ParKourSup : Acte II

Pour les questions sur l'inscription informatique ou sur une inscription hors procédure.

Messages : 3326

Enregistré le : 01 mai 2016 20:09

Classe : Cassandre

ParKourSup : Acte II

Message par siro » 17 sept. 2018 14:01

J'ouvre le présent sujet pour discuter et faire un debrief autour de la première cuvée de ParcourSup.

Et ça commence de manière... intéressante. F.Vidal réfléchirait à un classement des vœux en attente pour accélérer les désistements.

https://www.lemonde.fr/campus/article/2 ... 01467.html
Pour réduire les délais d’attente, les deux syndicats hostiles à la réforme de Parcoursup, l’UNEF (2e organisation étudiante) et le Snesup-FSU (qui représente les personnels de l’enseignement supérieur) ont jugé « indispensable » de revenir à la hiérarchie des vœux. La Conférence des présidents d’université recommande également de prévoir un classement des vœux, « peut-être après le bac », à la fin du mois de juin. Quant aux deux syndicats qui ont soutenu la création de Parcoursup, la FAGE (1re organisation étudiante) et le SGEN-CFDT, ils ont demandé mercredi à la ministre d’être « plus ouverte » sur cette question, et ont proposé de réintroduire la hiérarchisation « exclusivement » durant la phase complémentaire de Parcoursup, qui se déroule cette année du 26 juin au 21 septembre, et qui permet aux candidats de postuler à des formations ayant encore des places disponibles.

L’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche préconise de son côté de conserver l’esprit de la réforme, en laissant aux candidats le soin de trancher parmi les propositions qui leur ont été faites, selon l’agence spécialisée AEF. Mais elle estime que ce « n’est pas contradictoire avec des dispositions qui permettraient d’accélérer le processus de choix », et propose que chaque candidat puisse identifier, sur la plate-forme et sans que les établissements en aient connaissance, deux ou trois « vœux podium » (leurs vœux préférés), dès le début de la procédure. S’ils reçoivent une proposition d’admission sur l’un de ces « vœux podium », ils pourraient conserver les autres « vœux podium » en attente, mais devraient abandonner tous leurs autres vœux.

Ces différentes suggestions ont finalement été entendues. « Sur la hiérarchisation, j’ai dit qu’on ne reviendrait pas sur une hiérarchisation initiale dès le processus, mais un comité » rendra ses conclusions « à la fin du mois et cela me permettra d’annoncer des modifications », a encore dit Frédérique Vidal vendredi sur Franceinfo.
Bon, je refais pas le "on vous l'avait bien dit" (et j'envoie pas mon CV au ministère de l'ESR), mais faut avouer que ce rétropédalage est salutaire.

Autant j'ai "légèrement" critiqué la formule ParcourSup, autant l'idée de classer les vœux parmi ceux où l'on est accepté/en attente, ça me semble un bon compromis entre la vitesse d'exécution d'APB (qui demandait de faire plein d'analyses de cas), et le choix étape par étape de PS avec toutes les dérives absurdes que ça a engendré.

Bon, s'ils avaient pu y penser y'a quatre mois je gage que tout le monde aurait apprécié.
Chaque vénérable chêne a commencé par être un modeste gland. Si on a pensé à lui pisser dessus.

Messages : 4423

Enregistré le : 03 févr. 2010 11:07

Classe : ingénieur

Re: ParKourSup : Acte II

Message par piroud » 17 sept. 2018 14:42

en complement (merci father pour le lien)
https://www.nouvelobs.com/education/201 ... ursup.html

le bilan que j'en tire, vu de l'exterieur (je n'ai pas d'enfant dans le systeme scolaire francais, et je ne suis pas prof)

- systeme extrement lent pour la plupart des eleves, donc qui favorise ceux qui ont les moyens d'attendre
- communication calamiteuse, et surtout des annonces ambigues, qui ont semblees ete faites pour pousser les "oui definitifs"
- mise en place d'une selection a l'universite
- demande d'internat mal gere par Parcours sup

un point que l'on ne saura probablement jamais est le nombre d'eleve qui ont abandonne leur voeu "de reve" a cause des temps de reponse
J.Piroud
Ingénieur Arts et Métiers
Cl199

Messages : 4423

Enregistré le : 03 févr. 2010 11:07

Classe : ingénieur

Re: ParKourSup : Acte II

Message par piroud » 17 sept. 2018 17:21

le premiere partie de l'interview concerne le ressenti de Parcoursup pour les prepas
J.Piroud
Ingénieur Arts et Métiers
Cl199

Messages : 149

Enregistré le : 18 avr. 2018 15:15

Re: ParKourSup : Acte II

Message par LoneCat » 17 sept. 2018 18:35

- systeme extrement lent pour la plupart des eleves, donc qui favorise ceux qui ont les moyens d'attendre

un point que l'on ne saura probablement jamais est le nombre d'eleve qui ont abandonne leur voeu "de reve" a cause des temps de reponse
Ne pas oublier de conseiller aux parents qui ont les moyens de soutenir les mises de leurs enfants d'apprendre à ceux-ci à jouer au poker.
Y a-t-il des données à ce sujet ? L'impression que j'ai eue c'est plutôt un blocage du système avec des listes d'attente figées, mais avec au final des étudiants allant dans des formations qu'ils avaient eues depuis relativement longtemps tout en conservant en liste d'attente le plus possible des vœux inaccessibles.

