'était l'X, ni ce qu'était Centrale ou les Mines avant d'entrer en prépa. En fait, je connaissais même pas le système des écoles et des concours, moi j'ai juste fait prépa parce qu'on m'a dit que si j'aimais les maths fallait faire ça :P (même en début de spé, j'avais à peine commencé à comprendre les différences entre les écoles, nos profs ont pas du tout parlé des concours en sup et d'ailleurs je trouve ça cool, je préfère qu'on parle de maths que des concours)
Jésus, c'est du fromage. :twisted:

Messages : 7

Enregistré le : 19 juil. 2016 14:20

Re: Conseils pour les (futurs) taupins

Message par Dilemmevital » 24 juil. 2016 14:51

Merci pour ce sujet Jio. Le vrai changement s'est donc opéré en fin de 2nde... quand t'as remplacé Minecraft par des ouvrages de maths hhahah

Messages : 15

Enregistré le : 25 avr. 2015 21:52

Classe : Terminale S

Re: Conseils pour les (futurs) taupins

Message par physics » 24 juil. 2016 15:51

Merci beaucoup pour tes réponses, oups, je viens de révéler mon identité :lol: (cf ma signature).
Du coup en Physique, pendant ces vacances, ça vaut pas le coup de commencer la prépa : De toutes façons j'ai pas acheté des bouquins classiques de prépa (de un, on s'y perd dans les choix et de deux, je préfère attendre quand on voit que l'unité coute 40 euros :roll: au moins :lol: ) mais j'ai chez moi des manuels de physique du lycée des années 80 donc qui introduisent un peu (equa diff des oscillateurs harmoniques, électricité...). Tu pense que c'est ce qu'il faut faire?
Après en maths, je me suis dit que faire des exos d'olympiades et de concours général permettrait de stimuler mon raisonnement (faudra déjà que je finisse le sujet du cg2016 et en physique aussi d’ailleurs :lol: ). Sachant qu'en prépa, il faudra plus penser à maitriser d'abord la masse des connaissances qu'on aura, mieux vaut aguerrir son niveau de raisonnement comme ça c'est fait, non ?
Quand on fait des maths une passion, c'est sur qu'on est hyper captif sur le cours et on le comprend plus facilement, du coup on fait le travail demandé inconsciemment. Mais ça ne veut pas dire qu'il y a 0 difficulté, la passion nous permet plutôt de les surmonter plus facilement, ou alors qu'une fois passionné, la difficulté n'existerait plus et ce qui serait difficile aux autres ne serait au contraire pour nous qu'un amusement meilleur ? Il nous faudra redéfinir la difficulté pour y voir plus clair :? .
Bref, cela signifie qu'on est de bonne humeur puisqu'on étudie quelque chose qui nous passionne. Un problème survient alors : Comment maintenir cet état d'esprit? Des facteurs extérieurs pourraient-ils le changer? En gros je voulais savoir si parfois ta passion pour les maths diminuait du a ton moral peut être (il y a des haut et des bas en prépa (?))? Et est-ce que cela influençait sur tes capacités?
(une chose est sur la réponse est non de façon globale puisque tu t'en est très bien sorti :wink: )
Je voulais aussi savoir s'il faut absolument commencer la cours de sup en maths quand on a pas eu la chance d'avoir un prof qui s'est bénévolement présenté pour le faire, :( ?
Je pense que la plus part d'entre nous ont éveillé (leurs super saiyan :lol: ) leurs passions pour les mathématiques de la même façon que la tienne. Je pense qu'on a tous (ou presque?) commencé par l'info, perso, j'étais curieux de savoir comment fonctionne le pc que j'utilise tout les jours. Et au cours de l'aventure, les problèmes en informatique se multiplient, du coup on se débrouille pour les résoudre tout seul, en parcourant les forum... C'est là qu'on raisonne et puis après on veut en savoir plus, donc go vers le site du zéros. Bon j'ai pas fait comme toi, je me suis malheureusement arrêté au bases par manque de temps (HTML5/CSS3...). On s’intéresse à des choses de plus en plus abstraites pour enfin finir vers les maths ! :lol:
Enfin, pour moi, un intéressé de la philosophie mathématique, je trouve que leur enseignement révèle d'une grande importance. Je donnerai pour ma part un lien en français (l'anglais pour moi c'est pas trop ça) qui explique la défaillance du niveau en maths et autres (cf. Vincent Lafforgue qui a fait parler de lui) : http://skhole.fr/l-imposture-de-l-ensei ... rungaldier
Pour ceux qui veulent, voiçi un pavé sur l'enseignement en maths que j'avais envoyé à Syl20 :
C'est vrai qu'il y a pas mieux que de faire les épreuves pour s'y préparer mais chercher des heures pour avoir une correction parachutée qui privilégie la rédaction impec sur la pédagogie (et donc difficilement compréhensible pour la première fois) n'est pas efficace pour augmenter rapidement son niveau :?. D’où l'importance d'avoir un prof qui te guide quand tu cherche car cela permet de développer de plus en plus et rapidement une intuition sur les arguments qui sont susceptibles de résoudre un problème donné. Sans ça, chercher un problème équivaut à se remettre au hasard : tester différents cheminements dans l'espoir de tomber sur celui qui donne la solution. Mais c'est ça gravir les échelons en mathématiques : A force de persévérance, on développe une intuition qui dicte et orientes notre pensée vers les arguments qui solutionnent le problème. Le problème réside dans la vitesse : Comment obtenir le plus rapidement possible ce niveau? Selon moi, la présence d'un professeur est indispensable. En effet, le professeur (encore faut-il que ce soit un professeur qualifié mais surtout qu'il est conscient du sens de sa vocation : transmettre ses connaissances) possède une pédagogie d'apprentissage basée sur l’expérience. C'est une méthode, une approche - souvent héritée - qui permet d'augmenter le niveau d'un élève : en donnant des indication à l'élève pendant qu'il cherche la solution, en montrant la façon de voir le problème (en combinatoire par exemple...). Cette méthode peut être retranscrite, en partie, à l'écrit; car elle ne pourrait remplacer l'apprentissage directe de bouche à oreille. Un élève qui lit cela apprendra plus rapidement qu'un élève qui lit un cours brut suivi d'exercices corrigés certes bien organisés mais rédigés sous le même rythme : un énoncé suivi de sa preuve rédigée de la façon la plus sommaire et la plus élégante possible (qui se finit toujours par les classiques "d’où le résultat", "cqfd" ou encore "ce qui permet de conclure et achève l'exercice" qui sont assez jolis d'ailleurs) et ceux souvent au détriment de l'ensemble de la pédagogie qui a permit de résoudre le problème.
2016-2017 : Lycée Saint-Louis, MPSI.

