ENS Saclay, second concours... à 30 ans ?

Si vous avez une question sur une école, sur la formation proposée, les options, les débouchés.

Messages : 32

Enregistré le : 18 juil. 2017 16:50

Classe : Prof en école d'ingé

Re: ENS Saclay, second concours... à 30 ans ?

Message par Puffin » 05 déc. 2022 17:15

Les labos ont souvent plusieurs tutelles et les besoins en enseignement et recherche sont parfois (régulièrement) décorrélés, on peut très bien faire des cours de base en école d'ingé (ou en licence, du reste) tout en faisant de la recherche théorique.
En math il me semble évident que les enseignements les plus théoriques et avancés sont en niveau master à l'université, mais c'est loin d'être le cas dans tous les domaines.

Je répète que le ton semble péremptoire pour une personne qui n'a pas soutenu de thèse ou passé l'agreg. Il y a des dizaines de thèses soutenues en math tous les ans, on ne choisit pas forcément un poste sur mesure par la suite.
Je t'assure qu'après quelques années de post-doc, tu cherches dans la liste des postes vacants la poignée à peu près adaptés à ton profil (facette recherche) et tu prends les enseignements qui vont avec sans trop rechigner.
3. Ce que je dis là peut très bien se lire dans l'autre sens : je ne conseillerai pas à des gens qui veulent travailler dans la R&D, dans la data ou des hautes technologies de passer 4 ans à faire une thèse de théorie algébrique des nombres, à Jussieu, entourés de mathématiciens dont le seul rapport à la technologie est le serveur CNRS sur lequel ils se connectent pour réserver des billets de trains vers Lyon afin d'assister au prochain congrès.
Je bosse entre autres avec un prof de math de Jussieu qui a trouvé, dans mon domaine appliqué, de quoi mettre ses théories (résolution exacte de polynômes) à l'épreuve. On a eu deux post-doctorants qui étaient des purs matheux, et pourtant je ne suis pas dans un labo de maths. Ils ont pris en main nos problèmes bien concrets (et nos notations à la noix) assez vite.

Enfin l'important pour toi, c'est vraiment de trouver une thèse, le sésame indispensable pour tes deux alternatives. Sans thèse, pas de poste dans le supérieur, donc tu peux devenir tout de suite videur en boîte de nuit. Par ailleurs tout ceci est relativement orthogonal à la poursuite du titre de normalien qui est plutôt un side-project.
Modifié en dernier par Puffin le 05 déc. 2022 17:32, modifié 1 fois.

Messages : 7101

Enregistré le : 10 nov. 2010 22:03

Classe : 3J8VR2

Re: ENS Saclay, second concours... à 30 ans ?

Message par father » 05 déc. 2022 17:18

A Arjun
Tu as peut être une bonne vision du système même si la manière dont tu le présentes peut manquer de délicatesse.
Passe l'agreg pour voir quel rang tu obtiens et surtout cherche toi un labo pour ta thèse puisque c'est ta priorité n°1.
As tu scanné tous les labos de France dignes de ton intérêt ?
As tu scanné l'étranger ? A l'étranger il y a moins cette course de vitesse...
Commence par là.
Comme indiqué ci-dessus, les tous bons n ont aucune difficulté à se trouver un Dr de thèse.
Même après une 1ère tentative avortée.
Evite de parler de crise existentielle. C'est honnête mais guère vendeur.

Messages : 27

Enregistré le : 02 déc. 2022 10:05

Re: ENS Saclay, second concours... à 30 ans ?

Message par Arjun » 05 déc. 2022 18:53

A Puffin

Deux choses :
* certaines disciplines sont effectivement interfaciales (applications de problèmes de géométrie algébrique au traitement de l'image il me semble, corps finis et cryptographie, analyse fonctionnelle au service des problèmes d'optimisation, combinatoire appliqué à l'électronique numérique par exemple). Je disais simplement que si le rêve d'une personne est de travailler dans la tech, - même si des ponts existent -, la voie la plus naturelle (et la plus prometteuse n'est probablement pas de se perdre dans une thèse de mathématiques théoriques, ce qui n'empêche nullement de se reconvertir rapidement après (j'ai plusieurs amis qui sont partis dans la data et dans la sécurité après avoir rédigé des thèses, respectivement de géométrie arithmétique et de géométrie des groupes de Lie).