La notion de "vœu podium" me semble pas mal du tout. En revanche j'ai du mal à comprendre comment fonctionnerait un classement uniquement en phase complémentaire, vu que des formations ont apparu très tardivement dans le processus.

Sinon rendez-vous dans 3 ans, quand mon second gamin sera concerné (il va se manger la réforme du bac, le pauvre, ça promet) :mrgreen:

Messages : 2198

Enregistré le : 04 mars 2018 23:40

Re: ParKourSup : Acte II

Message par Saint Germain » 17 sept. 2018 19:10

Oui ça semble a priori un bon compromis ces idées. Merci à Siro d'avoir initier ici le débat et la réflexion autour de ce sujet.

Messages : 3326

Enregistré le : 01 mai 2016 20:09

Classe : Cassandre

Re: ParKourSup : Acte II

Message par siro » 17 sept. 2018 19:46

Les mesures au fil de l'eau ont clairement été improvisées (en quelques jours), c'est dommage de ne pas avoir planifié plus en amont les différentes étapes de PS (ou de les avoir expliquées pédagogiquement).

Bref... c'est bien que la ministre revienne en arrière (on se rappellera les grands "nous ne reviendrons pas sur le classement pour ParcourSup" avec le torse bombé). Moi j'aurais proposé plus radical : à la réception des admissions, chaque élève a jusqu'au bac pour faire le choix d'un seul vœu parmi ceux acceptant l'élève, classement des vœux en attente, et 72h après la fin du bac verrouillage des classement, réaffectation. Idem après rattrapage. Dernière session fin août. Comme APB mais avec classement ultérieur aux résultats (ce qui empêche littéralement les facs et formations de classer les élèves en favorisant ceux qui mettent le vœux en premier).

Par contre Vidal ne remet pas en cause la sélection pour entrer en licence. Et ça ça me chagrine davantage.
Chaque vénérable chêne a commencé par être un modeste gland. Si on a pensé à lui pisser dessus.

Messages : 128

Enregistré le : 23 juil. 2018 00:06

Re: ParKourSup : Acte II

Message par Nathan22 » 17 sept. 2018 20:43

siro a écrit :
17 sept. 2018 19:46

Par contre Vidal ne remet pas en cause la sélection pour entrer en licence. Et ça ça me chagrine davantage.
Au contraire c'est une très bonne chose. De laisser ce qui est important à mes yeux : L'accès à l'Université ne se fait qu'avec le Bac.

Un article intéressant ---> https://www.liberation.fr/debats/2018/0 ... le_1621802

Je cite : "La réforme de l’accès à l’enseignement supérieur entend conditionner à des «attendus» l’entrée des étudiants dans chaque filière. Officiellement, il s’agit de lutter contre l’échec à la fac. En réalité, le «plan étudiants» du gouvernement n’est qu’une vaste machine à trier."

"Bref, le système scolaire reste l’un des piliers de la reproduction sociale, certes, mais les efforts de démocratisation scolaire ont aussi aidé la mobilité sociale ascendante des classes populaires stabilisées et des (petites) classes moyennes, et cela, on le dit moins."

"Pour autant, le système scolaire français reste structurellement profondément inégalitaire. D’un côté, des grandes écoles et leurs classes préparatoires, pour lesquelles les élèves sont sélectionnés tôt, couvés dans des établissements au taux d’encadrement élevé et qui contribuent largement à la reproduction sociale (environ 50 % d’enfants de cadres supérieurs et 15 % d’enfants d’ouvriers-employés, alors que ces catégories représentent respectivement 15 %(1) et 50 % de la population active). De l’autre, des universités aux capacités d’accueil réduites comme peau de chagrin, des personnels précarisés et des budgets de plus en plus contraints : la loi LRU (2007) a conduit à l’assèchement des caisses et à l’extrême mise sous tension des établissements universitaires, les rendant inefficaces pour mieux dénoncer leur incurie et imposer, au nom de l’autonomie, des mesures d’austérité. L’argent ne manque pas pourtant lorsqu’il s’agit d’alimenter Labex, Idex, chaires d’excellence, primes en tous genres pour «stars» de la recherche, sans parler des 5, 5 milliards du Crédit d’impôt recherche (CIR), devenu une véritable niche fiscale pour certaines entreprises et constituant autant de financements perdus pour la recherche publique."

