La césure, parlons-en

Pour toutes les dernières informations, les changements...

Messages : 106

Enregistré le : 13 juil. 2011 18:54

Classe : mpsi-psi étoile

Re: La césure, parlons-en

Message par majosweet » 12 juil. 2012 11:34

Le sujet m'intéresse. Et mon souci, ce serait plutôt au niveau du nombre d'années perdues. Après 2, voire 3 ans de prépa, tu te retrouves à faire une année de césure, sachant que certains cursus d'écoles d'ingé peuvent durer 4ans. Tout calcul fait, tu te retrouves à BAC +8, en ayant un niveau Master et non Doctorat. Et pour les accros à la recherche, tu fais une thèse, et t'es à BAC +11! T'aurais fait médecine, ça revenait au même! :mrgreen:

Bref, l'année de césure, j'ai l'impression que c'est plus un moyen de retarder son entrée dans la vie active qu'autre chose, mais des trimestres en moins à cotiser pour sa retraite, sachant qu'à l'embauche tu seras à priori moins bien payé. D'où ma question, est ce que ça en vaut vraiment la peine, :roll: vu le nombre de personnes qui semble adhérer à l'idée?
YETI 2015

Messages : 518

Enregistré le : 15 juin 2010 21:41

Re: La césure, parlons-en

Message par Wyrd » 12 juil. 2012 13:21

majosweet a écrit :Le sujet m'intéresse. Et mon souci, ce serait plutôt au niveau du nombre d'années perdues. Après 2, voire 3 ans de prépa, tu te retrouves à faire une année de césure, sachant que certains cursus d'écoles d'ingé peuvent durer 4ans. Tout calcul fait, tu te retrouves à BAC +8, en ayant un niveau Master et non Doctorat. Et pour les accros à la recherche, tu fais une thèse, et t'es à BAC +11! T'aurais fait médecine, ça revenait au même! :mrgreen:

Bref, l'année de césure, j'ai l'impression que c'est plus un moyen de retarder son entrée dans la vie active qu'autre chose, mais des trimestres en moins à cotiser pour sa retraite, sachant qu'à l'embauche tu seras à priori moins bien payé. D'où ma question, est ce que ça en vaut vraiment la peine, :roll: vu le nombre de personnes qui semble adhérer à l'idée?
Il ne faut pas se fier à l'opinion des gens, mais à la sienne ! Une année de césure, c'est un manque à gagner de quelque chose comme 20k€ (voire 30-35k€ si pas de stages), plus le coût des voyages s'il y en a, plus une retraite retardée d'un an. D'un point de vue financier, c'est assez conséquent. Est-ce que cela compense les avantages que tout le monde a énuméré dans ce topic ? A toi de voir !

Messages : 55

Enregistré le : 22 juin 2012 14:02

Re: La césure, parlons-en

Message par ingpense3 » 12 juil. 2012 13:38

Taupalosaurus a écrit :J'aurais naïvement tendance à penser que toute expérience, pourvue qu'elle soit plus motivée que "j'ai vu de la lumière, on m'a pas claqué la porte au nez, je suis rentré" est positivement perçue par de nombreuses entreprises, qui cherchent à départager des candidats aux profils très similaires.

Mais que veux-tu dire par "prendre une année" ? Partir à l'étranger et ne pas bosser ?
Bin en fait, je suis déjà parti mais pas dans des pays anglophones (principalement Amérique du Sud).
Donc je pense chercher une PFE dans un pays anglophone pour pouvoir parler de manière fluide. Cependant, je ne vais pas prendre un PFE à l'étranger juste pour partir, je veux trouver un sujet qui me plaise. Donc dans le cas où je ne trouve pas de bon PFE à l'étranger, est ce que ça vaut le coup de partir 6mois/1an dans un pays anglophone, en faisant un ptit job, de manière à pouvoir parler couramment anglais, puis de revenir et pouvoir postuler à des postes à l'international ?

Messages : 518

Enregistré le : 15 juin 2010 21:41

Re: La césure, parlons-en

Message par Wyrd » 12 juil. 2012 14:10

Taupalosaurus a écrit :J'aurais naïvement tendance à penser que toute expérience, pourvue qu'elle soit plus motivée que "j'ai vu de la lumière, on m'a pas claqué la porte au nez, je suis rentré" est positivement perçue par de nombreuses entreprises, qui cherchent à départager des candidats aux profils très similaires.
Ce n'est pas vrai, tout du moins en France. Même l'humanitaire y est perçu comme des "vacances" prises par l'étudiant donc bon, il faut faire ça pour soi, et non pas pour l'embauche.

007

Messages : 591

Enregistré le : 07 août 2008 10:42

Localisation : Grenoble

Re: La césure, parlons-en

Message par 007 » 12 juil. 2012 19:50

J'ai connu une dizaine de jeunes futurs ingénieurs qui sont revenus de leur année de césure, enchantés, sans regrets.

