Démissionner de l’ENS, une aberration?

Pour témoigner ou appeler à témoignage ceux qui sont sortis depuis peu ou depuis longtemps de leurs écoles.

Messages : 49

Enregistré le : 08 juin 2019 08:44

Classe : Khâgne

Démissionner de l’ENS, une aberration?

Message par Astrig » 01 nov. 2020 23:33

Bonsoir,

J'ignore si je suis ici sur le bon forum pour solliciter de l'aide mais je me lance. Je crois que tout est plus ou moins dit dans le titre: après 3 ans de prépa littéraire, j'ai eu la chance d'être admise sur concours à l'Ens de Lyon. Cependant, en arrivant à l'Ecole, grosse déception: les cours ne m'intéressent pas du tout, si bien que je n'ai plus le sentiment d'étudier les lettres et n'arrive plus à travailler quoi que ce soit. Les obligations liées au statut de normalien me pèsent beaucoup, je ne me sens pas capable de répondre à leurs exigences, et je regrette chaque jour de ne pas avoir choisi d'aller à la Sorbonne (ma solution de secours, si je n'avais pas eu le concours). J'ai le sentiment que mon rêve a viré au cauchemar... Je sais que cela peut-être un sentiment "normal", ou du moins assez courant après la prepa, mais je sens que je ne m'adapterai pas vraiment à la situation et que ce n'est pas vraiment passager; disons que l'esprit général de l'école me déplait et je ne vois pas encore ce que cela peut m'apporter pour la suite. Voilà pourquoi j'envisage de démissionner, afin de retourner à Paris et d'adopter un rythme d'étude et de vie que je pense plus cohérent avec mon projet (notamment pour profiter de la vie culturelle qui me manque beaucoup). J'ai beau peser le pour et le contre, un doute demeure: j'ai peur de regretter d'avoir renoncé à ce statut et de faire la plus grosse bêtise de ma vie...Qu'en pensez-vous? Sachant que je veux être prof en prepa, pensez-vous qu’un statut de normalien est si indispensable que ça? Quelqu'un est-il ou a-t-il été dans ce cas? Devrait-on vraiment toujours réfléchir en termes stratégiques au détriment de son bien-être?

Merci de votre attention...

Messages : 507

Enregistré le : 21 mai 2020 16:49

Re: Démissionner de l’ENS, une aberration?

Message par Teteenlair » 02 nov. 2020 09:20

Pour être prof de prépa, tu devras avoir l'agreg. Pour cela, l'ENS n'est pas indispensable. Mais ça aide beaucoup tout de même...

Après, je ne suis pas certain que sur ce forum tu trouveras beaucoup de témoignages concernant les études de lettres à l'ENS, ou les études de lettres à la fac. Mais attention au syndrome "l'herbe est plus verte ailleurs".

Tout ce que je sais c'est que de toutes manières, la préparation de l'agreg c'est "back to the prépa", avec un programme, des épreuves à préparer selon un format imposé, une grosse charge de travail. Pas forcément fun, mais c'est un passage obligé. Qu'on vienne de l'ENS ou qu'on vienne de la fac.

Messages : 329

Enregistré le : 10 oct. 2017 11:15

Classe : Prof

Localisation : Toulon

Re: Démissionner de l’ENS, une aberration?

Message par patgat » 02 nov. 2020 12:08

Normalement tu es inscrit(e) en licence 3 à Lyon.
Tu peux démissionner de ton statut élève, valider ta licence et aller en master où tu veux.
Tu as peux de chance, une fois agrégé, d'enseigner en prépa (faut pas rêver).
On prépare l'agrég pour être prof et on peut se retrouver en collège dans le 93 pour le premier poste (j'en connais et des normaliens élèves)...
Note que la vie culturelle en ce moment...
M. T + ENS Cachan (B4)
Mme M + ENSIETA
Ainé PT + INP ENSEEIHT - Polytechnique Montréal
Fille MP + INP ENM
Dernier MP* + ENS LYON Info

Messages : 168

Enregistré le : 08 juin 2015 16:52

Re: Démissionner de l’ENS, une aberration?

Message par Hika » 02 nov. 2020 13:51

patgat a écrit :
02 nov. 2020 12:08
On prépare l'agrég pour être prof et on peut se retrouver en collège dans le 93 pour le premier poste (j'en connais et des normaliens élèves)...
Bah dis donc, c'est très bien le 93, encore heureux qu'on y retrouve des normaliens !

Astrig, pas de panique, c'est le sentiment de nombreux normaliens en tout cas à Lyon (parlons de choses que l'on connaît). Je ne connais pas la politique de ton département, mais on est plusieurs à partir après un M1 pour faire son M2 ailleurs ou du moins 3A + 4A hors ENS de Lyon (en IDF dans mon cas). Après c'est sûr que si l'idée est de passée l'agrégation de Lettres Modernes (ou Classiques) hors ENS de Lyon alors que l'école le propose, ça peut freiner. En tout cas le mal-être normalien est quelque chose de bien connu et le meilleur moyen d'y faire face c'est d'en parler dès le début, ça a été mon cas et j'en ai fait part dès les premiers mois de la 1A.
Démissionner de l'ENS de Lyon, certains le font, tu peux retrouver le nombre facilement puisque ça entraîne une publication au JO. Après démissionner de l'ENS et rompre l'engagement décennal sont deux choses différentes. Tu peux partir, mais ne pas avoir à rembourser si tu es dans une institution publique en emploi, je ne crois pas que la poursuite d'études fonctionne. En tout cas si tu es en 1A, tu as touché 2 salaires, 2500 euros c'est "facile" à rembourser, 36k en fin de 4A ça l'est moins.

