Qualité de l'enseignement dans les grandes écoles

Les questions sur les écoles d'ingénieurs et autres.

Messages : 467

Enregistré le : 27 mai 2010 16:31

Re: Qualité de l'enseignement dans les grandes écoles

Message par rickyy » 24 mars 2019 18:38

A l'ENS Rennes, j'ai adoré les cours. (Une partie est commune avec la fac de Rennes).
Beaucoup d'enseignements étaient de qualité, je dirais similaire ou supérieur à ce que j'avais eu en prépa (et j'ai eu des enseignants excellents en prépa). Quelques cours/TD ne m'ont pas intéressé mais c'est minoritaire.

Contrairement à ce qu'à vécu matmeca à Cachan, on ne nous a pas fait rusher la L3 en 6 mois.
Le programme était une L3 maths boostée avec les modules les plus durs et quelques compléments. Du coup, j'en ai profité pour faire une licence d'info sur deux ans.
Puis le master Recherche/Agreg, avec en M1 pas mal d'options pour se mitonner un parcours aux petits oignons (très algèbre pour moi).
J'ai beaucoup aimé la prépa agreg également, j'ai eu l'impression d'apprendre plein de choses dans tous les domaines des maths et d'accéder à une maitrise et un recul bien supérieur. La préparation y est bien organisée et approche les 100% de réussite.

L'encadrement est bon, les promos étant petites (30 élèves), il y a un vrai suivi des élèves. L'administration de l'ENS était au top, celle de la fac nettement moins.
MPSI-MP*, Hoche -> ENS Rennes, Maths -> Doctorat, chargé de TD à l'ENS Rennes. -> Prof.

Messages : 48

Enregistré le : 18 juil. 2017 16:50

Re: Qualité de l'enseignement dans les grandes écoles

Message par Puffin » 26 mars 2019 17:36

La qualité de l'enseignement est loin d'être constante d'un prof à l'autre. D'un étudiant à l'autre aussi, car sans la sanction de l'examen bon nombre n'arrivent pas à se motiver pour s'investir dans les cours et se contentent d'en faire le minimum.
Pour autant, quelqu'un un minimum curieux qui écoute en cours apprendra des tonnes de trucs - et accessoirement motivera aussi l'enseignant qui est toujours content de ne pas être en face d'une classe de zombies scotchés à leur portable.

Un des buts des écoles est aussi de commencer à devenir autonome. Ce n'est pas toujours facile quand on a été chouchouté à la maison, au lycée et en prépa d'arriver dans un monde où tout ne tourne pas autour de nous. Un prof de math en prépa n'a qu'une classe par an qu'il voit 10 h par semaine. En école, on doit difficilement atteindre, sur une année, les 30 h de cours devant le même groupe, car on enseigne à différentes options, dans des masters, etc.
L'étudiant lambda (qui ne montre pas d'intérêt particulier, ne pose pas de question, etc.) passera tout à fait au dernier plan des préoccupations de n'importe quel enseignant-chercheur. À l'inverse, j'accueille avec plaisir tout étudiant qui a des questions sur le cours, sur les métiers, je fais même du support par mail pour les jeunes diplômés qui une fois en entreprise se rendent compte qu'ils n'ont rien pigé à certains cours.

Concernant mon expérience d'étudiant (qui remonte à 15 ans), j'avais d'excellents profs en prépa et aussi pour partie en école d'ingé. Par contre, clairement je faisais le minimum syndical en école et avec le recul je suis passé à côté de nombreux enseignements scientifiques (et aussi pipo).

Répondre