" Et, à travers la réforme qui vient, c’est la première fois que s’exprime autant le refus de la démocratisation scolaire. Celle-ci ouvrait ce droit simple : permettre à ceux qui le souhaitent, une fois le baccalauréat obtenu - or, tout le monde ne l’a pas, 78 % de bacheliers dans une classe d’âge en 2016, 40 % pour un bac général - de fréquenter l’université et la filière de son choix."

"1) On nous assène des chiffres qui font peur : selon les lieux (Assemblée, médias) et les personnes (ministre, députés LREM…) qui s’expriment, on parle de 50 % à 70 % d’échecs en licence ! Pourquoi pas 80 % ou plus ? elon les données statistiques du ministère, parmi les nouveaux inscrits en licence 1 (L1), environ 40 % chaque année passent en L2 ; environ 30 % redoublent ; environ 30 % ne se réinscrivent pas (ceux qui sont dits avoir «abandonné»). Ces chiffres ne sont pas nouveaux et étaient déjà presque identiques au début des années 60 selon les archives statistiques du ministère. En d’autres termes, ils ne sont pas liés à la massification, à l’arrivée en masse des bacheliers professionnels ou à une baisse du niveau généralisée des bacheliers. Ils varient aussi fortement selon les universités."

2) La qualité injuste et absurde du tirage au sort, tout le monde la reconnaîtra, mais elle a été une pratique très marginale, et il existe d’autres moyens que ce plan étudiants pour la supprimer.

Cette réforme universitaire qui vient révèle, in fine, son vrai visage, idéologique : «En finir avec le mythe de l’université pour tous» (selon les propres mots du président Macron), bref interdire aux élèves des classes populaires et moyennes d’accéder aux études supérieures de leur choix. En un mot, les enfermer définitivement dans un destin scolaire qui sera leur tombeau social"

Un autre article : --> https://www.humanite.fr/pourquoi-toute- ... tue-645446

Je cite "L’accès à l’université grâce à l’obtention du baccalauréat est pourtant l’un des piliers de ce qu’il nous reste de contrat social. "

"Les arguments se bousculent contre la sélection : la lutte contre les inégalités, l’accélération des mutations technologiques qui imposent des facultés d’adaptation que facilitent l’analyse et un champ de connaissances peu segmenté, l’histoire qui enseigne qu’une civilisation solide se nourrit de connaissances toujours plus nombreuses et partagées. La formule d’Abraham Lincoln résume le tout : « Si vous trouvez que l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance. »"

"Mais, sous les termes fallacieux de lutte contre l’échec et d’orientation individualisée, la réponse proposée s’inscrit dans le prolongement des réformes libérales conduisant à exclure les étudiants des classes populaires et à renforcer l’autonomie des universités au détriment d’un service public de l’enseignement supérieur et la recherche.

"Plutôt que de céder à la sélection, interrogeons les raisons de l’échec à l’université et mettons les moyens nécessaires pour le combattre. Comment tolérer que moins de 8 % des enfants d’ouvriers accèdent au niveau Master, contre plus de 33 % des enfants de cadres ? Où est la République lorsqu’on légifère pour favoriser l’élitisme et la reproduction sociale ? Le courage, c’est de sortir de la logique décliniste et d’investir dans notre avenir. L’éducation est un placement collectivement rentable, qu’un ancien banquier ne devrait pas saborder pour financer des cadeaux fiscaux aux plus fortunés."

"Les fameux « attendus » de la novlangue macronienne vont autoriser les universités à choisir la sauce à laquelle les étudiants seront croqués. Faudra-t-il, ici, avoir fait du latin ? connaître La Boétie ? avoir un brevet de saut à l’élastique ? un oral de culture générale, peut-être ? Ce qui peut sembler raisonnable sur le papier est socialement inégalitaire."

"

Messages : 1934

Enregistré le : 12 avr. 2014 23:26

Classe : Jône

Localisation : Boue

Re: ParKourSup : Acte II

Message par Der RHDJ » 17 sept. 2018 21:00

2012-2013 : 1/2 insouciante
2013-2014 : 3/2 arrogante
2014-2015 : 5/2 aigrie ET arrogante
X2015
Coët en GU - Médaille du Mythe échelon Platine - Vaneau d'Or

Messages : 3326

Enregistré le : 01 mai 2016 20:09

Classe : Cassandre

Re: ParKourSup : Acte II

Message par siro » 18 sept. 2018 11:09

Tout le monde n'a pas les capacités pour suivre les études supérieures mais c'est pas en sélectionnant sur les notes d'anglais et de philo qu'on peut savoir si un élève est bon en psycho/socio/STAPS...
Chaque vénérable chêne a commencé par être un modeste gland. Si on a pensé à lui pisser dessus.

Messages : 586

Enregistré le : 01 déc. 2016 10:58

Re: ParKourSup : Acte II

Message par Volte » 18 sept. 2018 11:12

La-erta a écrit :
18 sept. 2018 09:48
Puisque Nathan 22 se permet de citer la Pravda
Je suis certain que tu te trouves très drôle et pertinent.
Quelle désolation... :roll:

Verrouillé