Prof en prépa ... c'est déjà difficile pour un normalien agrégé (bien classé) docteur donc quand on ne remplit pas ces conditions, c'est quasi-impossible ... surtout quand en lettres. Encore en Maths, les postes se font moins rares mais là ... Après l'enseignement dans le secondaire peut être très épanouissant avec pourquoi pas des postes de PRAG in fine. Si tu veux enseigner, il faut que ce soit dans le secondaire tellement les autres possibilités sont sous tension.

Si tu veux discuter de choses plus personnelles sur ta situation à l'ENS de Lyon ou besoin de conseils, n'hésite pas à me MP. Je sais ce que c'est de se sentir bloquer, que ce soit dans l'école ou dans ce statut particulier.

Messages : 5055

Enregistré le : 03 févr. 2010 11:07

Classe : ingénieur

Re: Démissionner de l’ENS, une aberration?

Message par piroud » 02 nov. 2020 15:32

Astrig a écrit :
01 nov. 2020 23:33
disons que l'esprit général de l'école me déplait et je ne vois pas encore ce que cela peut m'apporter pour la suite. Voilà pourquoi j'envisage de démissionner, afin de retourner à Paris et d'adopter un rythme d'étude et de vie que je pense plus cohérent avec mon projet (notamment pour profiter de la vie culturelle qui me manque beaucoup).
je rejoins Teteenlair, attention au syndrome "c'est mieux ailleurs". Je ne connais pas tres bien les etudes litteraires, mais, en L3/master, je doute que le niveau des cours en fac soit tres different ni que les exigences soient bien moindres.
Pour la vie culturelle, pour l'instant Paris ou Lyon, c'est la meme chose. une fois cette crise passee, certe la vie culturelle est plus riche a Paris, mais c'est surtout une question de choix, vu que tu ne peux pas faire toutes les expos, concerts, etc. Mais a Lyon, tu as egalement de quoi t'occuper, et Paris n'est qu'a 2h de TGV
J.Piroud
Ingénieur Arts et Métiers
Cl199

Messages : 509

Enregistré le : 12 févr. 2020 18:08

Re: Démissionner de l’ENS, une aberration?

Message par ribo » 02 nov. 2020 17:08

notamment pour profiter de la vie culturelle qui me manque beaucoup
Définir vie culturelle.

Comme le dit à juste titre piroud en ce moment c'est mort pour tout le monde.

Il me semble qu'il existe une scène dynamique à Lyon. Et puis lorsque l'on est jeune et que l'on est un intellectuel brillant, la vie culturelle on ne la suit pas, on l'invente! :lol:

Messages : 28

Enregistré le : 01 juin 2020 22:29

Re: Démissionner de l’ENS, une aberration?

Message par flo2711_33 » 02 nov. 2020 19:41

Démissionner de l'ENS alors que tu veux être prof en prépa c'est se tirer une grosse balle dans le pied, il s'agit d'un des milieux les plus sélectifs de France, tu élimines 99% de tes chances.
Si tu es sure de vouloir être prof de lettres en lycée et collège, tu peux te le permettre. Mais le métier de prof est loin d'être facile, si tu te rends compte (comme c'est le cas pour beaucoup) que ce n'est pas fait pour toi, le statut de normalien permet de rebondir plus facilement.
Pense aussi que le statut de normalien va être un gros bonus si tu veux accéder à un master sélectif, quelque soit la ville.
De plus des cours à la fac à Paris ne seront pas bien différent des cours à l'ENS à Lyon, c'est à peu près le même système où tu es lâché dans la nature plus ou moins tout seul, ce qui est difficile parfois en sortant de la prépa
As-tu regardé les doubles diplômes proposés par l'ENS qui pourraient te permettre de sortir de cette ambiance? Sciences Po par exemple? Double cursus en droit, langue, art et autre?

Messages : 49

Enregistré le : 08 juin 2019 08:44

Classe : Khâgne

Re: Démissionner de l’ENS, une aberration?

Message par Astrig » 03 nov. 2020 13:54

Bonjour à tous,

Je vous remercie de vos réponses. Je me doute bien que le statut de normalien est socialement valorisé et/ou valorisant et qu'il ne peut qu'apporter un plus lorsque l'on souhaite enseigner en prepa, mais je ne pensais pas que cela pouvait peser à ce point! Je n'envisage pas de faire un doctorat d'ailleurs, donc il est vrai que je cumule peut-être les mauvais points... Quoi qu'il en soi mon désenchantement par rapport à l'Ens me désoriente un peu, donc je n'ai peut-être plus vraiment le sens des réalités: je ne sais pas non plus ce que peuvent être les cours à la Sorbonne donc c'est compliqué de bâtir ses choix sur des suppositions j'imagine...

Messages : 5055

Enregistré le : 03 févr. 2010 11:07

Classe : ingénieur

Re: Démissionner de l’ENS, une aberration?

Message par piroud » 03 nov. 2020 15:06

qu'est ce qui te pese dans le statut de normalien ?
etre paye pour etudier, c'est quand meme plutot une situation de reve. la condition, c'est de devoir travailler 10 ans pour l'etat mais comme tu veux devenir enseignante, ce n'est pas un probleme
J.Piroud
Ingénieur Arts et Métiers
Cl199

Messages : 89

Enregistré le : 04 déc. 2019 15:26

Classe : prof de lycée

Re: Démissionner de l’ENS, une aberration?

Message par lau_math » 03 nov. 2020 16:15

Je pense qu'il est urgent d'attendre la fin de la crise sanitaire pour voir si cela te plaît quand la vie culturelle aura repris.
Puis après, peut-être négocier une année de césure ? (Il me semble que c'est possible dans les ENS de couper le cursus avec une année non rémunérée).

Répondre