* Concernant mon aplomb (ou ma prétention). Eh bien, j'en suis navré... Je n'ai pas terminé ma thèse, certes, mais c'est pour ça que je suis là d'une part, et d'autre part, ça ne m'empêche pas d'essayer de comprendre le système globale. Quant à faire la fine-bouche ou non, tu mentionnes justement une partie "recherche". Et pour ça, je le répète : la plupart des profs de maths recrutés en école d'ingénieur ne sont pas des chercheurs (ce qui en soi, n'est pas un problème, mais ça change la donne). Tu es peut-être enseignant-chercheur en école d'ingénieur, mais en mathématiques (si c'est ton cas), c'est quand même très minoritaire par rapport aux enseignants tout-court.

Pour Father :

* Pour le labo, je suis en cours de scan ! Je regarde un peu partout, même si c'est toujours un peu compliqué. Je pense que je vais me déplacer, ce sera plus simple que d'envoyer des mails auxquels personne ne répond (ce que je comprends vu la masse de messages que l'on reçoit ici et là). Souvent, le problème à l'étranger est la relative localité des recrutements (notamment en Allemagne). Ensuite, comme je l'ai précisé, je n'aurais aucun problème à y aller travailler !

* Souvent ce qui pêche, ce n'est pas de trouver un directeur : l'an dernier, plusieurs ont été intéressé par ma candidature (3 entretiens concluants, 1 à demi-concluants), mais ils ont (systématiquement) eu le feu rouge de l'école doctorale vis-à-vis du financement. Après il faudrait voir si une thèse "à l'ancienne" (à savoir avec une charge d'enseignement de mon côté), serait possible... Généralement, peu y sont favorables, mais je verrai si on peut faire ça !

* Pour la crise existentielle, je ne le présenterai plus comme ça, en effet !

Messages : 7101

Enregistré le : 10 nov. 2010 22:03

Classe : 3J8VR2

Re: ENS Saclay, second concours... à 30 ans ?

Message par father » 05 déc. 2022 19:10

Les thèses à l'étranger sont souvent assorties d'une charge d'enseignement.
La contrepartie est qu'elles sont souvent également plus longues.
Mais bon tu es payé et enseigner en fac c'est toujours mieux qu en lycée (selon tes critères s'entend).

N y a t il pas des sujets de thèse dont le financement est d'ores et déjà assuré ?

Messages : 27

Enregistré le : 02 déc. 2022 10:05

Re: ENS Saclay, second concours... à 30 ans ?

Message par Arjun » 05 déc. 2022 19:19

Non pas que je sache. En général, c'est assuré à partir du moment où l'école doctorale dit oui. Mais dans mon cas, elle a tendance à dire non

Messages : 7101

Enregistré le : 10 nov. 2010 22:03

Classe : 3J8VR2

Re: ENS Saclay, second concours... à 30 ans ?

Message par father » 05 déc. 2022 19:26

Peut être voit elle qu 'elle a déjà dépensé de l'argent sur ton nom...
D ou l'étranger. Quitte à tenter une cotutelle a posteriori.
Tu vois combien de Labo susceptibles de t intéresser en France ?

Messages : 27

Enregistré le : 02 déc. 2022 10:05

Re: ENS Saclay, second concours... à 30 ans ?

Message par Arjun » 05 déc. 2022 19:51

Il y en a éventuellement 4 en France (dont une en région parisienne, ce qui réduit les chances).

Messages : 7101

Enregistré le : 10 nov. 2010 22:03

Classe : 3J8VR2

Re: ENS Saclay, second concours... à 30 ans ?

Message par father » 05 déc. 2022 20:32

Ah oui ca ne fait pas beaucoup.
Surtout si tu les as déjà prospectés.
Tu filtres sur les thématiques et/ou la réputation ?

Messages : 27

Enregistré le : 02 déc. 2022 10:05

Re: ENS Saclay, second concours... à 30 ans ?

Message par Arjun » 05 déc. 2022 20:53

Je filtre sur les thématiques : ma spécialité de base était déjà assez fermée, et essayant de rester dans l'adhérence de mon ancien sujet (même en donnant un côté un peu plus appliqué/physique) ça reste une thématique de "niche". Si tu veux je peux te parler en MP, car si je dis ce que je fais ici, on risque de me repérer (si ce n'est pas déjà fait).

Messages : 7101

Enregistré le : 10 nov. 2010 22:03

Classe : 3J8VR2

Re: ENS Saclay, second concours... à 30 ans ?

Message par father » 05 déc. 2022 21:34

Je t ai répondu par MP.

Répondre