Article de presse sur l'admission de droit en prépa

Pour les questions sur l'inscription informatique ou sur une inscription hors procédure.

Messages : 296

Enregistré le : 14 mars 2007 22:28

Localisation : Melun

Article de presse sur l'admission de droit en prépa

Message par Jean Starynkévitch » 29 janv. 2008 16:58

Bonjour à tous,

Je ne sais pas s'il est dans l'esprit du forum d'avoir des discussions-débats, mais dans le doute, je soumets l'article suivant.
Dans [i]Le Monde[/i] du 30 janvier 2008, Catherine Rollot a écrit :Dans tout lycée, les meilleurs élèves seront admis de droit en prépa

Le ministre de l'éducation nationale, Xavier Darcos, va adresser début février une circulaire à tous les proviseurs de lycée afin qu'ils présentent 5% de leurs meilleurs élèves en classes préparatoires. Toute demande formulée par ces élèves sera automatiquement acceptée.

De source ministérielle, 400 établissements sur un total de 2 550 seraient en dessous du seuil de 5 %. Une centaine n'aurait inscrit aucun élève en classes préparatoires. "Nous allons axer nos efforts sur ces lycées et sur les bons élèves issus de milieux défavorisés qui, souvent, s'autocensurent", explique-t-on dans l'entourage du ministre.

Ce plan, élaboré avec la ministre de l'enseignement supérieur, Valérie Pécresse, doit permettre au plus grand nombre d'élèves d'accéder à aux classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE). Surtout implantés dans les lycées des grandes villes - un quart des départements comptent seulement une ou deux classes prépa, un élève sur cinq étudie à Paris -, ces temples de l'élitisme accueillent majoritairement des lycéens de familles aisées.

A la rentrée 2006, 54 % des 76 200 étudiants de prépa étaient issus de catégories sociales favorisées, contre 29 % dans un cursus de licence.

Selon un récent rapport du Sénat sur la diversité sociale dans les classes préparatoires, à résultats scolaires égaux, tous les élèves n'ont pas les mêmes chances d'entrer dans ces filières. "30 % des bacheliers avec mention issus de milieux enseignants ou supérieurs choisissent cette voie, ce n'est le cas que de 12 % des élèves issus de milieux populaires", écrivait le rapporteur Yannick Bodin (PS).


"BONNE VOLONTÉ DES PROVISEURS"

Inscrite dans les lettres de mission de M. Darcos et de Mme Pécresse, cette idée de droit d'accès aux classes préparatoires avait été défendue par l'universitaire Patrick Weil dans son ouvrage La République et sa diversité : immigration, intégration, discrimination ("La République des idées", Seuil, 2005). Nicolas Sarkozy comme Ségolène Royal l'avaient retenue dans leurs programmes présidentiels.

"Cette annonce est un premier pas mais ne peut pas être considérée comme une fin en soi. Contrairement au Texas, où ce système existe pour l'admission à l'université, il ne s'agit pas ici d'un droit inscrit par une loi, mais d'un système qui tient à la bonne volonté des proviseurs", juge M. Weil. "Il est dommage que le dispositif se limite aux classes préparatoires, et ne concerne pas toutes les formations sélectives après le baccalauréat", regrette-t-il.

Si les capacités d'accueil devraient permettre d'absorber ce surplus d'étudiants - on compte 4 000 places vacantes en première année de CPGE -, la mise en place d'un accompagnement matériel (bourses, logement) et pédagogique (tutorat, soutien scolaire) sera organisé, selon la Rue de Grenelle, dans "un deuxième temps".

Mme Pécresse devrait compléter cette circulaire par d'autres mesures, avec en ligne de mire l'objectif fixé en 2005 par Jacques Chirac d'un tiers de boursiers dans les CPGE d'ici à cinq ans. La politique volontariste d'ouverture sociale, amorcée par le ministre Gilles de Robien, a déjà commencé à porter ses fruits. Le taux de boursiers était passé de 18 % en 2005 à près de 22 % en 2006.

La ministre veut multiplier les partenariats entre établissements de banlieue et grands lycées de classes préparatoires, mais aussi encourager la collaboration entre grandes écoles et lycées défavorisés, à l'image de l'expérience menée par l'Essec. Autre piste, la distribution d'un "bonus" financier aux lycées qui accueilleront davantage de boursiers et d'élèves défavorisés.

