Réduction des centres d'examen X-ENS 2020

Pour toutes les dernières informations, les changements...
Avatar du membre
dSP

Messages : 691

Enregistré le : 03 oct. 2004 11:59

Localisation : Versailles

Re: Réduction des centres d'examen X-ENS 2020

Message par dSP » 23 févr. 2020 20:25

Pour Polytechnique, cela fait maintenant plusieurs années qu'ils prennent des décisions
fondées sur des priorités bizarres.

Un exemple récent : Polytechnique a entièrement repris la main sur les oraux de PSI depuis 2 ans.
Il y a environ 60 places. La logique serait de faire une seule commission et de découper les oraux en séries comme en PSI et PC, permettant de faire juger tous les candidats par un seul jury
(c'était le cas en P' avant la réforme de 1995). Eh bien non. Non seulement les oraux de PSI sont ridiculement tôt (la première semaine de juillet, soit 3 semaines avant le début du premier oral Centrale/Mines/CCP ; merci pour les préparateurs !), mais ils s'étalent sur 4 jours et demi uniquement. Dans ces conditions impossible de faire passer les 90 admissibles devant un seul examinateur pour chaque épreuve... et donc il y a 3 équipes d'examinateurs. En 2018, les candidats PSI ont été classés sur la base de leurs notes, en 2019 ils ont créé trois commissions ; on a donc l'équivalent de 3 concours séparés à moins de 20 places chacun. Pour l'équité du concours on repassera...

Petite comparaison historique : en 1996, la filière M' c'est 270 places en 3 commissions, la P' 120 places et 1 commission. En 1999, pour les filières MP/PC/PSI et un volume très légèrement supérieur d'admissibles (supérieur essentiellement à cause de l'ESPCI, qui gonfle le nombre d'admissibles en filière PC), un total de 12 commisions différentes !!

Evidemment, dans l'affaire des PSI la priorité de la direction du concours semble avoir été la logistique : il est plus facile d'organiser le concours une semaine où aucune autre filière n'est concernée par les oraux. Cependant, l'alternative ne mobiliserait qu'une poignée de salles puisqu'il n'y aurait plus qu'un seul examinateur par épreuve à mobiliser pour la totalité du concours (donc, nécessité d'une dizaine de salles seulement). Et même si dans ces conditions il n'y avait pas assez de salles disponibles, on pourrait régler le truc en réétalant les épreuves orales sur 7 jours comme avant et en laissant 3 ou 4 demi-journées libres par examinateur chaque semaine.
Professeur de Mathématiques en MP*
Lycée Privé Sainte-Geneviève

Répondre