La plupart ont bossé à l'étranger durant un an, un a souhaité avoir un parcours humanitaire. Pour ceux qui ont bossé, au moins deux d'entre eux ont pu ainsi financer leur fin d'étude. Pour les autres, c'était un bonus financier. Pour tous une expérience professionnelle motivante qui a boosté leur dernière année, sauf pour l'un d'entre eux: il a cru que son expérience lui avait fourni une connaissance supérieure à celle de ses profs, ne faisait plus rien et avait des résultats nuls : en fin de compte il a non seulement braqué contre lui ses profs, mais en plus raté sa dernière année, il faut le faire !

A coté de cela, j'ai connu plus de jeunes qui n'ont jamais considéré cette option de césure, et ceci sans regrets non plus.

A vous de voir avec votre projet personnel. Et il n'y a pas que le pognon qui compte dans la vie (rassurez moi :wink: )
ENS Cachan (Maths) 1966
carrière : universitaire, écoles d'ingenieur et entreprise

Messages : 722

Enregistré le : 31 août 2007 11:16

Classe : ECP

Localisation : Rocquencourt

Re: La césure, parlons-en

Message par Taupalosaurus » 12 juil. 2012 23:40

Wyrd a écrit :
Taupalosaurus a écrit :J'aurais naïvement tendance à penser que toute expérience, pourvue qu'elle soit plus motivée que "j'ai vu de la lumière, on m'a pas claqué la porte au nez, je suis rentré" est positivement perçue par de nombreuses entreprises, qui cherchent à départager des candidats aux profils très similaires.
Ce n'est pas vrai, tout du moins en France. Même l'humanitaire y est perçu comme des "vacances" prises par l'étudiant donc bon, il faut faire ça pour soi, et non pas pour l'embauche.
Ça doit dépendre des entreprises. Celles où j'ai passé des entretiens semblent plutôt valoriser les expériences alternatives, car, comme je le disais, elles permettent de distinguer les candidats pour un poste. Ça dépend peut-être de la moyenne d'âge des entreprises Mais oui, il faut savoir le mettre en valeur Et faut être honnête, l'humanitaire c'est des vacances pour beaucoup de gens. Des vacances utiles, certes, mais des vacances quand même

@ingpense3
Pour le coup, faire une année de petits boulots à l'étranger, ça peut faire tiquer les recruteurs. Après, tout dépend surtout de ta capacité à te vendre et à vendre tes expériences. Enfin, retarder son PFE me semble une idée assez mauvaise. Quitte à partir "faire des petits boulots" ailleurs, pourquoi ne pas y faire ton PFE, quitte à choisir un stage un poil moins intéressant ? ça sera toujours mieux que des petits boulots !

@majosweet
J'ai fait 5/2, une année de césure et je commence une thèse. Et je le vis très bien. J'avais prévu de faire une césure dès mon entrée en école, pour tester la recherche et l'entreprise, et je ne regrette vraiment pas de l'avoir fait. Quand c'est bien préparé, c'est une expérience qui enrichit beaucoup, sur beaucoup de plans: connaissance du milieu de l'entreprise, des vraies problématiques industrielles, ouverture internationale, nouvelles rencontres, entrée dans la vie active un an avant les autres, sommes toutes. Et j'ai été payé pendant un an, ce qui a en partie financé ma 3ème année (voilà pour la dimension financière). Et quand à l'âge, de toutes les façons, on devra tous bosser jusqu'à 70 ans, alors une année de plus ou de moins... Sans compter qu'avec quelques années de plus, tu es plus mature que la moyenne, et quitte à passer pour un vieux con, ça se ressent beaucoup parfois !
MP* Masséna (2005 - 2008)
Centrale Paris (2008 - 2012)
Thèse INRIA (2012 - ?)

Messages : 55

Enregistré le : 22 juin 2012 14:02

Re: La césure, parlons-en

Message par ingpense3 » 13 juil. 2012 08:28

Taupalosaurus a écrit :
Wyrd a écrit :
Taupalosaurus a écrit :J'aurais naïvement tendance à penser que toute expérience, pourvue qu'elle soit plus motivée que "j'ai vu de la lumière, on m'a pas claqué la porte au nez, je suis rentré" est positivement perçue par de nombreuses entreprises, qui cherchent à départager des candidats aux profils très similaires.
Ce n'est pas vrai, tout du moins en France. Même l'humanitaire y est perçu comme des "vacances" prises par l'étudiant donc bon, il faut faire ça pour soi, et non pas pour l'embauche.
Ça doit dépendre des entreprises. Celles où j'ai passé des entretiens semblent plutôt valoriser les expériences alternatives, car, comme je le disais, elles permettent de distinguer les candidats pour un poste. Ça dépend peut-être de la moyenne d'âge des entreprises Mais oui, il faut savoir le mettre en valeur Et faut être honnête, l'humanitaire c'est des vacances pour beaucoup de gens. Des vacances utiles, certes, mais des vacances quand même
Vacances, vacances, ça dépend d'où tu pars...Quand tu finis à l'hopital à cause d'une saloperie que t'as attrapé dans une cointrée lointaine ou que tu dois te faire rapatrier, c'est pas pareil que de partir en Guadeloupe ^^

Répondre