Messages : 206

Enregistré le : 04 juil. 2014 17:56

Classe : Oui

Localisation : Moselle

Re: Conseils pour les (futurs) taupins

Message par Jio15 » 24 juil. 2016 16:21

physics a écrit :Du coup en Physique, pendant ces vacances, ça vaut pas le coup de commencer la prépa : De toutes façons j'ai pas acheté des bouquins classiques de prépa (de un, on s'y perd dans les choix et de deux, je préfère attendre quand on voit que l'unité coute 40 euros :roll: au moins :lol: ) mais j'ai chez moi des manuels de physique du lycée des années 80 donc qui introduisent un peu (equa diff des oscillateurs harmoniques, électricité...). Tu pense que c'est ce qu'il faut faire?
Ça peut ne pas être trop mal vu ce que tu en dis ! Mais ne te tracasse pas, ça n'est pas si important de travailler les vacances avant l'entrée en sup, profite de tes dernières vraies vacances :)
physics a écrit :Après en maths, je me suis dit que faire des exos d'olympiades et de concours général permettrait de stimuler mon raisonnement (faudra déjà que je finisse le sujet du cg2016 et en physique aussi d’ailleurs :lol: ). Sachant qu'en prépa, il faudra plus penser à maitriser d'abord la masse des connaissances qu'on aura, mieux vaut aguerrir son niveau de raisonnement comme ça c'est fait, non ?
Alors, savoir faire des exos d'olympiade ça demande normalement un vrai entraînement. Finir des sujets de concours général c'est être une vraie bête, c'est beaucoup plus exigeant que des DS de prépa hein ! Si t'y arrives tant mieux, mais sache que même les ENS ne demandent pas un niveau olympique :)
Après, sur l'histoire de raisonnement/connaissance, j'aurais envie de caricaturer un peu en disant que les écrits sont l'occasion de sortir beaucoup de connaissances (chaque question est en général liée à un point de cours, même si évidemment il faut réfléchir) tandis que les oraux sont généralement plus axés raisonnement (cf mes oraux X/ENS : en terme de programme, on y utilise presque rien, c'est surtout les idées qui comptent). C'est un peu caricatural mais ça doit te donner une idée de l'importance respective de ces deux aspects de l'entraînement mathématique.
De toute façon, les profs de prépa savent qu'en sortant de Terminale la plupart des gens n'ont jamais prouvé un seul théorème, donc ils abordent longuement et dans le détail la façon de bien raisonner, et par la suite via les exos tu auras de toute façon l'occasion d'apprendre à réfléchir correctement. Je reste d'avis que le travail à fournir quotidiennement, il concerne surtout les connaissances :)
physics a écrit :Quand on fait des maths une passion, c'est sur qu'on est hyper captif sur le cours et on le comprend plus facilement, du coup on fait le travail demandé inconsciemment. Mais ça ne veut pas dire qu'il y a 0 difficulté, la passion nous permet plutôt de les surmonter plus facilement, ou alors qu'une fois passionné, la difficulté n'existerait plus et ce qui serait difficile aux autres ne serait au contraire pour nous qu'un amusement meilleur ? Il nous faudra redéfinir la difficulté pour y voir plus clair :? .
Euh, non. La passion c'est surtout adorer être face à un problème qui nous challenge, donc c'est l'amour de la difficulté. Se poser la question "pourquoi j'y arrive pas ? qu'est-ce que j'aimerais montrer pour que ça marche" c'est le bon comportement du curieux face à un problème difficile alors que se dire "ouais cette question de toute façon je suis sûr qu'il faut poser un truc improbable, c'est pas pour moi" c'est se condamner à ne rien savoir faire. C'est surtout que le curieux fera bien mieux face à la difficulté, donc à la longue certaines d'entre elles ne lui paraîtront plus être des difficultés (du moins je le suppose, c'est encore une fois une question assez philosophique)