Pour rendre le parcours en classes préparatoires plus sécurisant, un cadre national d'équivalences avec les universités sera mis en place. Cette disposition permettra aux étudiants en CPGE qui ne souhaitent pas ou ne peuvent pas intégrer une grande école de traduire en "crédits" universitaires leurs années en prépa.
Il y a plusieurs points de l'article qui ont déjà été signalé de nombreuses fois sur le forum. L'article est-il factuellement juste ? Réactions ?
Professeur de Mathématiques - PCSI (lycée Jacques Amyot, Melun, 77).

Messages : 427

Enregistré le : 03 janv. 2008 14:37

Message par LightVador » 29 janv. 2008 17:17

Waow, un devin, on est le 29 janvier...belle anticipation!

EDIT: arf je peux plus supprimer mon message, merci Redhot pour l'explication, jme disais bien qu'il y avait un "truc", et désolé pour cette remarque pertinente que fut la mienne.
Modifié en dernier par LightVador le 29 janv. 2008 18:23, modifié 1 fois.

Messages : 175

Enregistré le : 14 nov. 2007 15:13

Message par Redhot » 29 janv. 2008 18:00

Oui le monde est un journal "du soir". C'est à dire qu'il parait l'après midi et est daté du lendemain, qui, pour celui d'aujourd'hui, correspond au 30 janvier. :wink:

Messages : 9598

Enregistré le : 18 déc. 2002 19:09

Classe : Prof

Localisation : Metz

Re: Article de presse sur l'admission de droit en prépa

Message par Quetzalcoatl » 29 janv. 2008 20:35

Jean Starynkévitch a écrit :
Dans [i]Le Monde[/i] du 30 janvier 2008, Catherine Rollot a écrit :Dans tout lycée, les meilleurs élèves seront admis de droit en prépa

Le ministre de l'éducation nationale, Xavier Darcos, va adresser début février une circulaire à tous les proviseurs de lycée afin qu'ils présentent 5% de leurs meilleurs élèves en classes préparatoires. Toute demande formulée par ces élèves sera automatiquement acceptée.
Il y a plusieurs points de l'article qui ont déjà été signalé de nombreuses fois sur le forum. L'article est-il factuellement juste ? Réactions ?
Moi je dis que pour les former au mieux de leurs possibilités, il faudrait leur dire à TOUS de faire des demandes dans les lycées les plus sélectifs. Aucun risque pour eux, ils seront sûrs d'avoir une place puisque leur demande sera automatiquement acceptée. Et si un lycée avait la mauvaise idée de les accepter mais de les classer "tout à la fait", m'est avis que cela ferait un trop gros scandale ... :roll:
Les hôpitaux sont les lieux les plus dangereux de France : c'est là qu'on y meurt le plus.

Matthieu Rigaut
Physique PC*, Image Fabert (Metz)
Cours, DM, DS, TD donnés à mes étudiants
Me prévenir par MP pour modérer un message

Messages : 854

Enregistré le : 06 mars 2005 19:46

Localisation : Amiens

Message par tomato » 29 janv. 2008 20:45

L'interview complète de notre ministre ici.

La phrase dont vous parlez :
Toute demande formulée par ces élèves sera automatiquement acceptée dans une classe préparatoire.
Professeur de physique, PCSI
Site en construction

Messages : 797

Enregistré le : 25 juin 2006 18:16

Classe : Ingénieur

Localisation : Cambridge, UK

Message par sunmat » 29 janv. 2008 21:35

C'est un point qui a déjà été abordé par le passé il me semble. Mon prof de physique nous disait l'an dernier que c'était absurde : ce ne sont pas les prépa qui cherchent à recruter au sein des bons lycées, tous les dossiers ont le même poids, qu'ils viennent d'un lycée de banlieu comme d'un très bon lycée.
Si j'ai bien compris, les proviseurs des lycées vont devoir inciter les élèves (du moins les meilleurs) à s'inscrire en prépa : ça ne retire rien au fait que ce sera toujours les meilleurs qui seront pris, et il y aura toujours des lycées de trop bas niveau qui n'enverront aucun élèves en prépa.
Le problème ne vient pas des prépa, le problème vient des lycées : qu'ils se penchent d'abord sur l'uniformisation d'une bonne qualité d'enseignement dans tous les lycées, après quoi les élèves eux-mêmes prendront l'initiative de s'inscrire en prépa.