(PS : ne pas faire de la passion une capacité magique, personnellement je suis passionné de speedrun, j'en regarde plein, je peux passer un aprèm entier à essayer de maîtriser une technique dans SM64, et pourtant j'y suis très nul)
physics a écrit :Bref, cela signifie qu'on est de bonne humeur puisqu'on étudie quelque chose qui nous passionne. Un problème survient alors : Comment maintenir cet état d'esprit? Des facteurs extérieurs pourraient-ils le changer? En gros je voulais savoir si parfois ta passion pour les maths diminuait du a ton moral peut être (il y a des haut et des bas en prépa (?))? Et est-ce que cela influençait sur tes capacités?
Non. Et il y a une raison très simple pour laquelle je ne me lasse pas : quand un truc m'emmerde, je passe à autre chose. Je prends du plaisir à faire les maths que j'ai envie de faire, et vu que mes envies changent régulièrement je suis à peu près sûr de couvrir tout ce qu'il y a à faire. Ça m'a posé des problèmes pendant l'année pour être honnête : ça m'ennuyait profondément de faire un DM d'analyse quand j'étais d'humeur algébrique et vice-versa, mais s'habituer à renouveler son intérêt pour un problème même quand on n'était pas disposé à faire ce genre de problèmes est une bonne habitude à prendre pour les concours (il s'agit de savoir si bien simuler qu'on finit par y prendre un plaisir réel :lol: )
Pendant les vacances de deux semaines, il m'arrivait de pas faire de maths du tout, comme il m'arrivait d'en faire une journée entière (et des trucs sans rapport avec la prépa). Je suis le genre de type bizarre qui fait beaucoup trop confiance à son instinct et à sa volonté et qui n'a jamais appris à les dompter, mais vu que ça a marché je m'en plains pas.
physics a écrit :Je voulais aussi savoir s'il faut absolument commencer la cours de sup en maths quand on a pas eu la chance d'avoir un prof qui s'est bénévolement présenté pour le faire, :( ?
Non.
physics a écrit :Le problème réside dans la vitesse : Comment obtenir le plus rapidement possible ce niveau? Selon moi, la présence d'un professeur est indispensable.
Je suis d'accord, c'est pour ça que je préférais parler avec mon prof d'un problème pendant 45min quitte à ne pas trouver la solution que de lire les solutions Cassini : le prof fait facilement des liens avec des problèmes qu'il connaît (le mien était très très érudit), et c'est beau de voir comment il pense (en particulier quand il dit "ce qui serait bien c'est qu'on puisse faire [x]", où x est une propriété assez forte à montrer et donc puissante, parce qu'alors on a des pistes et on peut voir comment s'attaquer au problème x).

Voir également cette vidéo sur le rôle du prof : https://www.youtube.com/watch?v=GcR_EKv-TwM

(PS : j'ai réussi à caser "je suis d'humeur algébrique" dans un message :D , j'adore l'effet de style que ça fait, ça doit être une hypallage ou un truc comme ça)
Jésus, c'est du fromage. :twisted:

Répondre