EDIT : arf j'avais pas vu que ces élèves seront forcément acceptés en prépa... ça risque fort de baisser le niveau des prépas qui les prendront, qui a mon avis seront des prépa de niveau déjà moyen voir bas... encore quelque chose qui va engendrer une sacrée différence entre les grands lycées parisiens et les prépas de province...
MPSI (Carnot, Dijon) -> MP* (idem) -> ENS (Info, Ker Lann) -> Doctorat (ENS Rennes, IRISA Rennes) -> Post-doctorat (Argonne National Lab, IL, USA)
http://people.irisa.fr/Matthieu.Dorier

Messages : 296

Enregistré le : 14 mars 2007 22:28

Localisation : Melun

Message par Jean Starynkévitch » 29 janv. 2008 22:42

Personnellement, sur le papier et à l'heure actuelle, je trouve l'idée plutôt intéressante: augmenter le nombre d'élèves de prépa en piochant parmi des milieux qui s'autocensurent. Cela ne pourra qu'être bénéfique, non ? Pour 5% proposés, il y a de fortes chances, comme le dit Philippe Patte qu'ils auraient été de toute façon admis en prépa. La différence est qu'ils sauront qu'ils en ont la possibilité. Quant à soit-disant baisser le niveau, je doute qu'une "petite" classe préparatoire ait un niveau qui baisse en sélectionnant les 5% meilleurs d'un établissement qui, habituellement, n'envoie pas d'élèves en prépas.
Bien sûr, il y aura des retés. Comme dans toute initiative à grande échelle. Et alors ? Le raté sera-t-il global ? Je ne pense pas. Sciences-Po Paris a également des places réservées aux élèves de ZEP. Il me semble que le bilan intermédiaire était plutôt satisfaisant, avec le désir de poursuivre.
Professeur de Mathématiques - PCSI (lycée Jacques Amyot, Melun, 77).

Messages : 1836

Enregistré le : 01 août 2007 15:04

Classe : américaine!

Localisation : C'est idéal.

Message par gardener » 29 janv. 2008 22:51

Jean Starynkévitch a écrit :Personnellement, sur le papier et à l'heure actuelle, je trouve l'idée plutôt intéressante: augmenter le nombre d'élèves de prépa en piochant parmi des milieux qui s'autocensurent. Cela ne pourra qu'être bénéfique, non ? Pour 5% proposés, il y a de fortes chances, comme le dit Philippe Patte qu'ils auraient été de toute façon admis en prépa. La différence est qu'ils sauront qu'ils en ont la possibilité. Quant à soit-disant baisser le niveau, je doute qu'une "petite" classe préparatoire ait un niveau qui baisse en sélectionnant les 5% meilleurs d'un établissement qui, habituellement, n'envoie pas d'élèves en prépas.
Bien sûr, il y aura des retés. Comme dans toute initiative à grande échelle. Et alors ? Le raté sera-t-il global ? Je ne pense pas. Sciences-Po Paris a également des places réservées aux élèves de ZEP. Il me semble que le bilan intermédiaire était plutôt satisfaisant, avec le désir de poursuivre.
+1.
Pas mal, à voir à l'usage.
Doctorant Maths-Info, ancien ENS Cachan.

Messages : 84

Enregistré le : 13 mars 2007 01:54

Message par saladtoes » 29 janv. 2008 23:04

Mais bon, si les élèves de tous les lycées ont droit à être admis dans le lycée de leur choix, ils vont surement mettre en premier choix des lycées très préstigieux, et oui, ils auront tous surement des chances d'être admis en prépa, mais je suis pas sur que dans n'importe quel lycée. En fin, ça me choque beaucoup...

Messages : 325

Enregistré le : 13 sept. 2006 14:28

Localisation : Kenitra/Brest

Message par MatheuMarocain » 29 janv. 2008 23:47

on compte 4 000 places vacantes en première année de CPGE
:?:
UTBM (Université de Technologie de Belfort-Montbéliard).

Répondre